dimanche 5 août 2018

Retour à Phuktal

Ce matin, lorsque nous allons prendre le petit déjeuner dans la cuisine, nous avons l'agréable surprise d'y voir le grand-père.


Durant le séjour, je m'étais bien demandé pourquoi je ne le voyais pas à la maison ? Comme j'avais un peu peur d'une mauvaise nouvelle, je me suis donc abstenu !!
Le plaisir fut d'autant plus grand en le voyant dans la cuisine ce matin ! Il m’expliqua qu'il était revenu ce matin du doksa. Je n'en revenais pas, lui encore au doksa, alors qu'il y a là-haut un travail de fou pour son âge !!!! Mais bon, c'est vrai, les jeunes hommes ne sont pas là, il faut bien que tout le monde fasse du boulot.
Rigzing nous dit que c'est maintenant elle que va monter au doksa et elle nous demande si nous voulons l'accompagner. Nous déclinons l'invitation car de un, le sentier et le passage du pass ne sont pas des plus simples et de deux, la vie là-haut est pour le moins ardue !!
De toute façon, nous avons déjà fait nos sacs pour rentrer à Phuktal, vu que dans quatorze jours, nous avons rendez-vous avec Jean-Louis au Lahaul et que quatorze jours est le temps minimum pour faire  Shade / Keylong.
Les au revoir sont faits, c'est toujours un moment difficile et nous partons refaire la même piste qu'il y a deux jours. Heureusement, aujourd'hui, il fait moins chaud et le ciel est couvert. Rigzing nous dit que cette nuit, il a même plu.



Du hameau jusqu'à la Niri Chu, nous ne mettons que 40 minutes. Si nous continuons ainsi, nous risquons de ne mettre que huit heures pour voir le monastère !!
Le rythme continue à être soutenu puisque 30 minutes plus tard, on est à Tantak. 


  



Une heure de plus, pour arrivée à la vallée qui monte au lac Tso Tok.



Et à 11h, je fais, un peu essoufflé, une pause au petit pont de bois.



Toujours sur même rythme, il est 11h45, nous sommes au confluent Niri / Tsarap ...... 


........et nous arrivons à l'entrée de la vallée qui mène à Phuktal. Il est 13h30.













Il est 17h, le monastère est déjà en vue.


C'est ce que l'on appelle , une journée de marche soutenue.
Evidemment, en deux jours, le décor a totalement changé. Autant tout était bleu sur le chemin de l'aller, que pour le retour, tout était franchement d'un gris foncé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire