jeudi 25 octobre 2018

De Paiya (Chutok) à Chheplung


Départ 6h45, sans déjeuner. Mais cette fois, c'est pour découvrir le lever du soleil dans la vallée de la Dodh Kosi. Nous marchons jusqu'au pass Chutok La (2945m) et nous déjeunons en terrasse avec une vue magnifique sur les montagnes dont les hauts sommets sont enneigés. Mais bientôt, les nuages arrivent sur ces hauts sommets et la vue est moins belle. 




Nous avions rendez-vous avec l'indien. Mais ne le voyant pas arriver, nous poursuivons notre route, en descendant, parfois abruptement, jusque Surke à 2290m. Ensuite, le chemin reste à niveau et nous arrivons au carrefour des 2 routes, l'une menant à Lukla, l'autre directement à Namché. C'est cette dernière que nous prenons. 


A la sortie du village suivant, je me tords le pied, juste en bordure du chemin. Je trébuche et tombe dans le bas-côté qui se révèle être assez abrupt. Je disparais dans la végétation 4 mètres plus bas. Pascale me voyant dans cette situation difficile, court jusqu'à une première maison et demande de l'aide à une dame. Celle-ci arrête son ouvrage pour venir voir la situation. Par une sente, la dame et Pascale arrivent à ma hauteur. Mais je suis dans une situation difficile et délicate, car je suis à l'horizontale, les pieds accrochés à de la végétation et le vide en-dessous (plus de 300 m au minimum). La dame récupère mon sac et mes bâtons de marche. Mais la situation reste critique car le petit sentier sur lequel les femmes se trouvent est très étroit et ne permet pas de m'atteindre. Trois hommes passent sur le chemin, qui est +/-4 mètres plus haut. La dame les appelle afin de trouver une solution pour me sortir de là. Heureusement, ils avaient une corde avec eux et à l'aide de celle-ci, ils arrivent à me sortir de ce mauvais pas. Que d'émotions. J'ai des piqûres d'orties et cela me démange au niveaux de la figure, des mains et des bras. Mais je n'ai rien de cassé et je suis surtout en vie ! Guru Rinpoche m'a, cette fois, sorti d'un bien mauvais pas.


Après quelques minutes, je reprends doucement mes esprits et je décide de reprendre la route. J'estime qu'il est inutile de trop réfléchir sur un mauvais sort. La montagne est dangereuse, nous le savons tous, nul besoin de continuer à gamberger.



Nous poursuivons sur un beau chemin où nous rencontrons de nombreuses caravanes de mules et/ou de yaks. Au village suivant, nous nous arrêtons pour manger un dal et boire du tchang, enfin surtout moi, pour me remettre de mes émotions. Nous sommes rejoints par Amid, l'indien, qui, après son repas, repart aussitôt, en nous fixant un vague rendez-vous dans une GH. Nous ne le reverrons plus.



Le boucher qui passe de village en village

Nous continuons en nous trompant de chemin. En effet, nous prenons un chemin menant à Lukla, mais rapidement, nous nous rendons compte de notre erreur et nous retrouvons le bon sentier. Mais quelques gouttes commencent à tomber et après quelques minutes, la drache tombe dru sur nos dos. Nous nous arrêtons plus tôt que prévu, à Chheplung. Nous sommes les seuls clients de la GH et nous mangeons dans la cuisine en compagnie de notre hôtelière et sa fille.
La journée fut chaude et une bonne nuit est amplement souhaitable.

Paiya: 2730 m
Chheplung 2660m

Aucun commentaire:

Publier un commentaire