mercredi 9 juillet 2014

Départ pour le village de Markha

Il n'est pas encore cinq heures trente que ma tente est pliée et mon sac fermé. Je prends le petit déjeuner dans la première maison se trouvant juste en haut. La maman qui se prépare pour partir pour assister au Kalachakra de Leh, me demande de faire une photo d'elle. Elle est toute rayonnante et fière à l'idée de son départ pour cette cérémonie importante. 
De mon côté, je flâne encore un peu avant de saluer une dernière fois la fille et son mari et les remercier de leur bon accueil.
Il est 7 heures, je quitte Skyu. Au départ de ce trek, j'avais une certaine appréhension de rencontrer trop de groupes de touristes sur le chemin. Bien heureusement, mes craintes n'étaient pas vraiment fondées puisque je constate que je suis tout à fait seul.
Le seule rencontre que je ferai durant la journée, ce sont ces locaux qui sont eux aussi en route pour aller à Leh. Décidément, il me semble que tous les villages du Ladakh sont en train de se vider de leurs habitants pour se rendre à ce grand rendez-vous de l'année. Il va y avoir un monde fou à Choklamsar, lieu même de ces cérémonies.


Au fil des kilomètres, je redécouvre une vallée toujours aussi resplendissante. Ici la nature est restée intacte, cela grâce aux habitants qui se sont révoltés auprès des autorités de Leh pour que le projet de construction d'une route soit abandonné. Apparemment, ils auraient eu gain de cause, mais pour combien de temps encore ?! Le projet est sûrement en attente au fond d'un tiroir et lorsque le pont sera fini, j'ai bien peur que ce projet stupide ne ressorte des ténèbres par un fonctionnaire stupide. Il parait que cela existe !!




Pour profiter le plus possible de ce paysage, j'ai adopté, depuis ce matin, un rythme de croisière. A 10h30, je me suis même arrêté sous une tente parachute à Omurpa pour boire un thé et manger quelques biscuits. C'est dire que je ne suis pas là pour battre un record de la traversée la plus rapide.



A 11h, je suis à Nakdi; 11h45 à Sara; 12h20 à Chaluk et quand j'arrive à Thinlespa il est presque 13h.
C'est l'endroit que je choisis pour m'autoriser une petite pause et sortir mon casse-croûte qui m'a été si gentiment offert ce matin par les occupants de la maison où j'ai déjeuné.


La pause repas terminée, je reprends mon bâton de pèlerin pour aller cette fois jusqu'à Markha.

Un piège à loup

En chemin, je suis bien obligé d'enlever mes godasses pour franchir un passage à gué.
Lorsque je suis de l'autre côté de la berge, je vois arriver une caravane importante de mules.

Je profite du spectacle pour faire quelques photos. Visiblement, c'est une caravane qui vient de Hemis où elle a terminé un trek avec des touristes et qui retourne au pont pour en reprendre d'autres. J'ai bien l'impression de me trouver entre deux vagues. C'est pour cela que je ne vois personne pour le moment dans la vallée. Je ne vais évidemment pas m'en plaindre. 


J'arrive au village de Markha vers 15h30 et je vais directement au terrain de camping pour dresser ma tente. J'y retrouve les québécois et leur guide.


Une fois installé, je n'ai plus trop envie de monter jusqu'au gonpa. Comme je devrai de toute façon y passer demain au départ du trek, je ferai ainsi d'une pierre deux coups.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire