lundi 13 août 2012

Du Gonpa de Lingshed jusqu'aux hauteurs du village

 Aussitôt sorti de la salle de prière, je vais à la rencontre des moines pour faire quelques photos d'eux.
L'ambiance du monastère est sereine et je peux faire mes photos comme je l'entends. Bien sûr, ce n'est pas la grande foule car beaucoup de moines sont déjà partis dans le sud de l'Inde à Dharamsala pour étudier les textes. Il est effectivement très rare que la majorité des moines reste dans leur monastère après le festival annuel. Seuls restent les novices et les vieux.
                                J'irai jusque dans la cuisine où je trouverai de belles atmosphères pour faire des photos.


Un peu plus loin, je retrouve même un Guru Rimpoche tout éberlué de se retrouver entre deux grandes statues !



Après mes découvertes, je ressors du monastère pour continuer la visite que j'avais interrompue pour la puja.



 La visite terminée, je décide de m'éloigner de Lingshed afin d'y trouver un homestay pour y passer la nuit. 
Hélas toutes les maisons sont fermées pour cause de travaux dans les champs. Je continuerai alors mon chemin pour rejoindre les hauteurs de Lingshed et voir si j'ai plus de chance de trouver un coin tranquille pour y mettre ma tente.


Je suis très vite sur les hauteurs d'où la vue est encore plus surprenante.



Avec une telle vue, je me dis que j'ai des chances de trouver un beau coin pour passer la nuit. 



...... Et ce sera fait dès que le village ne sera presque plus en vue.



Je pense bien avoir trouvé le coin idéal. Hélas, ce ne sera pas tout à fait le cas. Dans un premier temps, je reçois la visite d'une caravane qui vient du col du Hanuma La. Pas de quoi en faire un plat, c'est même plutôt sympathique et cela me prouve que je suis sur le bon chemin.


Un peu plus tard, je reçois la visite de quelques biques. Il n'y en a qu'une petite dizaine et c'est toujours aussi sympathique.


Mais lorsque je scrute la cime de la montagne qui se trouve à l'arrière de ma tente, j'ai la surprise de voir arriver tout un troupeau revenant des alpages.
Juste le temps de faire une photo et je comprends très vite que je vais me faire envahir.



Je dis toujours que dans la montagne, on est jamais seul, mais à ce point là, c'est presque comme dans la rue Neuve à Bruxelles un samedi après midi.
Quoi, il n'y a pas de biques rue Neuve !
Mais oui, puisqu'il y a aussi du Pachmina !!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire