vendredi 5 mai 2006

Préparation du voyage au Ladakh

Voyage en Inde ( Le Ladakh).

Du 20 Mai au 23 Juin 2006.

"Mieux vaut voir de ses propres yeux qu'être informé par autrui" - proverbe touareg.

Paris / Delhi

Paris charles de gaulle, Delhi aéroport Indira Gandhi.

Hôtel : Réservation par Christian

Delhi


Jounée à Delhi. Prévoir les tickets de transport pour Jammu et Srinagar (train et bus)

Visite / le fort rouge, la mosquée de la perle, Jma Masjid ou la grande mosquée.

Delhi / Srinagar

Long voyage de 24h. Les routes du Jammu & Cachemire sont souvent dans un état déplorable. Les parcours peuvent être très longs, parfois dangereux, mais offrent des paysages à couper le souffle.

De Delhi, il y a 900 km 775 Rs. Pas d'arrêt pour la nuit. 
En train : Delhi/ Jammu 433 Rs en 2ème classe 14h30 de trajet 500 km.
La suite en bus jusqu’à Srinagar 305 km pour 165 Rs. 11h de trajet.
Ce parcours est possible toute l'année (en principe) depuis la construction du tunnel de Jawarhal à 2.852 m d'altitude où tous les passagers sont priés de descendre du bus car il y a un contrôle des passeports et des bagages à main vérifiés par rayons X... et chien renifleur d'explosifs.
En avion c'est 125 dol. US. 2h30.

Srinagar

La fameuse capitale du Cachemire avec ses montagnes élevées, ses prairies parsemées de fleurs, ses jardins de Moghol et ses lacs étincelants.

Située au nord de l'Inde, à 1.500 mètres d'altitude, Srinagar, avec ses multiples canaux et ses maisons flottantes, est surnommée la Venise du Nord car ses canaux sont parmi les plus beaux au monde.

Une superbe adresse. Pour ceux qui aiment les contacts avec les locaux et les séjours chez l'habitant.
C'est une petite house boat sur le Dal lake, chez une famille d'une gentillesse incroyable. Super sympa!!!

Voici l'adresse :
Majid shoda
House boat Star of asia
Dal lake
Srinagar
Kashmir
India
Tel 01 94 24 52 818
Mail : mrmajidshoda@hotmail.com

Pour y aller par vos propre moyen jusqu'à la house boat. Allez au Gate 1 du Dal lake, prenez une barque (shikara) et demander d'aller à la star of asia chez Majid. Tout le monde le connait.

Srinagar
VISITE: Un petit paradis plein d'originalité et d'attrait pour le visiteur.
La ville peut être appréciée sous deux angles : de la terre et de l'eau
De l'eau, Srinagar ressemble à une succession de canaux autour desquels la vie s'est organisée.
De la terre, la ville apparaît comme une ville polluée et bruyante mais avec un site architectural que l'on ne rencontre nulle part ailleurs en Inde : des maisons aux murs de pisé posés sur des fondations de brique ornées de mouharabieh en bois de cèdre, la plupart du temps finement ouvragé. Tout ceci donne à la ville, un caractère indéniable qui marque le voyageur.
Le Lac Dal.
La découverte de Srinagar depuis l'eau est la façon la plus agréable mais aussi la plus complète que l'on puisse faire de la ville. La tradition de vivre sur l'eau remonte au XIX ème siècle. Les étrangers ne pouvant posséder une maison sur le sol du Cachemire, les Britanniques se mirent à faire aménager luxueusement des péniches, des "house-boats". Les boys de ces anglais en s'enrichissant purent également se payer leur propre house boat et peu à peu, se mirent à les louer et à s'enrichir. De nos jours, il y des centaines de house-boat, dont certains affichent un grand luxe. Ces house-boat sont construits en bois de cèdre du Cachemire et fortement sculpté, ce qui en fait souvent de véritables oeuvres d'art.
On ne peut faire un séjour à Srinagar sans loger quelques jours sur un de ces bateaux et profiter d'une véritable vie de "pacha" bien agréable et bon marché.
L'autre type de bateau très rencontré à Srinagar est le sikhara, la gondole à baldaquin qui conduit le voyageur à travers les canaux de la ville.
Parmi les belles ballades, signalons les marchés flottants. Il y en a deux à proximité des jardins flottants du Lac Dal. Les hommes tiennent un marché aux légumes, alors que les femmes vendent des plantes aquatiques qui servent d'engrais.
Lorsque l'on loge sur le lac, il n'est pas rare de voir les marchands se déplaçant en sikhara venir proposer aux péniches leurs marchandises. Chaque sikhara est décoré royalement aux couleurs du commerce proposé.
A voir également:
La vieille ville : la ville comporte de nombreuses mosquées dont les deux plus intéressantes sont la Jama Masjid et la Shah Hamadan Masjid.
Il est agréable d'aller découvrir les bars le long de la Jhelam, entre les ponts Fateh Kadal et Haba Kadal.
La colline de Sankarâchârya : un superbe panorama sur le Lac Dal et la ville.
Les jardins Moghols : ils sont très célèbres. Au nombre de trois: Chashma Shahi, Shalimar et Nishat Bash. Ils descendent ver le Lac Dal. Suite des visites de la ville.
Balade jusqu’au Wular Lake en passant par Anchar Lake.

Srinagar / Kargil


Le Ladakh, le petit Tibet...

Le Ladakh est une région de l'état de Jammu et Cachemir situé à l'extrême nord de l'Inde. Cette région n'a rien de commun avec le Népal (si ce n'est avec la petite région du Mustang). La population, le climat, les traditions, les paysages sont différents. Il s'agit d'une zone apparentée au Tibet (aussi l'appelle t'on parfois "petit Tibet"). Au cours de l'histoire, il a été rattaché au Tibet à certaines époques. Sa population et sa religion sont similaires au Tibet. Sa situation géographique aussi est similaire au Tibet : cette région est située sur le versant nord de l'Himalaya et n'est donc pas soumise à la mousson. La vallée principale est celle de l"indus qui a pris sa source près du Kailash au Tibet.

Son intérêt principal est qu'il s'agit d'une région de culture tibétaine qui n'a pas été touchée par l'invasion chinoise. On y trouve des monastères superbes comme au Tibet qui n'ont pas subi la révolution culturelle. Les paysages sont aussi similaires au Tibet. C'est une région superbe, ses paysages sont extraordinaires. Il est également très intéressant d'assister aux festivals dans les monastères avec les danses de Cham traditionnelles (le plus important a lieu au monastère de Hemis fin juin ou début juillet, suivant les années, la date étant fixe suivant un calendrier lunaire). Les deux autres monastères les plus remarquables sont Lamayuru (environnement extraordinaire) et Alchi (peintures murales). Sinon, il y a bien d'autres monastères intéressants. Tous les monastères du Ladakh sont en activité et au hasard des visites, on a l'occasion d'assister à diverses cérémonies. La ville de Leh est aussi intéressante. D'autres régions sont tout aussi spéciales (la Nubra valley par exemple, la région du plateau tibétain à l'est le long de la frontière avec le Tibet de l'ouest, le Zanskar).

Quitter Srinagar : Gare routière

Pour aller de Srinagar vers Leh, c'est une sympathique promenade de 430km à travers une route empruntant des cols frisant 4.000m d'altitude. Cette route est ouverte de juin à octobre. Elle est parcourue par des bus qui la traversent en 24h de trajet en 2 jours, 12h par jour avec une nuit à Kargil. Le voyage est inoubliable, on croit vraiment monter au ciel.

Kargil / Mulbekh
Prendre le bus le matin ou en taxi. Petite étape de quelques Km.
Pour dormir : A 500m, en direction de Whaka, au-dessus de la route, les nones proposent des chambres avec vue imprenable sur la vallée et une bonne nourriture.
La région de Mulbekh est traditionnellement considérée comme l'entrée dans le Ladakh bouddhiste. Cette entrée est matérialisée par un immense Bouddha de 8 m de haut, sculpté dans un rocher au bord de la route. Un petit gompa récent décoré de belles fresques et de statues a été construit contre le rocher. Comme la plupart des vallées du Ladakh, la vallée de Mulbekh est encaissée au cœur des montagnes, et les issues sont soit des cols élevés, soit une gorge étroite, escarpée et tortueuse creusée par l'eau pour s'échapper de ce piège.
L'endroit mérite une visite d'au moins 2 ou 3 jours pour s'imprégner des splendides paysages autour de la ville. En remontant la vallée de la Warkha, on arrive très vite en vue du magnifique paysage qu'offre le village de Gyal. Au-dessus du village (tradition oblige) se trouve un petit monastère gelugspa creusé dans la falaise.
Il y a aussi deux gompa à Mulbekh : Serdung et Gandentse. Ils jouissent de beaux panoramas sur la vallée.

Mulbekh
On peut ajouter la montée (plus sérieuse) aux ermitages d'Urgyen Dzong, qui emprunte des gorges extrêmement étroites et profondes.
A l'écart de la route, sur la rive gauche de la rivière Warkha, se trouve le village de Shergol surmonté par le gompa Jangchub Ling, "lieu de l'éveil", taillé dans une falaise de roche tendre. La piste contourne le gompa de Shergol à flanc de colline jusqu'à Serzing et passe sous le village (grosses et riches maisons ladakhis). 5 mn plus loin, un pont  permet d'accéder à la vallée de Pokhar. La piste carrossable se termine, et un petit pont en dur fait passer sur la rive droite. On remonte vers un petit canal. Une ouverture dans un très long mur donne accès au sentier qui va remonter ce petit affluent de la Pokhar, et s'enfoncer dans des gorges vertigineuses sur près de 2 km avec échelles de bois ou de fer pour les passages délicats, et parfois des escaliers. A la sortie sur la gauche, une rude montée dans une pente de terre mène à 2 gompas (et à 2 sources). En face dans la falaise, les ermitages d'Urgyen Dzong. Cadre magnifique !
Mulbekh / Lamayuru

Ici, la gorge étroite est empruntée par la route pour Lamayuru. Elle se fait par les cols Fatu La (4102m) et Numika La (3728m).

Le soir, à la tombée du jour, les derniers rayons de soleil tombent sur le village et offrent un spectacle grandiose d'intensité.
Lamayuru est un village d'une centaine d'habitants. Bâti dans un cirque de roches moutonnantes à la couleur ocre, il était, dit on, entouré de deux lacs qui, aujourd'hui disparus, amenèrent les paysans à venir s'installer dans cette contrée. Les maisons sont dominées par le monastère qui abrite une quarantaine de moines et de novices. Ici, le monastère tient lieu d'école. Depuis des siècles, les paysans de Lamayuru cultivent l'orge, denrée alimentaire de base de la population de ces vallées escarpées.

Lamayuru / Wanla.
Tôt le matin, nous débutons le trek en visitant le monastère de Tharpa Ling. S’y rendre à 7h ou à 17h pour assister à une puja, un moment fascinant. Niché dans un cadre fantastique, son monastère est perché sur un rocher escarpé, il domine le village au fond de la vallée de l'Indus. Naropa y médita dans une grotte, mais son véritable fondateur serait Rinchen Zangpo. Son monastère est connu pour ses statues de bouddha, ses riches reliefs de bois et les seuls exemples de peintures cachemiri de la région. Il appartient à l’école drigunpa (kargyupa). Le Singge Ihakang (sanctuaire du Lion) est le plus ancien sanctuaire de la région. Il date du 11ème siècle. Nous continuerons à marcher dans la vallée à travers les maisons et les champs de Lamayuru. Après une marche de 1,5km, on approche du col de Prinkitila  à 3.900m. On traverse la vallée de Shillakong et tourne à gauche pour arriver dans la vallée de  Wanla, le chemin de droite va à Shillakong. Sur le point le plus haut, à 2,3 km, on peut voir le monastère de Wanla (une gompa rouge). Visite du monastère de Wanla. Après la visite, balade dans la vallée pour rentrer à Lumayuru.
Trek Khalsi / Likir

*Tar. (Si on a le temps).

Une passerelle étroite sur l'Indus conduit à un canyon des plus inattendu : une gorge étroite, profonde, fraîche, enserrant un ruisseau ......... enjambé par de petits ponts de bois ou de pierre. .....Puis, brusquement, c'est l'éblouissement du soleil dans un cirque de 360° d'éboulis dégringolant de 6.000 à 3.500m. … Là, au fond, écrasées de soleil, 10 maisons, 10 familles, à la sortie des gorges, hors du monde, hors du temps.........


Trek entre Temisgam et Likir.


La région de "Sham" (mot qui signifie "bas" en tibétain). Elle conserve de nombreux très vieux monastères comme Alchi, Mangyu et Sumdah Chung, dans leur état d'origine, ou d'autres, comme Rizong ou Likir, entièrement restaurés.  Il faut aussi s'arrêter pour visiter les restes de Basgo, une des premières places fortes des premiers rois du Ladakh.
 
Sans réelle difficulté. Possible en 1 jour. Mais nous le ferons en 2 jours en restant dormir à Temisgan ou dans un autre village.
Le trek entre Kalsi / Likir n'est pas difficile, et est super joli (enfin partout, c'est joli là bas). Pas de mules et muletier. Dans ce trek (un des seuls dans la région), il y a moyen de dormir dans les guest houses des villages que vous traverserez.
On peux se passer de sac de couchage, il y a des couvertures, mais prendre un sac à viande car il n'y a pas de draps. N'empêche qu'en juin, il fait encore froid la nuit.
Khalsi et début du trek. Montée jusqu'au col du Bongbong-La dans un magnifique paysage désertique. Nous poursuivons notre marche en direction de Temisgam, l'un des villages les plus riches du Ladakh.
Nous rejoignons le village de Ang avant d'emprunter le col du Sermanchan La. Suit une longue descente jusqu'au magnifique village de Hemis Skupachan.
Montée en direction d'un petit col puis descente vers Yangtang et visite du village.
Nous cheminons à travers une vallée encaissée qui débouche sur de nombreux champs cultivés, dominés par le monastère de Rizong que l'on visitera. Ici des groupes bonzes sont chargés de la construction de mandala de craie. Les moines y passent beaucoup de temps et ils doivent être très minutieux, chaque couleur ou dessin ayant une signification particulière. Une fois achevé, le mandala sera amené dehors et le vent en dispersera la craie. Tout ceci pour montrer une chose : le matériel est éphémère.
*RIZONG

le monastère perché de Rizong, dans le cadre grandiose de ce fond de vallon.
Fondé récemment, au XIX° siècle, par un moine de Saspol, Tsulrim Nyima, dont les cendres sont conservées dans un grand chorten, il abrite une cinquantaine de moines de l'ordre Gelugpa.
En cours de route, environ 2 km avant Rizong, on passe devant la nonnerie de Chulichen, entourée d'une forêt d'abricotiers. Pendant que des moinillons ramassent les abricots, les nonnes font sécher au soleil des abricots et des amandes d'abricot, ou écrasent les amandes pour en extraire l'huile.
Montée jusqu'au col du Charatse La, puis descente au village de Sumdo. Montée au col du Pobe-La avant de rejoindre le monastère de Likir.
*LIKIR
En 1115, le 5èmeroi du Ladakh, Lhachen Gyalpo, offrit ces terres au lama Duwang Chodjé pour construire un monastère.
Likir aurait été le premier monastère à instaurer le système des lamasseries.
Les anciens bâtiments ayant été détruits par le feu, le monastère actuel a seulement 200 ans.
Il abrite une centaine de moines de l'ordre Gelugpa (phon.: guéloukpa); il est réputé pour la sévérité de sa discipline. Le supérieur est un jeune frère du Dalaï Lama.
Une grande cérémonie avec des danses rituelles a lieu du 27° au 29° jour du 12° mois lunaire du calendrier tibétain.
Le 15 septembre 1997, la plus grande statue de Bouddha du Ladakh, plus de 21 mètres de haut, y a été consacrée.
Retour sur la route de Leh à Alchi. Fin du trek dans l’après midi. Nous resterons dormir à Alchi. Avec une excellente Guesthouse, la Zemskhang.
*BASGO
Capitale du Bas-Ladakh (Sham + Purig + Baltistan) au XVème siècle, il ne reste de la citadelle de Basgo que des ruines et deux temples.
Le site est plutôt spectaculaire. Dans le village, au pied de la forteresse, a été construit le premier mendong (mur de "manis") du Ladakh à l'initiative du grand roi Sengge Namgyal au début du XVII° siècle.

Alchi
A Alchi, se trouve un très vieux monastère construit de 1029 à 1035. On peut croire d'abord qu'il est à l'abandon. Mais un moine ouvrira bien les salles. Les murs sont entièrement recouverts par des fresques très bien conservées, c'est superbe ! La sensation d'entrer en un lieu si vieux et si paisible est assez agréable. Son enceinte sacrée se compose de 6 temples. C'est le plus beau monastère du Ladakh, l’un des chefs-d'œuvre de l’art mondial. Bâti sur un terrain plat, il a été fondé au 11ème  siècle par le grand traducteur Ringchen Zangpo à son retour des Indes. Les amateurs d’art et les archéologues ont été attirés par la finesse de ces peintures qui évoquent le travail de la miniature cachemiri.

Alchi / Leh
Un bus y monte 2 fois par jour. Trajet 2h30. 40 Rs Leh altitude 3.500 m. Un véritable paysage lunaire désolé, composé de rochers et de gravier. Capitale du Ladakh, au-delà de la vallée du Cachemire, se trouve littéralement sur le toit du monde, à une altitude de 3.505 mètres. Il s'agit de la destination par excellence pour ceux qui aiment la marche et l'aventure. Là, les sentiers mystérieux de la montagne mènent vers des gompas creusés dans les collines et dans lesquels on peut admirer l'art bouddhiste représentant la civilisation glorieuse d'autrefois.
"Ti Sei" Guesthouse : Belle cour intérieure et jardin agréable.
Restaurant "High Life Restaurant Tibetain" : en contre bas de l'hôtel dans Fort Road dans une cour à droite. Très bon et accueil extrêmement sympa.
Boulangerie la "Pumperknikel German bakery" du centre ville en haut de Old Fort Road. Pain excellent.
L'après-midi calme pour découvrir de la ville. Visite de la ville : marché ladakhi, du vieux Leh, temple Lhakhang Sona et monastère Sankar Gompa prière vers 18h & montée au Palais Royal. (coucher du soleil)

Leh
Aujourd'hui,  notre but est d'atteindre le Stupa de Shanti. Au coucher et au lever du soleil, le panorama est splendide. En chemin, un moulin à prières situé en bas de Fort Road mais aussi des pierres sur lesquelles sont gravées des prières. Plus loin, visite du village de Changspa. Il offre d’importantes sculptures bouddhiques des VIII ème et IX ème siècles. Non loin de là, le bourg de Sankar est bâti autour d’un charmant gompa qui dessert, en association avec le plus classique Soma Gompa de Leh. Pour le Stupa il faudra du souffle car pour y arriver, il faut gravir beaucoup de marches et la montée s'avère particulièrement difficile. Mais de là-haut, la vue est spectaculaire, ça en vaut la peine. Le monument en lui-même n'a rien d'extraordinaire, il n'y a vraiment que cette statue de Bouddha qui est belle. 
Retour dans le centre.

L'est de Leh
Départ en bus 8h/14h/16h pour Stock trajet 1h, 11 Rs, 17 km.
*Stok
Situé de l'autre côté du pont en venant de Choklamsar, ce monastère est construit en 1814. Orné de beaux masques et de fresques, il compte plus de 80 pièces, dont quelques-unes ouvertes au public. Situé devant la gompa, le musée abrite une collection exceptionnelle d'ornements rares ayant appartenus à la famille royale, des thankas, des vêtements et des bijoux traditionnels.  
A cinq minutes du Palais de Stok, on trouve le monastère de Gurpuk  où vivent environ trente moines.  Les moines de ce monastère appartiennent à l’école Gelukpa. Pour rentrer sur Leh, il y a un sentier par la montagne qui passe par Rumbuk et Spituk. Pour rentrer jusqu’à Leh, mini bus toutes les 15 min. 5 Rs trajet 20 min.
Hemis / Matho / Tiksey / Shey

Toujours à l’Est.
Journée consacrée à la visite des monastères. Mais c’est surtout l’occasion de voir la région. On aura peut-être un peu marre de visiter des monastères. On verra bien sur place ! Voici quand même le programme.


*Hemis.


A 45 km de Leh et il faut 1h30 en bus. C’est le plus célèbre et le plus grand monastère du Ladakh. Il a été construit par le grand Mahasiddha Sthaksang Raspa, l'ancêtre de Singey Namgyal au 16 ème siècle. C'est l'un des monastères le plus accessible et le plus visité. Il est habité par 200 moines. Du toit, nous aurons une superbe vue sur la vallée et les villages.


*Matho.

A 10 km de Gurpuk. Ce monastère a été construit au 13eme siècle par le Lama Tumgpa Dorje. Ce monastère est l'unique monastère Saskyapa au Ladakh. Les deux oracles sont très célèbres. Ils sont venus du Tibet, invités par le fondateur de ce monastère. Pour l'instant, 50 moines y résident et ils pratiquent les rites Saskyapas.
Après midi, nous visitons le monastère de Sanker proche dans la vallée. Ce monastère est entouré de maisons anciennes.


*Tiksey.


A 27km et 1h de trajet depuis Hemis, sa splendide gompa a été construite par le grand Lama Paldan Shesrap au 14eme siècle. Elle appartient aux ordres Gelugpa, possède une bibliothèque dotée d'une importante collection d'ouvrages tibétains, quelques belles œuvres d'art et un nouveau temple dédié à Maitreya où se trouve une grande statue du Buddha du futur.



*Shey.


Etait l'ancien palais des rois du Ladakh. Il a été construit  au 9eme siècle par le premier roi. Le monastère, partiellement utilisé, est en cours de restauration. Il abrite une petite bibliothèque et une collection de tankas. A proximité s'élèvent quelques stupas et des murs manis (murs de pierre gravés d'inscriptions sacrées). Erigée par le fils du roi Singge Namgyal, la statue du Bouddha Sakyamuni, en cuivre plaqué or, haute de 12m, est la plus grande de la région. Nous faisons  5 km pour la visiter.
Fin de journée nous rentrons à Leh.

Leh / Diskit dans la vallée de la Noubra
le permis. 

Il s'agit d'un permis collectif pour 4 personnes minimum, délivré par une agence de voyage de Leh moyennant 50 ou 100 roupies par personne. Il est valable une semaine. Il faut fournir une photocopie des 4 premières pages du passeport, celles qui portent le nom et le visa. Une combine permet de circuler seul ou à 3 avec le permis collectif. Il faut entre 24 et 48h pour l’obtenir.



La vallée de la Nubra est le point le plus au nord de l'Inde, à 2.500 km du cap Comorin, l'extrémité sud de l'Inde. Cette large vallée à fond plat est à 3.000m au dessus du niveau de la mer, soit 500 m de moins que la vallée de l'Indus à Leh. Les températures y sont donc plus élevées.
Au départ de Leh, à 3.515 m, la route s'élève dans le paysage désertique propre à tout le Ladakh. Elle va monter jusqu'au Kardong La ("La" = col) qui culmine à 5.620 m. Le panorama est grandiose, la démesure des chaînes montagneuses himalayennes laisse le spectateur pantois et béat.
En raison de l'état de la route et du bus, il faut 4 heures pour faire les 40 km entre Leh et le sommet du col. Au début de la descente, un arrêt à 12 h dans un camp militaire pour le contrôle des passeports permet de prendre un repas en faisant la queue au milieu des militaires. C'est ensuite la longue descente vers la Nubra. Malgré son altitude, ce col est le seul à rester praticable toute l'année, car les chutes de neige sont ici très faibles à cause de l'extrême sécheresse de l'air. Il ne reste jamais fermé plus de deux ou trois jours.
Un peu plus loin, on paie 100 roupies pour entrer dans la réserve naturelle que constitue la vallée de la Nubra. Après un autre check post à 14 h à l'entrée de Khalsar, on atteint le large fond plat de la vallée. 6 km plus loin, les panneaux de la seule bifurcation de la région indiquent : Diskit 15 km, Hunder 24 km et Sumur 15 km.
Suivant le jour de notre départ, l’ordre des visites des villages changera aussi.
Leh - Diskit : 118 km. Départ du bus : mercredi et samedi à 6 h. Arrivée : 16 h. Prix : 59 Rs Leh - Sumur : 125 km. Départ du bus : mardi et jeudi à 6 h. Arrivée : 16 h. Prix : 71 Rs
La vallée de la Nubra. En ladakhi, Nubra signifie "verte", on peut donc espérer y voir un peu de verdure. Ca changera de la roche que l'on voit aux alentours de Leh. Nous empruntons, en jeep ou en camion (même militaire), la route Leh - Khalsar - Diskit où un obstacle de taille nous attend : le Kardung La, qui culmine à 5.602m. C’est le col carrossable le plus élevé au monde. Trajet +/- 7h
Pour loger, le l'Olthang Guest House, est une très bonne adresse.
La "Sunrise Guest House" à Diskit offre un excellent hébergement autant pour le confort que pour la qualité de la nourriture. Le tout à des prix très intéressants: (prix 2002)
50 Rs la chambre,
35 Rs le repas,
25 Rs le petit déjeuner,
5 Rs le seau d'eau chaude pour la toilette.
Ce qui met la pension complète à 150 Rs
Diskit et Hunder. Ces deux villages sont situés à l'endroit le plus large de la vallée de la Shyok, au pied de la montagne et loin de la rivière. Diskit, ville principale de la vallée, est protégée par un très beau monastère (de l'ordre gelukpa) perché, dont l'accès est jalonné par une kyrielle de 108 chörtens.
Les maisons sont très dispersées et les rues sont en fait des chemins bordés de buissons épineux larges et serrés. POURQUOI ? Parce que chameaux, chevaux, yaks, ânes, chèvres et moutons vivent en totale liberté, et ces haies d'épines protègent les jardins et les champs de céréales de tous ces voraces brouteurs.


Diskit / Hunder
A pied et avec nos sacs, on rejoindra le village de Hunder qui est à 7 km. Très belle balade par la route ou à travers les dunes.

c'est pas le Sahara non plus! Il est impossible de s'y perdre car relativement petit, bourré d'oasis, et les villages ne sont jamais espacés de plus de 8-9km, du moins à l'ouest.

Le Moon Land Guest house. Situé dans un grand jardin agréable. Chambres simples et le seau d’eau chaude est gratuit !

Hunder / Diskit / Sumur
Il est maintenant possible de se déplacer en minibus à l'intérieur de la vallée entre Diskit, Hunder, Sumur et Panamik.
Sumur (parfois écrit Sumoor),  grand village sur la rive gauche de la Nubra. Ce village mérite le détour. Vaste ensemble de 7 temples, le gompa de Samstemling est vieux de plus de 150 ans. Les salles de prières sont ouvertes au public. Par la route, ce gompa est à 3 km vers le sud en direction de Tegar.
Sumur

Sumur possède un grand monastère dont la situation est moins spectaculaire que celui de Diskit, mais qui mérite d'être visité. Il sert de séminaire pour les futurs moines de la vallée et héberge 60 jeunes moinillons.
Info pour Pascale : Il y a aussi un vieux gompa désaffecté qui est devenu un endroit propice à la fabrication du Tchang, cette bière d'orge qu'on boit dans tout le Ladakh.
Sumur / Leh

le retour.
Les bus qui vont à Diskit et Panamik un jour, reviennent à Leh le lendemain. Avec seulement deux arrêts aux checkposts, sans pause repas, il faut +/- 8 h pour rentrer à Leh.

Leh / Manali
Leh vers Manali.
L'autre accès routier à Leh est la route qui rejoint Manali, dans l'Himmachal Pradesh. Cette route, ouverte entre juillet et octobre, passe par des cols vertigineux et atteint 5.360m d'altitude.
La route à partir de Leh vers l’Himachal Pradesh. Cette route qui traverse l'Himalaya avec trois cols a plus de 5.000m (le plus haut étant le Tang La ) est sublime. Il faut absolument la faire. Elle prend deux jours en bus avec des trajets journaliers très longs qui ne permettent pas de bien profiter du paysage. Soit trois jours en jeep louée, cela se loue à Leh comme un taxi.

Manali
Aujourd'hui, on reste à Manali.
Le matin, on monte à Old-Manali, la partie ancienne de Manali située à l'écart de la partie récente. C'est effectivement une vieille ville : les maisons sont des sortes de bergeries en bois, certaines avec de beaux balcons sculptés. On va ensuite visiter un vieux petit temple hindouiste tout en bois dans la forêt à côté. L'entrée du temple est très travaillée. On finit par rentrer à pied en traversant la réserve forestière, la promenade est agréable lorsqu'il fait chaud.
Puis direction Vashisht en auto-rickshaw (40 Rs pour 4 personnes). Il s'agit d'un petit village assez mignon mais envahi de baba-cools post-68ards attirés par le cannabis qui pousse en quantité dans le coin. Le reste de la journée, on profite encore un peu de la ville.
Manali / Delhi

Le bus est confortable et roule assez vite.
Le bus est de loin la meilleure solution, à condition de réserver à l'avance. Départ le soir (18h)... Arrivée le lendemain matin (9 h). Les prix sont très variables (entre 250 et 500 RS) et il ne faut pas hésiter à faire jouer la concurrence... Toutes les agences proposent ce genre de service et il y en a beaucoup. Le bus s'arrête parfois dans des resto-routes... Ces haltes sont toujours bienvenues car la chaleur sera de plus en plus difficile à supporter, on n'aura pas été habitué à un tel climat, là-haut, dans nos montagnes.

Delhi
Dernière journée en Inde. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire