jeudi 16 août 2018

Visite du monastère de Tayul


Balade de 6 km depuis Keylong, pour voir le Tayul gonpa qui fut fondé au début du XVII
ème siècle par un lama tibétain.


 Autant le dire tout de suite, cela grimpe sérieusement pour y arriver.


 .......... Et malgré tous ces efforts, lorsqu'on arrive en haut, le ciel commence à se couvrir. On n'est vraiment pas récompensé !!!!
Enfin, cela aurait pu être pire, comme trouver porte close !! Heureusement, il y a un jardinier qui est présent et qui peut nous ouvrir la porte du gonpa.


 A l'intérieur, je jette un regard sur les œuvres sur les murs. C'est un Tulku Ladakhi du monastère de Stakna qui a rénové et agrandi le gonpa dont il a

décoré les murs. Tout cela est bien beau, mais les peintures ne sont pas assez vieilles à mon goût, car j'aime que les couleurs ont ternies avec le temps et ici tout est reluisant. 



En statue, il y a quand même deux Padmasambhava (Guru rinpoche), un de 3,6 m de haut et un autre plus petit. Puis une autre divinité que je ne connais pas.


Mais la journée n'est pas finie. Jean-Louis nous dit qu'une grotte de méditation est située plus haut dans la montagne mais qu'il n'est pas certain de pouvoir la trouver car aucun sentier ne conduit jusque là. Pas de problème, nous montons et nous verrons si nous la trouverons. 


En route, il me raconte que dans la grotte de Tara, Drolma Phuk, il y a une image (sur)naturelle de Tara dans la roche. 
Un peu plus loin, nous rencontrons une vieille nonne. Nous lui demandons s'il y a un chemin pour la grotte. Non, nous dit-elle, mais c'est par là, en faisant un signe de la main.



Auparavant, des nonnes allaient méditer là-bas et le chemin existait puisqu'il y avait du passage. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas et on ne trouve aucune trace. On monte, on redescend, on avance, on retourne, rien n'y fait. Nous ne trouverons jamais la grotte. C'est dommage car parait-il, certains jours, on peut y entendre la musique des Dakinis (relevé sur le livre "Garsha"). 
Cela devait sûrement être aujourd'hui, mais ce ne sera pas pour nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire