jeudi 9 août 2018

Yal / Kuru


Nous nous éloignons de Yal sans dire un mot, de temps à autre, l'un de nous se retourne, presque instinctivement, comme si on avait laissé une partie de nous-même dans la maison des Chosfail. Pourtant, nous marchons sur le même chemin, à la seule différence près, nous avons laissé des gens là-bas.


On progresse pas à pas dans la vallée car l'aventure qui nous à fait passer par Yal continue.


Après avoir franchis un pont et laissés celui de Maling sur notre gauche, nous arrivons à Teta. Ici ,il n'y a personne à voir, c'est un village de muletiers et le commerce passe avant tout.







........... Puisqu'il n'y a personne à visiter, nous décidons de monter jusqu'au monastère, qui n'a en fait qu'une toute petite salle de prières.


Lorsque l'on arrive là haut, il n'y a bien sûr pas de moine et la porte du temple est fermée. Cela n'est pas bien grave, car avec un peu d'habitude, on sait que la clé n'est pas très loin.


Petite visite des lieux. Comme il n'y a pas grand chose à voir, le tour est vite fait et nous pouvons refermer la porte en sortant.


Ce n'est pas que nous sommes montés pour rien puisque les vues sur le village et la vallée sont belles.


Rien d'autre à faire que de continuer notre chemin jusqu'à Kuru dans une vallée toujours verdoyante aux alentours des villages ......






.......... après cela devient évidemment plus désertique !!!


Arrivés à Kuru, nous allons directement à la maison de Tenzing, mais il n'y a personne. Pas étonnant, puisque c'est la saison des récoltes, elle est donc des les champs. Mais voilà, je ne sais pais où elle se trouve. D'abord ce n'est pas certain qu'elle travaille dans le sien et de plus, je ne le connais pas. Pas trop de soucis, je sors une photo de Tenzing que j'avais prise l'année passée et je vais demander à d'autres femmes qui travaillent dans un champ voisin où elle pourrait bien être. On m'explique qu'elle est en ce moment dans un champ à l'autre bout du village. C'est vague, mais nous trouverons bien. 


Une bonne demi-heure plus tard, nous retrouvons Tenzing.
Il est 13h et c'est l'heure du repas. Nous partageons ce que nous avons et nous mangeons et buvons directement en bordure de champs.


Le repas terminé, Tenzing continue son travail tandis que nous retournons à sa maison. Elle nous dit où se trouve la clé de la porte et que nous pouvons rester dans la cuisine. De toute façon, son mari ne devrait pas tarder et il viendra nous faire du thé.'Comme nous ne sommes pas trop pressés, nous faisons un tour au bord de la rivière Kargiak Chu avant de nous diriger vers la maison. Arrivés sur place, nous trouvons, comme prévu, la clé et entrons dans la maison pour nous installer dans la cuisine. Un peu d'écriture et de repos, nous ne devons pas attendre longtemps pour voir arriver le mari. Julley, julley et il nous fait du thé avant de repartir tout de suite après. Ben oui, le boulot n'attend pas.
Vers 5h, Tenzing arrive et nous lui remettons les photos que nous avions. Sur ce, elle commence à préparer le repas du soir. Ce sera des momos vegetables et momos with meat. A mon avis il va y avoir des invités ce soir car la quantité de momos est trop importante pour nous quatre (Tenzing, le mari et nous ... plus sa fille , si elle n'est pas au doksa !)
En effet, au soir il y a l'amchi qui vient pour une séance de soins à Tenzing. Comme bien souvent, ici les femmes, souffrent beaucoup d’inflammation dans les articulations et surtout les genoux. C'est encore le cas pour Tenzing. Le remède de l'amchi : ventouse et longue séance de tapotements avec une baguette de bois sur les endroits sensibles, afin d'enlever l’inflammation. Il y a quelques années, la médecine ne devait pas être bien différente  chez nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire