mardi 21 août 2018

Kaza - Kye - Kibber

Après un lever tardif, nous allons déjeuner dans un boui-boui. Nous nous rendons ensuite à l'office touristique pour obtenir notre permis afin de pouvoir aller dans la Pin Valley dans quelques jours. C'est assez folklorique car il faut d'abord aller chercher un papier dans une agence de voyages et faire des photos, puis retourner à l'office pour enfin obtenir le fameux sésame. Celui-ci est gratuit, mais le préposé étant responsable d'une organisation d'aides aux enfants pour aller à l'école, profite de l'occasion du contact avec les touristes pour demander 30 roupies. Nous lui en donnons plus car 30 roupies nous semblaient trop peu. Voilà une bonne chose de faite.
De retour à la homestay, nous préparons nos sacs (un grand et un petit) pour 2 ou 3 jours de trek, en laissant une partie de nos affaires à la homestay. Le bus pour Kibber ne démarrant que vers 16h, nous décidons de partir déjà pour Kye, qui est sur le chemin. Vers midi, nous sommes à la sortie de Kaza où nous prenons par erreur la route de Komic. Un homme sur son tracteur nous indique la bonne route. Nous faisons du stop et une voiture particulière nous prend jusqu'au pont. Ce n'est pas très loin, mais c'est déjà çà. 

Après, c'est un peu galère, car plus rien ne circule. Dans le début de la montée vers Kye, enfin un tracteur s'amène et nous prend en stop. 
On est secoués comme des pruniers et on est contents d'arriver au monastère.




 Sur place, nous ne trouvons pas âme qui vive. Il n'y a que des statues qui nous saluent !!!!!


Welcome pour la méditation.


Avant l'arrivée du bus, nous faisons un dernier tour des environs.


Puis nous attendons le bus. Cette fois, nous ne sommes plus seuls. 
Ce scorpion aurait-il flairer de la chair fraîche ?!

........ Le danger est écarté, sans mal pour l'animal, puisqu'on est en terre bouddhiste. Entre-temps, le ciel commence à se couvrir.


Le bus pour Kibber arrive et nous voilà en route pour l'un des villages les plus hauts de la vallée (4270 m) et considéré comme étant le village le plus haut au monde habité de façon continue. Car effectivement, il y a bien des villages près de Kibber, plus élevés, mais eux, ils ne sont pas habités toute l'année. En hiver, les gens quittent ces villages et descendent dans les hauteurs les plus basses. Ça se comprend !!! 


Le temps de choisir une GH, nous nous installons sur la terrasse de la chambre pour admirer le paysage devant une petite bière. Après, il sera temps de se restaurer sans pour autant quitter notre terrasse. Le décor est trop beau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire