mardi 21 août 2012

Balade jusqu'au doksa de Zangla

Aujourd'hui  nous irons nous balader jusqu'au Doksa de Zangla (un doksa, c'est un camp de nomades), qui se trouve dans les gorges situées juste derrière le château. La balade sera intéressante, puisque c'est le départ du trek qui nous emmènera à Shade.

Je dis "nous", car en effet, Jean-Louis et moi avons choisi d'unir nos forces pour faire cette partie de la grande traversée du Ladakh. N'allez pas voir une quelconque forme de lassitude d'être seul ou de renoncement ! Non, c'est tout simplement que cette partie là du trek est compliquée à faire et nous avons donc choisi  de partager notre aventure, afin de mettre toutes les chances de réussite de notre côté. 



Mais nous n'en sommes pas encore si loin ! Pour le moment nous laissons sur notre droite, l'ancienne forteresse des rois de Zangla pour replonger immédiatement vers les gorges et la rivière Zumlung Cha. 





Sur le chemin, nous croisons deux filles qui rentrent au village chargées  de bouses de yack séchées. En occident, on pourrait se dire tant d'efforts pour ça !!! Oui mais ici, cet ingrédient est l’équivalent de notre bois de chauffage. Lorsque l'on sait que l'hiver dure huit mois, il faut donc en avoir beaucoup et forcément devoir aller les chercher de plus en plus loin afin de faire une réserve suffisante. Les doksas ou les alpages sont à fortiori les endroits où on en trouve le plus. C'est donc de là que les deux filles reviennent. 


Nous trouverons d'ailleurs là-bas en bas, une véritable manufacture de déjections séchées !!

Le camp est pour le moment vide de ses occupants, les bergers sont actuellement avec les troupeaux dans les différents alpages et ne reviennent que le soir. Je fais rapidement le tour du domaine et constate qu'il y règne une certaine organisation afin d'y vivre correctement pendant les quelques mois d'été.
Je n'y reste pas longtemps car un endroit sans vie me fait  penser à l'ambiance d'un musée et je ne voyage pas pour ressentir cela.


Je rejoins Jean-Louis, qui lui, pendant ce temps là, était à la recherche de gravures rupestres.
Il me dit qu'il n'y a rien de tout ça ici et nous continuons dans la vallée pour voir les ruines du fort de Malakhartse. 
Si la balade est belle, les ruines sont devenues, par le temps, presque illusoires.  
Avant de retourner à Zangla, Jean-Louis va à la recherche d'un sentier qui éviterait de nombreux passages à gué (il a horreur de ça !). Hélas, le seul sentier qu'il a trouvé a subi un éboulement et est devenu de ce fait impraticable.  


................. Sur le chemin de retour, nous rencontrons un de ces ouvriers "modeleurs" de la manufacture. 






Avant que le soleil ne se couche, je ferai un dernier tour dans le village. Demain, la journée sera  uniquement consacrée à la suite de notre aventure.  Il y a tellement de choses à faire qu'elle ne sera sûrement pas trop longue. 


Notes du 22 août

Une fois n'est pas coutume, malgré le boulot qui m'attendait, je me suis permis de faire la grasse matinée. Comme je n'avais plus de vêtements propres, je me suis mis sans perdre de temps à la lessive, car il faut évidemment que tout soit sec pour ce soir. Cela devrait le faire puisque le soleil est là. En attendant, je m'occupe de mon sac et des réserves de nourriture que nous devons emporter. La chose semble anodine, mais il faut quand même savoir qu'après avoir quitté Zangla, il n'y a plus de village avant celui de Shade. En conséquence, nous serons livrés à nous même pour une période d'au moins cinq jours. C'est la raison principale de notre choix, d'effectuer à deux cette partie du trek.


Les préparations furent telles que nous n'avons même pas eu l'occasion d'aller rendre visite au roi. Ce n'est pas encore pour cette fois-ci que j'aurai mes informations sur le voyage de Michel Peissel au Zanskar. 
Est-ce vraiment important ? Peut-être pas, beaucoup de chose ont été dites dans son livre.
Il est évident que j'aurais voulu connaître d'autres détails et pourquoi pas, voir d'autres photos que celles du livre. 

La soirée se passera chez Tundup, qui nous tracera une dernière fois le trajet et nous donnera les derniers détails pour éviter les embûches.


Tout est en place pour reprendre l'aventure, nous sommes bien prévenus, rien ne sera simple, ce trek là est vraiment hors des sentiers battus, pour trekkeurs indépendants.

2 commentaires: