mercredi 8 août 2018

Départ pour Yal


Cette fois, il nous faut bien descendre jusqu'à la rivière, franchir le pont et remonter pour rejoindre la vallée. Côté météo, ce n'est pas le grand bleu, mais il ne pleut pas. C'est déjà ça !!
De toute façon, on en n'a pas pour des heures de marche puisque le hameau de Yal est déjà à la tâche verte que nous voyons au fond du panorama.



Arrivés à la maison, nous lançons un julley pour faire savoir qu'il y à quelqu'un.
Sonam vient voir, me reconnaît et m'accueille les bras ouverts. Je lui présente Pascale, qui n'est pas encore venue ici. Il nous fait directement entrer dans la cuisine.

Toute la famille n'est pas là. Il manque trois enfants qui sont déjà en route pour retrouver l'école à Manali.


Dans la famille Chosfail, ce sont des gens simples, mais excessivement courageux. Ils doivent l'être car aucune association ne vient en aide pour les études des enfants. Lorsque l'année passée, je parlai à Sonam d’associations, il me disait : avec mes mules, je suis caravanier, on a un peu de terrain et nous travaillons dure pour pouvoir le faire sans eux. Là, je ne sais pas si c'est un choix personnel ou est-ce qu'aucune association n'est passée par ici pour proposer quelque chose à la famille, mais c'est ainsi, ils le font seuls. Sauf lors de notre passage, alors nous faisons quelque chose, mais ce n'est évidemment pas suffisant.

En début d'après-midi, nous allons nous promener dans les champs où nous nous faisons interpeller pour recevoir des petits pois (c'est la saison des récoltes) et du chang (pas de saison, c'est récolte toute l'année !). Un peu plus loin, c'est une dame qui vient nous voir et nous demande des médicaments pour des maux de tête. Hélas, je n'en ai pas sur moi, mais je propose de retourner à la maison pendant que Pascale reste avec elle dans le champs. Dix minutes plus tard, je suis de retour avec les médocs et quelques bonbons pour les enfants.




Nous nous plaisons énormément dans ce hameau. De retour à la maison, Sonam nous offre le lunch : riz jaune + petits pois. Délicieux.

Nous informons Sonam que nous partons demain. Il est déçu que notre visite ne dure pas plus longtemps. On lui dit qu'on voudrait bien rester, mais on ne peut pas; Nous devons être le 14 à Keylong et nous devons encore voir une famille à Kuru et une autre à Table. Ok, nous dit il, mais l'année prochaine, vous resterez une semaine. Gros éclat de rires.



Nous pouvons facilement faire un court métrage des bons moments que nous passons dans la famille. D'ailleurs, le temps défile à toute allure et demain, ce sera déjà l'heure du départ. Sniff, mais c'est ainsi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire