dimanche 12 août 2018

Départ de Lhakhang Sumdo pour Keylong via Darsha

La nuit a été chahutée, d'abord par le vent dans la toile du toit du camp de base, puis quand le vent est tombé, c'est alors la pluie qui s'est mise à tomber en rafale. Aussi non, ce fut parfait, puisque dans notre duvet, nous avons eu chaud. Comme quoi, à toute chose, il y a du positif !!
Lorsque je me lève, Pascale est encore dans son duvet. Rien d'étonnant à cela, avec l’accumulation des journées de marche, plus la nuit agitée qu'on a eu, il y a de quoi dormir encore. Après tout, il n'est que 6h du mat. Je sors de la tente pour faire un point météo et pour le peu que je puisse voir à cette heure matinale, le ciel semble plus tôt bien chargé de pluie. Cela ne me r'assure pas trop car il va bien falloir passer le Shingo La aujourd'hui et les conditions climatiques ne sont pas bonnes. Je retourne sous la tente pour cogiter le problème plus au chaud. Pascale dort toujours. La seule question qui tourne dans ma tête : Que faire pour bien faire ?!!
Entre temps, Pascale ouvre les yeux et rien qu'à voir ma tête, elle comprend que quelque chose ne va pas et me demande : qu'est ce qu'il a ? Heu, rien de grave, il ne fait pas très beau !! Oui bon, on verra ça tout à l'heure, puisqu'il faut encore prendre le petit déjeuner. En effet, on verra ça après ! 
Nous commandons des omelettes et des chapatis. Pendant que nous déjeunons, nous entendons des légers ronronnements de moteur. D'abord, on n'y fait pas trop attention puisque cela peut être tout et n'importe quoi, comme par exemple un générateur ! Mais les ronronnement deviennent plus distincts et semblent même se rapprocher peu à peu. Pascale et moi nous nous regardons et je sors directement de la tente. Deux 4x4 arrivent du Shingo La !!! 
Je retourne chez Pascale pour lui dire ce que j'ai vu. Le temps de terminer notre omelette, les véhicules sont devant la tente. Je ressors directement pour avoir plus de renseignements. En fait, le chauffeur d'un des véhicules me dit qu'il est venu chercher quatre touristes suisses et qu'ils repartiront aujourd'hui vers les huit heures pour Keylong via Darsha. Dans ma tête, cela bouillonne et je demande au chauffeur s'il y aurait deux place pour nous ? Moment d’hésitation et il me répond que oui, mais ce sera alors dans la benne et jusqu'à Darsha, car vous ne pourrez pas rester dans la benne sur la route. Il y a des contrôles de police et c'est interdit.  .......... Nous sommes fort fatigués et si nous pouvions alléger notre journée, cela ne serait pas de refus ! Ok on fait nos sacs et on partira avec vous. Le pacte est conclu et je rentre sous la tente pour donner la bonne nouvelle à Pascale. Un clin d'oeil complice en sa direction et elle a compris que notre trek au Zanskar était terminé. Nous fermons les sacs et allons les mettre directement dans la benne de peur que le chauffeur parte sans nous. Comme prévu à huit heures, nous démarrons pour le Shingo La avec les quatre suisses, l'accompagnateur et une personne de l'agence qui a commandé le 4x4. 
La route est rendue difficile avec des virages en épingle tellement aigus que le chauffeur doit à chaque fois faire des manœuvres pour tourner. C'est un décor totalement différent des jours précédents : moraines et cailloux sombres. Nous rattrapons les autres groupes de marcheurs qui marchent principalement sur la route. Quel plaisir ? Plus haut, un peu avant le sommet, je constate que le glacier a fondu et qu'il ne reste presque rien. 



9h : le pick up s'arrête au sommet du Shingo La où la vue sur les autres sommets enneigés est magnifique, avec son lac d'un bleu pur. Quelques photos et quelques Ki Ki So So Lha Gyalo (victoire aux dieux du haut des plateaux).


Notre 4x4 bienfaiteur.



Même si nous n'avons par terminé à pied, notre plaisir est énorme d'avoir réussi notre aventure au Zanskar.



Un quart d'heure plus tard, nous redescendons et longeons le lac, puis nous basculons vers un plateau caillouteux. Notre véhicule poursuit rive droite de la vallée, à flanc de montagne, en traversant de nombreux gués aux eaux boueuses, parfois importants et dangereux. Ce n'est qu'ici que j'apprécie vraiment d'être dans  le 4x4 car cette vallée est longue et vraiment pas jolie.

Après 1h30 de descente, nous arrivons enfin à Zanskar Sumdo où nous basculons dans la vallée de la Jankar Chu, après une descente en épingle à cheveux d'un dernier rognon morainique. Mais là, avec les pluies de la nuit, la boue est partout et les choses se compliquent encore un peu plus pour notre chauffeur.



Quelques kilomètres plus loin, un premier bulldozer est occupé à dégagé la route qui avait subit un éboulement. ........ Il y en aura un autre avant Darcha.



Puis, peu à peu, la piste devient meilleure. Arrêt déjeuner vers 11h auprès d'un petit cours d'eau. 
Après ce temps de pause, la piste devient même macadam. Mais des éboulements de pierres sont tombés sur la route et il faut patienter que les Bull la dégagent. 



Enfin, nous arrivons vers 13h15 à Darscha. Comme prévu, c'est ici que nous devons descendre du 4x4, car le contrôle policier est au niveau du pont et il ne peut y avoir personne dans la benne. Nous disons au revoir aux suisses, au chauffeur et à l'accompagnateur à qui nous payons le taxi. Nous allons boire un thé, puis je me mets au bord de la route pour faire du stop. Nous voilà pris par un indien jusque Keylong où nous arrivons vers 15h à la GH Nalwa. C'est un vrai plaisir de pouvoir prendre une douche chaude, un bon repas avant le repos mérité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire