mercredi 10 octobre 2018

De Sherpagaun à Syafru Besi et retour à Katmandou

8h : petit déjeuner : œufs frits et pain tibétain, accompagnés de lait chaud et de chocolat chaud.
8h30 : nous quittons Sherpagaon en disant au revoir à la famille française et à quelques habitants avec qui nous avions lié connaissance durant ces deux jours. 




Le sentier monte à flanc de montagne, dans la forêt, si bien que nous ne voyons pas la vallée. 







Après un petit replat, c'est une descente assez abrupte et à 11h30, nous arrivons à Khangjim. Le village n'est pas terrible, si bien que nous ne nous y attardons pas et
nous poursuivons notre descente infernale vers Syafru Besi. C'est dingue comme c'est pentu. Et en plus, le chemin est très abîmé par le passage des caravanes de mules. De plus, la chaleur est telle qu'un horsman vient même me demander à boire car il n'a plus rien comme réserve. Ce n'est que vers 14h30 que nous traversons, avec joie, le pont pour pouvoir arriver devant la petite ville. 
Cette dernière descente, on ne peut mal de l'oublier !

Nous trouvons une GH où nous nous empressons de nous restaurer d'une soupe et d'un coca, et ce n'est que seulement après, que nous prendrons une bonne douche bienfaitrice. Le soir, nous fêterons la fin de ce trek au Langtang avec une bonne bière "Everest", l'Everest Base Camp qui sera notre prochain objectif.
Voilà le Langtang se termine. Demain, nous prendrons le bus pour rejoindre Katmandou.

Le circuit que nous venons de réaliser.
Ce fut grand.


Le 11/10

6h30. on a juste le temps de prendre notre petit déjeuner en terrasse avant de prendre le bus pour Katmandou. ; La route est difficile et par moments, c'est même de la piste. Mais dans l'ensemble, ça va. Il y a de nombreux contrôles policiers, surtout au début de notre trajet. A un contrôle, tous les touristes doivent même ouvrir leurs sacs pour une fouille en règle..

Après 8h30 de route, nous arrivons vers 15h30 à la station des bus de Katmandou. Nous prenons alors un taxi qui nous amène à Thamel. Arrivés à notre hôtel, Mantra Home , il n'y a plus de chambre de libre, alors que Pascale avait pourtant téléphoné, avant-hier, pour confirmer notre arrivée. Finalement, le réceptionniste nous trouve une chambre à l'hôtel à côté, qui est un peu plus chic, mais qui a les mêmes patrons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire