lundi 15 octobre 2018

Départ de trek au Khumbu

5h du matin, la voiture est comme prévu devant la porte de l'hôtel. Il fait encore noir, mais à la sortie de Katmandou, ce sont déjà les embouteillages, avec des bus, des pick-up, des motos avec femmes et enfants (sans casques).
A 6h, nous sommes dans les faubourgs de la ville et nous faisons un arrêt petit déjeuner. Pour nous, ce ne sera qu'un thé au lait puisque nous avons des provisions dans la voiture.
6h20, nous redémarrons sur une petite route, certes bonne, mais souvent étroite où deux véhicules ne peuvent pas se croiser. Evidemment, c'est une cause d'accident et cela n'a effectivement pas manqué. Les plus graves étaient sans surprise avec des motos et il y avait vraiment de la casse et des blessés. Alors bien sûr, blocage de la route, avec des files interminables. 

Puis changement de vallée. Et les kilomètres défilent en passant par de nombreux petits villages. Nous pensons être près du but, mais la route continue et passe de montagne en montagne. Puis nous apercevons enfin un panneau lisible pour des occidentaux, qui annonce que Jiri n'est plus qu'à 38 km. Avec une moyenne comprise entre 10 et 15 km heure, cela devrait nous faire encore au moins 2h30 avant d'arriver à destination. Ok, cela devient long, mais nous sommes quand même bien installés. C'est donc supportable.



Sur le coup de 14h, nous entrons dans Jiri et notre chauffeur nous laisse en plein centre du village. Je lui demande alors ce qu'il va faire ? Il me répond qu'il retourne directement à Katmandou !! Très étonné et pas trop d'accord, je lui donne 500 NRS pour pouvoir aller manger et se relaxer avant de reprendre la route. Il me sourit et me dit qu'il va manger avant de quitter Jiri. Ok, sois prudent quand même.
Nous nous cherchons un hôtel pour déposer nos affaires et prendre une douche avant d'aller nous restaurer aussi. Après une tentative infructueuse, nous trouvons un petit hôtel familial avec une vue sur la rue principale du bourg.
Après s'être installés, nous descendons pour boire un thé et manger un macaroni mix pour Pascale et un macaroni chese pour moi.
En fin d'après-midi, on ira même faire le tour du bourg, question de ressentir l'atmosphère et de se dérouiller les jambes. Là, il y a de tout, des autochtones et même une occidentale qui a ouvert un commerce. 


 Demain matin sonnera le véritable départ de notre trek.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire