lundi 20 août 2012

Visite chez le roi

(suite)

La journée n'est pas pour autant finie et je propose à Jean-Louis d'aller rendre visite au roi, sa maison étant à deux pas de là. J'ai toujours en travers de la gorge mon rendez-vous manqué de l'année passée, où je voulais profiter de mon passage à Zangla pour demander au roi s'il possédait dans ses archives des photos de l'expédition de Michel Peissel au Zanskar en 1976 ?! Pour mon deuxième passage, je désire retenter ma chance.

Jean-Louis n'est pas très chaud par ma proposition, mais me suit quand même. Arrivés chez le roi, nous sommes reçus par la reine. Celle-ci reconnait Jean-Louis car il est venu dormir ici l'année dernière. Une petite discussion s'engage et je termine par ma demande de rencontrer le roi. Encore une fois, ce n'est pas possible car après la puja, il est parti à Padum. Je suis une nouvelle fois déçu et j'explique à la reine pourquoi je désirais rencontrer son mari. La reine me répond qu'elle n'a jamais entendu parler de Michel Peissel et qu'à l'époque, elle n'était pas encore ici. Elle nous propose de revenir dans deux jours, le roi sera alors rentré. 
Dans la foulée, la reine nous invite  à visiter la salle privée de prières qui se trouve sur le toit de la maison. Elle est ouverte car des moines s'y trouvent.  Nous sommes évidemment intéressés par la suggestion présentée et nous montons aussitôt les deux étages de la grande demeure. Du toit, la vue s'étend sur le village et les champs qui sont en contrebas.
Dès que je rentre dans cette salle de prières, je suis fasciné par ce que je vois. Tout comme dans la salle du palais, il y a aussi de très belles statues, des masques, des tankas, des stupas etc .. J'ai devant moi un véritable trésor.




 Comment rester insensible devant tant de beauté ?

Je ne résiste pas à vous faire découvrir d'autres merveilles.









 Voilà encore une visite que je ne suis pas prêt d'oublier. Nous redescendons au rez-de-chaussée pour remercier la reine d'avoir pu, nous en sommes conscients, voir ce lieu sublime.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire