jeudi 20 septembre 2012

Balade dans les dunes de Hunder

Bien que la montagne himalayenne et ses hauts sommets ne soient pas hors de notre vision, aujourd'hui, nous allons quand même évoluer dans un tout autre décor, celui d'un désert. Le désert de Hunder est un véritable désert avec ses dunes de sable fin, ses chameaux, ses oasis et peut-être même ses mirages, allez savoir ! 
Maintenant n'allez pas imaginer que nous allons dans un désert de la grandeur du Sahara où nous risquons de nous perdre et de mourir de soif. Non, ce n'est qu'un petit désert tout à fait inoffensif,  qui permet au visiteur d'y faire une balade sympa.
Ce matin, la lumière et le ciel bleu sont d'ailleurs au rendez-vous.




Je n'avais pas fait cette balade l'année passée, mais personnellement je la trouve très plaisante. Après tant de temps passé dans la montagne à trekker sur des chemins rendu difficiles par la nature de l'environnement et se retrouver, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, dans le sable fin , est pour le moins fort surprenant. 



Mais dans ce désert, il n'y a pas que du sable blanc, il y a aussi de l'eau qui est   probablement ressortie de la nappe phréatique  Cela donne des lieux de rendez-vous importants pour les animaux qui viennent s'y abreuver. Pour nous en convaincre, nous constatons de nombreuses empreintes aux alentours et autour de ses points d'eau.





Cet environnement surprenant  me donne l'occasion de faire des photos totalement différentes de celles que j'ai pu vous monter jusqu'à présent.



Autre moment fort de cette balade, c'est la rencontre avec les chameaux de Bactriane. 
Je vous ai déjà parlé de leur histoire dans une autre page, mais elle est tellement incroyable, car étroitement liée à la bêtise des Hommes, que je ne résiste pas à vous la raconter une nouvelle fois.

Etant donné que Leh était une plaque tournante du commerce, les grandes caravanes qui apportaient la soie, les briques de thé, épices et autres marchandises venus des régions lointaines passaient entre autre par la vallée de la Nubra. En 1950 lorsque la Chine a annexé le Tibet voisin, les caravanes venant du désert de Gobi se sont retrouvées bloquées de ce côté-ci de la frontière et les magnifiques chameaux de Bactriane n'ont jamais pu rejoindre leur désert de Gobi et coulent depuis lors des jours tranquilles ici. Si ces chameaux coulent donc une retraite (paisible) dans la vallée, je n'ai jamais pu savoir ce que les caravaniers sont devenus. Ils ne sont visiblement pas restés au côté de leurs compagnons de piste.



Malgré leur histoire, ces animaux restent au demeurant très sympas et n’en veulent nullement à l'homme de les avoir obligés de rester ici. A la moindre occasion, ils vous offrent d'ailleurs leur plus beau sourire (jaune of course). !).

Autre spécialité de la vallée, la confiture d'argousier.  Pour ceux que cela intéresse, elle est vendue dans la petite boutique BIO de Leh.



 La balade est terminée. Avant de reprendre le bus pour Turtuk, nous allons encore voir les deux petits temples situés plus haut dans la montagne et qui devraient nous offrir une belle vue sur la vallée.



La grimpette est raide mais heureusement assez courte.
Le premier temple orné de belles fresques et d'une statue de Bouddha, est le plus intéressant. Hélas le deuxième a été restauré et évidemment, le charme est parti et les fresques aussi. Seul reste le Chamba Bouddha entouré de deux disciples.





Là-haut, nous sommes récompensés par cette vue exceptionnelle sur la vallée et l'oasis de Hunder.



Il nous reste plus qu’à voir le  Chamba Bouddha et une autre divinité gravés sur une grosse pierre. Dans les pages de mon excellent guide, il est indiqué que la tradition populaire affirme que cette gravure est naturelle et ne provient pas de la main de l'homme.  C'est pour cela qu'une lampe à huile brûle en permanence à ses pieds.


Nous avons tout vu à Hunder, le bus en provenance de Diskit peut maintenant venir nous chercher.



 +/- 85 kilomètres nous séparent de Turtuk. Nous arriverons juste avant que le soleil ne se couche. C'est avec un énorme plaisir que je retourne là-bas afin de pouvoir montrer ce village ex-pakistanais à Pascale. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire