mardi 8 juillet 2014

Départ pour la vallée de la Markha

Après avoir pris mon petit déjeuner et fait mes adieux à la famille, me voilà à nouveau en route. Je ne serai pas en terre inconnue puisque j'ai déjà fait cette vallée en 2011. Si je repasse par ici, c'est pour rejoindre, cette fois, la région de Kharnak et ses hauts plateaux, et y rencontrer les nomades. Pour cela, il me faudra avoir une certaine dose de chance car les nomades sont de moins en moins nombreux et il n'est, de ce fait, pas toujours évident d'aller à leur rencontre. 
L'entrée de la vallée de la Markha est à quatre kilomètres de Chiling. Pour y arriver, je longe la rivière du Zanskar qui m'amène à un pont me permettant de traverser la rivière. Fini la passerelle et ses acrobaties. Aujourd'hui, le pont est bien là et, même s'il n'est pas encore tout à fait terminé, les piétons peuvent déjà l'emprunter. Pont qui a fait couler beaucoup d'encre puisque les villageois de la Markha n'en voulaient pas. Aujourd'hui, il fait mon bonheur même si le petit côté romantique a bel et bien disparu.
Par chance, le beau temps est toujours là. C'est nettement plus agréable pour se balader et cela me permettra aussi de faire de plus belles photos que celles prises au début du voyage !!




 Je suis étonné du peu d'avancement des travaux. Pourtant, cela fait déjà quatre ans qu'ils ont commencés. Comme me disait un jour Jean-Louis :  au Ladakh, ce ne sont pas les travaux qui durent le plus longtemps, ce sont les finitions. Il avait bougrement raison !! Je constate aussi que les villageois n'ont guère confiance au pont puisque la passerelle est toujours dans le décor.


Me voilà sur l'autre berge et avant de rentrer dans la Markha, je fais un "tea time" sous la tente parachute. 


 Il n'y a rien de tel qu'un bon thé pour se donner du courage. Bien que le mot courage soit ici mal employé car il n'en faut effectivement pas beaucoup pour trekker dans un si beau décor. La vallée de la Markha est un des treks le plus courus au Ladakh. Ce n'est pas qu'il soit vraiment le plus beau mais il est, pour les agences, facile à organiser. Surtout que généralement, eux partent de Spituk, village situé à cinq kilomètres de Leh.  


 Aux alentours de quatorze heures, j'arrive à Skyu. Ici, il y a une curiosité à voir. Elle se trouve parmi les chortens qui sont groupés au centre du village, sous un petit édifice au toit en forme de dôme. Il abrite quatre gravures de Bouddha, sculptées sur des pierres plates.



Comme je n'ai plus trop envie de continuer jusqu'au hameau de Sara, je décide de monter ma tente en contre-bas de la rivière.  Il y a bien un autre camping près de la tente parachute du village, mais il est déjà occupé par un groupe de Québécois. J'ai donc préféré me mettre plus à l'écart. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire