samedi 11 août 2018

De Kargyak à Lhakhang Sumdo

Si hier, l'étape fut longue, aujourd'hui, il en sera de même car nous sommes obligés de rejoindre Lhakhang Sumdo, qui est le camp de base du Shingo La. Lorsqu'on sera là-haut, à 4700 mètres, un autre problème se posera, celui de trouver une place pour dormir !! En effet, cette année, je n'ai pas pris de tente puisque le parcours n'en demandait pas, si ce n'est celui de Zangla / Shade que finalement, on n'a pas fait. Donc, il faudra bien trouver une solution. Je ne m'en tracasse pas, car en montagne, personne ne vous laisse dans l'embarras. Et comme il y a là une tente restaurant, je suppose que ....... 

Nous voilà donc en route pour Lhakhang Sumdo. 



Directement après le village, nous longeons les champs et entrons dans la dernière partie de la vallée, avec en toile de fond, la très belle montagne Gumburanjon. Montagne qui a la particularité d'avoir dans ses roches la forme d'une face humaine. La légende dirait que c'est la tête d'un moine en méditation !! 
On verra ça lorsqu'on sera un peu plus près. 


Pour le moment, ce qu'on regarde le plus, c'est ce décor gigantesque.




Nous voilà maintenant au Gumburanjon, et je vous laisse chercher le moine ou l'imaginer !
PS : Selon Jean-Louis Taillefer, le nom de Gumburanjon est une déformation de Gonbo... Et un Gonbo est un protecteur du Bouddhisme. Dans les monastères, le Gonkhang est le temple des protecteurs, et il n'est pas toujours ouvert à tous. Et Gonkhang est la contraction de GON.bo.lha.Khang. La tête est donc le fameux protecteur Gonbo.



J'ai fait mon possible en vous mettant trois photos !
Il y a le bonnet, les deux yeux, le nez et la bouche.
........... vous ne voyez rien ? Rassurez-vous, Pascale non plus. D'ailleurs, c'est maintenant elle qui fait de la méditation !!!


Du coup, Pascale voit à présent un fantôme sur cette montagne là.
Et elle n'a pas tort.


Bon, ce n'est pas tout ça, nous allons continuer notre chemin.


Il ne reste que deux heures de marche mais ce sont les plus longues.
Pourtant, comme pour donner du courage aux trekkeurs, la dame nature offre ici les fleurs les plus rares. C'est d'ailleurs l'emblème du Zanskar "Le pavot ou coquelicot bleu".
C'est d'ailleurs à ma connaissance, un des seuls endroits où il y en a. Et encore, avec la construction de la route, le bulldozer a presque tout arraché.  


Pas plus tard que l'année passée, il y en avait encore beaucoup.


Je vous en offre quelques unes, juste pour le souvenir. Snif.

Pascale en a marre, je ne peux que l'encourager en lui montrant le camp de base, droit devant, là juste sur le flanc de montagne



Il est 17h30, nous y sommes enfin. Il nous aura fallu 9 heures pour y arriver.
Bravo Pascale 


Nous voilà dans la tente parachute, c'est le resto des trekkeurs et ce sera aussi ici que nous dormirons cette nuit, lorsque tous les repas auront été servis. Fort heureusement, les soirées sont très courtes car les gens sont fatigués de leurs journée. De plus, demain il faudra passer le Shingo La qui culmine à 5095 m.  


Le temps de boire et de manger quelques biscuits, Pascale allait déjà nettement mieux.
Le repas du soir la remettra totalement en forme. 



Bonne nuit.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire