mercredi 2 juillet 2014

De Phanjila à Ursi

Ce matin, c'est le grand branle-bas de combat dans la maison. Tout le monde s'affaire à fermer son sac, à charger la voiture pendant que la maman prépare les victuailles pour nourrir toute la famille durant toute la durée prévue de l'enseignement du Kalachakra. Je ressens que c'est vraiment un jour de fête pour chacune des personnes qui est en partance. 
De mon côté, je referme aussi mon sac, avant que tout le monde ne se retrouve dans la cuisine pour le petit déjeuner. Visiblement, la maman n'a pas le temps de préparer les omelettes, mais au menu, il y a des chapatis, des légumes, du miel, de la confiture et du thé en suffisance pour tout le monde. 
Le repas terminé, il y a encore tellement de choses à mettre dans la voiture, que je donne un coup de main avant de prendre moi-même la route. Lorsque tout est terminé, d'autres voisins arrivent, pour aussi faire partie du voyage. Je suis un peu étonné et je me demande bien si tout le monde va pouvoir trouver une place dans cette voiture qui est déjà surchargée !! Mais mes idées allaient trop vite car une deuxième voiture arrive devant la maison. Elle est plus grande et il y a forcément plus de place pour faire rentrer la dizaine de personnes en attente d'une place. Les choses semblent s'arranger, c'est le moment que je choisis pour saluer la famille et leur souhaiter un bon voyage jusque Leh. Il est 8h et je quitte Phalinja. 
De mon côté, la forme est meilleure qu'hier et mes premiers pas vers Ursi me rassurent grandement. Franchement, je n'arrive toujours pas à comprendre comment j'ai pu oublier de me désaltérer. Généralement, c'est mon obsession, et là, j'oublie de le faire. C'est vraiment du n'importe quoi !!!! 
Deux heures plus tard, je suis au bas de Ursi et il me reste à faire toute la montée. Un panneau indique un raccourci mais cette montée me semble bien raide et je préfère rester sur mon chemin qui m'a l'air plus bien facile.



Arrivé presque à la hauteur du village, je recroise le dit raccourci, comme il ne me reste plus tellement de grimpette, je prends cette fois l'autre chemin.




J'arrive dans le village et je dépose mon sac dans le coin d'une maison. Je fais directement un petit tour dans le village et cela me donne aussi l'occasion de réfléchir si je vais rester ici ou attaquer directement le Tar La, montagne qui domine le village. 




Entre temps, je trouve une habitante du village qui me fait visiter le vieux gonpa








 Alors que je rentre à nouveau au village pour y chercher mon sac, une personne vient me voir et me demande si je vais rester ici ? Je lui réponds que j'hésite entre dormir ici ou passer encore aujourd'hui le Tar La. L'homme me répond que ce sera difficile de passer le Tar La aujourd'hui car la météo ne s'annonce pas terriblement bonne pour cette après-midi. En plus, il est déjà presque midi et pour arriver au sommet, il faut 5 heures. Il me conseille donc de rester passer la nuit à Ursi.
Je me dis pourquoi pas et lui demande où il y a une guesthause dans le village ? Le Dorjay, n'est pas trop mal et il est dans la rue juste à côté. Je le remercie et je pars voir la guesthouse Dorjay. En effet, ce n'est pas trop mal mais la pension complète est à 800 Rs ! Mais il y a des douches chaudes. Un bref moment de réflexion et je me dis qu'il y a déjà longtemps que je n'ai plus pris de douche, que les affaires que je porte, sont d'une fraîcheur toute relative et que dans ces conditions, ce serait sûrement bien de rester ici pour faire un nouveau monsieur propre. Ni une ni deux, je m'installe dans la chambre et actionne la tornade blanche !!
    

Aucun commentaire:

Publier un commentaire