samedi 25 août 2018

En route pour le dernier village de la vallée " Mud "

Ce matin je me lève de bonne heure, car je voudrais aller à la puja, mais pas celle dans le grand temple, celle qui se fait dans l'ancien gonpa de Khungri. Là, il n'y a qu'un moine pour la cérémonie rituelle d'offrande et d'adoration. Cela me va très bien, on est moins dérangé et de ce fait, la relaxation est plus profonde.


Le cérémonial durera un peu plus d'une heure.
Le moine termine de tout ranger pendant que moi, je fais les photos dans les deux vieilles salles de cette partie de gonpa ancien.






 Ce sera toutefois dans la deuxième pièce que je serai le plus grandement surpris par l’atmosphère qui s'en dégage.





La visite terminée de l'ancien gonpa de Khungri et je retourne dans la chambre pour réveiller Pascale et faire nos sacs avant le départ pour Mud.


Premier constat à faire : le ciel bleu est revenu !
Nous descendons par les raccourcis jusqu'à la route.


D'un bon pas, nous marchons jusqu'à Sagnam où nous arrivons vers 11h.
Là, nous nous arrêtons dans un "hôtel" pour y manger des Maggis (il n'y a que ça !). Mais voilà, le bus ne passera qu'à 17h, ce qui fait long l'attente. Nous demandons au patron du dit hôtel, si nous pouvons avoir une chambre pour l'après-midi, en attendant le bus. Pas de problème, nous dit-il, je vais vous en ouvrir une et je viendrai vous réveiller à l'heure du bus. Ok merci beaucoup.
Finalement, nous nous réveillons tout seuls et nous descendons pour le bus. En attendant celui-ci, nous buvons un thé. mais quand arrive un pick up qui se rend aussi à Mud, nous n'hésitons pas longtemps pour le prendre. Dans la benne, il y a un passager particulier : un âne.




Mais en cours de route, la météo recommence à changer. De gros nuages apparaissent et nous craignons que la pluie nous surprenne une nouvelle fois. 


Après une heure de route et de piste, nous arrivons à Mud, village décrit comme un village tibétain aux maisons cubes chaulées. Pfff ! En fait, c'est un village rural aux habitations transformées en homestay. Bof !
Notre taximen possède aussi un hôtel. Mais la chambre pue, malgré les fenêtres ouvertes.
En se promenant dans le village, nous parlons avec une habitante qui possède une homestay, moins chère et beaucoup plus propre. Nous changeons de dortoir et à notre arrivée, nous recevons un thé au lait. Ici, c'est familial et accueillant.
Balade dans le village, mais il n'y a rien à faire. Nous sommes déçus. il y a 10 ans, nous n'avions pas pu venir jusqu'ici, car la route n'était pas sure et maintenant que nous y sommes, c'est désolant.
On ne veut pas rester trop longtemps dans ce bled perdu. Donc, demain, on prendra le bus à 6h pour sortir de la Pin Valley pour rejoindre Dankhar.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire