samedi 18 août 2012

Balade dans la plaine de Padum

Pour le moment, le bus qui fait chaque jour la liaison entre Zangla et Padum est à l'entretien à Leh. Pour rejoindre la capitale du Ladakh, j'ai dû prendre un taxi collectif. Ce n'est pas plus confortable et le temps du trajet ainsi que le prix (50 Rs) sont identiques pour faire les 35 kilomètres.

Après une petite heure de trajet, pour le moins très chaotique, j'arrive à Padum.
Ce n'est pas mon premier passage ici et je ne ressens nullement le besoin de refaire une visite du bourg. Je constate juste qu'au fil des années, il s'agrandit de plus en plus. Je me dis qui si cela continue ainsi, Pipiting, voire Karsha, seront rattachés à Padum !!

A cette heure de la journée, il n'y a pas grand-chose d'ouvert. Je vais directement dans mon boui-boui préféré pour manger une omelette avec des chapatis et du thé.
Le patron est très physionomiste. Il me reconnait immédiatement et prend de mes nouvelles, ce que je fais aussi.
Par contre, des nouvelles de son resto, je ne dois visiblement pas en prendre. Toujours les mêmes tables, les mêmes chaises (qui sont de plus en plus bancales), la même couleur sur les murs, le même comptoir et peut-être la même bouilloire pour servir le thé !!!! 
Mais bon, tout cela n'a pas beaucoup d'importance, le principal, c'est que les plats soient bons.

Après m'être sustenté sans retenue, j'ai été surfer sur le net pour prendre et donner des nouvelles, surtout à Pascale qui attend cela depuis que j'ai quitté Lamayuru. La pauvre, j'espère qu'elle n'a pas trouvé le temps trop long ?!
Ce qui a de bien avec le net, c'est qu'on a des nouvelles en direct. Aussitôt que je lui ai envoyé mon message, j'en recevais un, pour me dire qu'elle était vraiment rassurée d'avoir enfin des nouvelles de ma part. Cela se comprend très bien, sorry ma chérie.

Dans mon courrier, j'ai aussi eu des nouvelles de Jean-Louis Taillefer. Il me dit qu'il est à Kargil et qu'il arrivera à Padum le 17 août. Bon ce n'est pas une grande surprise, puisque nous avions rendez-vous à Zangla, mais qu'il arrive le même jour que moi à Padum, ça s'en est une. 
Bien que je doute qu'il soit déjà en route, je lui réponds quand même que je l'attendrai au restaurant tibétain. Il connait l'endroit, c'est un de nos incontournables !!

J'ai le temps devant moi, il ne peut pas arriver avant cette après-midi. Je vais tuer le temps chez le barbier-coiffeur pour qu'il s'occupe un peu de ma barbe.

.............. Sur le coup de midi, je vais déjà chez le tibétain car j'ai une envie folle de frites et je sais que chez lui, il y en a. Elles ne seront pas faites sur 5 minutes ni même servies dans un cornet, mais je m'en fiche, l'envie est trop forte !!!

Ha ces paparazzis !
Au Restaurant, je retrouve deux des quatre trekkeurs qui étaient avec moi dans le camp du Sengge La et qui m'ont invité à venir partager le repas. Nous nous retraçons mutuellement nos aventures autour d'une boisson gazeuse.
Dans l'après-midi, c'est autour de Jean-Louis d'arriver. Encore une fois, les nouvelles ne manquent pas et nous papotons des heures durant. Tant et si bien que lorsque nous décidons d'aller voir au Mont blanc pour avoir une chambre, la guesthouse est complète.
Mais la propriétaire, qui est contente de nous revoir, nous propose de boire un thé.
Le thé n’arrangera pas notre problème, puisque la soirée est là et que dans le noir, il est encore plus difficile de trouver une chambre de libre.
Ce sera chose faite au Tourist Bungalow, où pour un prix plus que dérisoire (200 Rs), nous aurons une chambre convenable.

Le lendemain matin, nous décidons de garder notre chambre et d'aller se promener du côté de Karsha. Ensuite nous pousserons une pointe à Hogchat pour voir les Bouddhas sculptés que j'avais vus l'année passée grâce au livre de Michel Peissel et que Jean-Louis ne connaissait pas.

Après un passage à mon boui-boui pour le petit déjeuner, nous quittons Padum pour Karsha. La forme est là et nous faisons le trajet en 1 heure. Passé le pont, un tracteur nous prend en stop. Cela ne va pas vite, mais pour faire les 5 km jusqu'à Lami, cela suffit amplement.


A Lami, comme à Pidmo l'autre jour, c'est la période des moissons. Et nous tombons juste à l'heure de la pause pour les uns et du repas pour les autres. Evidemment, on ne se fait pas prier pour boire un thé ou un tchang, c'est au choix de chacun !!!! 
                                             


                                                                    

Le break passé, nous poursuivons vers Hogchat. Le sentier monte progressivement jusqu'au village De ce fait, la vue sur la grande plaine de Padum est devenue belle et elle le sera d'autant plus lorsque nous serons plus hauts du côté de Karsha.



Lorsque nous arrivons à Hogchat, j'ai du mal à me repérer. Je me souviens pourtant que les Bouddhas sculptés n'étaient pas loin du grand moulin à prières du village. Je le cherche du regard, le localise et recherche à présent les pierres. 
Elles sont là ! Formidable, je remonte la pente et d'un coup, je remarque une autre pierre que je n'avais pas vue la première fois, étant donné que j'étais venu du haut du village.

J'attends Jean-Louis pour lui montrer cette nouvelle découverte, que Michel Peissel ne stipulait pas dans son livre. Notre premier boulot est d'arracher les plantes poussant devant la pierre et de la nettoyer. Sur celle-ci, c'est plus facile car il n'y a pas de trace d'offrandes de beurre de yack sur son visage. Cela nous prouve que cette gravure est tombée depuis longtemps dans l'oubli. Ce n'est pas le cas des autres gravures. Si cette tradition d'offrandes aux statues ou gravures peut, pour nous occidental, paraître dommage, ce n'est évidemment pas le cas des bouddhistes.
Alors que je posais un jour la question à un moine, voici ce qu'il m'a répondu:

"Si les Bouddhas n'ont pas besoin de nos sentiments pour nous ouvrir les portes de leur compassion, nous avons besoin, nous, de diriger vers eux nos pensées pour recevoir la lumière. L'offrande est un moyen précieux d'opérer ce mouvement vers les Bouddhas. Faire des offrandes, aussi simples soient-elles, à un Bouddha, c'est d'abord témoigner notre considération aux diverses expressions de l'Eveil. L'offrande est donc plus importante que l'objet présenté".


 Je n'en reviens toujours pas d'avoir trouvé une gravure de plus. Pourtant, je me souviens que l'année passée, j'avais demandé à un villageois s'il n'y en avait pas d'autres gravures dans le village que celles qui étaient devant nous, et il m'avait répondu par le négative. Cela me semble inimaginable, mais Jean-Louis m'explique que la même aventure lui est souvent arrivée au Ladakh. Car les gens d'ici ne savent pas ce qu'il y a dans leur propre village !!!!

Nous poursuivons la visite.

Devant les autres gravures, la surprise est moins grande pour moi, puisque je connaissais déjà les lieux, mais je suis néanmoins  content d'être revenu jusqu'ici. 
Petit jardinage et nouveau nettoyage des pierres (je ne sais pas si c'est bon pour mon karma, mais Bouddha me pardonnera !). Hélas c'est sans effet sur les taches. Le gras est bel et bien incrusté dans la pierre. Je me dis que la prochaine fois, je viendrai avec du "Splash", qui vu à la TV, enlève toutes les taches !!!



Jean-Louis me dit que les maisons qu'on distingue bien plus haut dans la montagne, c'est un monastère.  Quand nous nous informons pour savoir s'il y a un moine sur place ou si quelqu'un du village a la clé de ce monastère, nous recevons un NON sur toute la ligne.
Dès lors, il n'est pas nécessaire de monter inutilement jusque là, je mets mon télé sur mon boitier et je fais une photo de ce monastère. 

Nous prenons la direction de Karsha. En chemin, nous passons devant l'école de Hogchat, Tout comme le monastère, je constate en regardant par la fenêtre que les classes sont vides.
J'aime bien la leçon d'anglais, I take one picture.             
   
Nous arrivons maintenant sur les hauteurs de la plaine de Padum. D'ici le spectacle est total. Nous avons à droite, tout au fond du la photo, Padum et à gauche Karsha.
Je ne sais pas combien de Km² sont représentés sur ces deux photos, mais cela doit en faire pas mal !!



La suite vous la trouverez au prochain clic ...............

Aucun commentaire:

Publier un commentaire