mercredi 5 juillet 2017

En route pour le Zanskar

Il est à peine quatre heures du matin et je me fais déjà réveiller par la sonnerie de ma montre. Pas trop le temps de m'étirer, il me faut replier mon sac de couchage, refermer mon sac et me rafraichir un peu pour avoir les yeux bien ouverts et ainsi pouvoir contempler, comme il se doit, les différents décors que je vais traverser, avant d'arriver à Phye, hameau où j'ai l'intention de passer ma prochaine nuit et être au plus proche du lieu de ma première visite, le monastère de Dzongkul.

Depuis mon dernier passage à Kargil, la station des taxis n'est plus à deux pas de la rue principale mais elle a déménagé à trois kilométres du centre de la ville. Il faut donc prévoir le coup et partir assez tôt afin d'être à temps au lieu de rendez-vous avec mon chauffeur.
Lorsque je sors de la guesthouse, je me retrouve dans des ruelles et rues qui sont encore plongées dans le noir le plus complet. L'ambiance générale de la ville est déjà hitchcockienne en pleine journée, alors comment la qualifier aux dernières heures de la nuit. Mais pourquoi donc, ce satané chauffeur n'a pas voulu venir me chercher à la guesthouse ?! D'un pas assuré, je me dirige vers la station des taxis et 20 minutes suffisent pour être sur ce grand parking. Il me faut maintenant trouver le bon 4x4, ainsi que son chauffeur. Lorsque j'arrive sur place, un inconnu se dirige vers moi et m'annonce que ce sera lui qui me conduira au Zanskar, vu que l'autre taxi n'était pas complet ! Je suis un peu étonné par ce changement de programme, mais tout compte fait, si ce nouveau chauffeur est là, c'est qu'il s'est arrangé avec l'autre taximan. Me voilà invité à m'installer sur le siège à côté du chauffeur, ce qui est parfait puisque j'aurai ainsi le loisir de faire quelques photos des plus beaux endroits du trajet. Nous voilà en route, mais pas encore sur la route de Padum, car ce chauffeur-ci fera le tour de la ville pour aller chercher, à leur hôtel, d'autres candidats au voyage. Une fois devant l'hôtel, je constate que c'est une famille indienne qui doit aller apporter de l'électroménager à Padum. Le tout est chargé  et bien ficellé sur la galerie du véhicule afin que rien ne soit perdu en cours de route.
Pour le moment, nous sommes que quatre dans le véhicule, mais d'autres clients attendent le taxi à Panikhar.

Il est six heures, nous quittons Kargil pour rentrer dans la Suru vallée que nous allons suivre jusqu'à Rangdum.
Partir tôt est impératif si on veut profiter du lever du soleil dans cette merveilleuse vallée de la Suru qui est étonnamment verte et fertile même à une altitude de plus de 3000 métres. Généralement, la route reste bonne jusqu'à Panikhar, nous pouvons prendre ainsi une bonne vitesse de croisière, ce qui n'est pas plus mal car la piste va sûrement se compliquer après le Pensi La. 





Quelques kilomètres après 
Sankoo, on traverse la rivière Suru sur le côté droit et on commence à apercevoir  les pics du Num et Kun. Les vues panoramiques s'embellissent encore un peu plus au fil des kilomètres et vont jusqu'à aller buter sur les pentes des montagnes enneigées. 


C'est sûrement un des endroits les plus impressionnants de toutes la vallée. Quelques kilomètres avant Panikhar, près de Purkitche, la route passe le long des berges de Suru tandis que Nun et Kun culmineront en arrière-plan, offrant une vue à couper le souffle. Ensemble, ces deux magnifiques montagnes mystérieuses sont l'une des plus grandes attractions de la vallée de Suru. Nun est toujours couvert de neige, un pic blanc tandis que son voisin, Kun est noir stérile. Ces deux montagnes sont l'une à côté de l'autre, une parfaite combinaison de noir et blanc qui ne change jamais.  



Après s'être approché au plus près des deux pics, nous voilà sur la piste nous conduisant au monastère de Rangdum. On a maintenant le glacier Parkhachik en vue, une autre attraction de la vallée. C'est ici que l'on quitte la vallée fertile inférieure de la Suru pour pénétrer dans la vallée supérieure qui est un desert de haute altitude avec sa beauté absolue. Cette vallée est assez plate et la piste difficile limite fortement notre vitesse.
Le gonpa de Rangdum est situé sur une petite colline. Ce monastère ressemble à une forteresse et a d'ailleurs été utilisé à cette fin par les troupe du général Zorawar Singh dans les années 1800. Rangdum est aussi le dernier lieu habité de la vallée de Suru et la route ici prend un virage de 90 degrés avant de commencer vers le sud en direction de Pensi La, de l'autre côté de laquelle se trouve la vallée du Zanskar. Pensi La est considérée comme l'une des «passes faciles» car l'ascension n'est pas des plus difficiles pour les chauffeurs. 



La vallée devient maintenant beaucoup plus large et du sommet, on remarque deux belles taches bleues : ce sont en fait deux petits lacs appelés Ta Tso et Lang Tso. Au-delà de ces lacs, on voit le glacier massif du Drang Drung. En raison des vastes réserves de neige sur le glacier, un net refroidissement se fait ressentir, surtout à cause du vent. Le glacier se trouve beaucoup au-dessous de la route et la vue en elle-même est assez surprenante.

                                                                 2017                                                                       2011
Ici je voudrais faire une petite paranthèse et vous parler du réchauffement climatique.
Il est pénible de devoir constater à quelle vitesse, même à desi hautes altitudes, les glaciers disparaissent. Ces deux photos ne sont pourtant séparées que de six années et le résultat est consternant. L'Homme est-il assez intelligent pour stopper la destruction ?!!!

Mais sur cette piste défoncée, les risques sont grands d'être victime d'une crevaison. Et c'est ce que nous arriva à la hauteur du glacier. Evidemment, les choses ne furent plus les mêmes après cet incident, car il nous restait encore quatre-vingt kilomètres pour atteindre Padum et nous n'avions plus de roue de secours. Très embêtant quand on est loin de tout !


Du Pensi La, nous commençons le dernier tronçon du voyage jusqu'à Padum. C'est ici que le Zanskar commence par l'une des vallées les plus reculées de l'Inde, reliée par une seule route carrossable ou  je dirai même par un seul chemin de terre, au reste du pays. La piste continuera à être un chemin de gravier jusqu'à quelques kilomètres avant Padum. Chibra est le premier village dans la vallée du Zanskar après Pensi La et après, ce sera une série de petits villages. Après le village Sani et son plus vieux gonpa de la vallée, c'est une ligne directe jusqu'à Padum.


 Quand nous arrivons à Phye, je décide de changer mon programme et d'aller directement à Padum, en me disant que je pourrai aller, plus tard, à Dzongkhul depuis Padum. Cela s'avérera une très mauvaise idée que je vous raconterai sur une autre page. 
Lorsque j'arrive à la guesthouse Mont Blanc, il n'y a plus de chambre de libre. Vu ma fatigue du voyage, je n'ai pas d'autres choix que de monter ma tente dans le jardin de la guesthouse.


Julley les suiveurs et bonne nuit à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire