vendredi 24 août 2018

Départ pour la Pin Valley

Voici la carte de ce qu'il nous reste à faire au Spiti.


Nous quittons, cette fois, pour du bon notre homestay de Kaza. C'est avec regret, car c'était le top des homestay. Le temps de dire au revoir à la famille qui, avec le temps, avait appris à nous connaître. 


Il est 8h30 et le bus démarre du bus stand de Kaza.
A 11h30, nous arrivons au pont qui traverse la Spiti river, pour rentrer un peu plus loin dans la Pin valley et sa rivière au même nom. 

 Bien heureusement, il y a un nouveau pont, juste à côté de celui -à, pour franchir la rivière en toute sécurité.


Hélas pour les couleurs des photos, la luminosité n'est pas dans la vallée. 


Bien que parfois, cela a tendance à vouloir s'arranger. Mais ce n'est que pour peu de temps car la pluie tombe déjà dans le fond de la vallée. Je dis à Pascale qu'il va falloir se mettre à l'abri dans les prochaines minutes.



Dans les alentours, il n'y a qu'une maison. Nous n'avons pas le choix de nous mettre sous un porche car entre-temps, la pluie nous a rattrapé.
La locataire de l'humble maison a entendu du bruit et vient voir ce qui se passe. Lorsqu'elle nous voit, elle nous fait comprendre d'entrer afin d'être au sec.
La dame de la haute vallée est une réfugiée tibétaine. Tout en nous racontant sa fuite vers la liberté, elle nous prépare du thé. Nous y restons un bon moment car son hospitalité est chaleureuse. Lorsque nous parlons de partir pour continuer notre route, la petite dame nous demande de rester pour la nuit, qu'on aura tout ce qu'il faut !! Nous devons décliner la proposition avec regret. Je laisse, comme il est de coutume, un billet sous le coussin afin de ne pas la mettre mal à l'aise. Il faut savoir que ces gens ont toujours été habitués avec le troc et de ce fait, encore aujourd'hui, donner de l'argent n'est pas un geste normal. Même si évidemment, les choses changent énormément dans toutes ces régions. Mais là, c'est nous (les touristes) qui y sommes pour beaucoup.  


Tashi delek petite dame

Quand je serai fatigué
D'avancer dans les brumes d'un rêve
Quand je serai fatigué
D'un voyage où tu marches où tu crèves
Lorsque demain ne m'apportera
Que les cris inhumains d'une meute aux abois
J'irai dormir chez la dame de ............
                                                                       Cabrel


Entre-temps, le soleil est revenu timidement. Et la vallée se fait plus belle.



Vers 16h, nous sommes à la nonnerie de Khungri.


 1/2h après, on est au monastère.



Nous passerons la nuit à la GH du gonpa.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire