lundi 6 août 2012

La traversée du Ladakh

Pour ceux qui ont suivi mes préparations, ils remarqueront qu'il y a eu des petits changements de trajet de dernière minute. Au départ, je ne devais pas partir de Lamayuru mais bien de Bodkarbu pour commencer ce trek. La raison est simple : lorsque j'ai quitté Shergol, le ciel était toujours chargé de pluie et j'ai donc préféré aller jusqu'à Lamayuru et attendre là une amélioration de la météo.

Voici la carte avec le trajet de ma traversée.


Me revoici à Lamayuru, mais cette fois, je ne ferai pas de visite car tout a été fait lors de mon premier passage. Je suis uniquement ici pour attendre que le soleil brille à nouveau au-dessus de ma tête et en profiter pour faire une petite lessive avant de partir vers cette aventure que j'attends depuis si longtemps. 
Cette année, la mousson est tellement importante de l'autre côté de l'Himalaya que les nuages sont même parvenus à couvrir le Ladakh. Il faut dire que Delhi est actuellement sous eau.

Au matin du deuxième jour d'attente, le soleil a enfin bien voulu montrer le bout de son nez.
Ni une ni deux, je décide de refermer mon sac et de prendre la route pour le Zanskar.
Ce moment, je l'attends depuis si longtemps que je ne veux plus perdre une minute.

Il est 8 heures, je regarde une dernière fois le Gonpa qui trône toujours fièrement au-dessus de la vallée, je longe le Moonland et me voilà sur le bon sentier. Celui là même qui me conduira vers une aventure solitaire dans la chaîne himalayenne, qui devrait durer un peu plus d'un mois.

Il est évident qu'un trek comme celui-là, on ne le commence pas comme tous les autres. Je sais bien que j'aurai des moments difficiles, même des passages où le doute s'installera, mais à tout ça, je ne veux pas penser pour le moment. Je veux juste être heureux d'avoir la chance de pouvoir encore vivre une telle aventure à plus de 60 ans.




Le temps des réflexions est bien fini. Je suis au pied de mon premier col, le Prinkiti La avec son sommet qui culmine à peine à 3725 m. C'est en quelque sorte une petite mise en jambes en comparaison aux "monstres" de plus de 5000 m qui m'attendent !


 La descente est facile et après 4 h de marche, je me retrouve à Wanla. Petite halte dans un resto de passage afin d'y manger un dal (riz, lentilles et légumes).



Après m'être restauré, je décide de monter au-dessus du village pour aller voir le vieux Gonpa avant de continuer mon chemin vers Phenjila où je ferai étape.


Le Gonpa vu par Jean Mazas




 L'étape a été tellement courte que je peux, comme cette femme, m'attarder pour contempler la vallée.


Pour rejoindre Phenjila, je remonte la vallée le long de la Yapola river.



A Phenjila, je loge dans une homestay avec un groupe de français qui font le trek Lamayuru / Chilling et que j'avais déjà croisé pendant la journée. Comme la maison n'est pas très grande, nous sommes tous dans l'unique chambre. Cela ne pose fort heureusement aucun problème et je dirais même que l'ambiance est plus que bonne.

Ma première journée de ce trek n'a vraiment pas été difficile et en 5 heures 30, j'ai effectué la liaison Lamayuru /  Phenjila. Les prochains jours seront sûrement beaucoup plus ardus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire