dimanche 16 septembre 2012

Pascale arrive

Pour ne pas devoir changer de chambre lorsque Pascale sera là, je me suis déjà installé, dès hier soir, dans la chambre de deux personnes que nous occupons à chaque fois que nous sommes ici. Fini donc ma garçonnière exiguë, ce sera maintenant la grande chambre du coin au premier étage. 

5 heures du mat, je me suis levé sans sourciller. Comme un jeune premier, je vais aller chercher ma chère et tendre à l'aéroport de Leh. Inutile de dire que, même après 20 ans de vie commune, cela fait énormément plaisir. Pour l'occasion, j'ai évité soigneusement la cravate et les fleurs. C'est parfaitement inutile, elle me connait suffisamment pour savoir que ce n'est vraiment pas le genre de la maison !!

5 h 50, je sors du Ti Sei, j'espère que le taxi sera là. Lorsque j'arrive au pont, lieu du rendez-vous, je suis seul et cela ne m'étonne qu'à moitié. Ce n'est pas la première fois qu'un taximan me fait faux bon ! Pourquoi aujourd'hui serait-il là ?

6 h 10 je me dirige comme prévu vers le centre dans l'espoir de voir un taxi. A cette heure matinale, ce n'est vraiment pas évident. Seuls quelques vaches et des meutes de chiens errants occupent le bitume dans les rues toujours sombres.
Deux phares avancent vers moi, c'est un taxi. Je l'arrête et demande au chauffeur combien il me demande pour l'aéroport ? 300 Rs. Et pour l'aller / retour ? Là j'ai une réponse surprenante : non cela ne m'intéresse pas !!!! Ok ton taxi ne m'intéresse pas non plus et il redémarre. ....... Enfoiré !!

6 h 20, un autre taxi arrive. Sur ce coup, je ne veux pas me faire avoir et je lui demande directement combien pour l'aéroport aller / retour ? 300 Rs. Tiens, en voilà un qui veut travailler !!

Nous voilà en route. Comme l'aéroport n'est qu'à 5 kilomètres du centre ville et qu'à cette heure-ci, il n'y a personne sur la route, nous avons tout le temps d'arriver.

L'aéroport de Leh est un aéroport militaire et comme toujours, lorsque nous arrivons, je dois montrer mon passeport au militaire de garde. Heureusement, j'avais prévu le coup et je le lui donne aussitôt. Le militaire me demande mon Ticket Aircraft ? No, I do not take the plane, i am waiting for someone who comes ! Ha, one friend ? Not, my wife !!
Là-dessus, il me remet mon passeport et me dit tout en me serrant cordialement la main, congratulation !! 
Le militaire dit encore au taximan qu'il ne peut pas aller jusqu'en bas qu'il doit se mettre sur le parking. 
Je descends à pied jusqu'aux portes du hall d'arrivée. Pour des questions de sécurité, je ne peux pas aller plus loin, même pour attendre ma femme qui arrive avec le premier avion !!

Celui-ci arrive. Des militaires en sortent. Voilà pourquoi mon taxi n'a pas pu venir jusqu'ici ! Un autre avion atterrit, celui-là doit être le bon. Encore quelques minutes de patience, le temps de récupérer son bagage et elle sera là.

7 h, elle arrive avec son sac dans une main et son passeport dans l'autre. Son large sourire en dit long, la deuxième partie du voyage va pouvoir se poursuivre à deux.



Le taxi a pu entre-temps descendre vers la porte du hall des arrivées. Il vient vers nous pour prendre le sac à dos de Pascale, le charge dans le véhicule, ouvre la porte et nous nous asseyons sur la banquette du milieu. Le chauffeur nous dit qu'il faudra un peu attendre avant de partir car tous les taxis sont maintenant là et c'est le grand embouteillage. Pas de problème, nous avons tellement de nouvelles à nous dire que cela ne vient franchement pas à dix minutes !
Nous sortons de l’enceinte et nous voilà sur la route qui remonte vers Leh. Pendant tout le trajet, nous n'arrêtons pas d'échanger nos nouvelles.
Lorsque nous arrivons au centre, je demande au chauffeur de nous déposer dans la Upper Tukcha Road, c'est plus facile pour arriver au Ti Sei.

Au Ti Sei, Pascale est accueillie par la patronne et lui demande directement si elle a fait bon voyage ? Puis lui dit qu'elle apportera un thé dans la chambre. Pascale vient d'arriver chez elle.

Pendant que nous buvons le thé, j'explique  à Pascale qu'il faudra probablement changer l'ordre des circuits et nous allons commencer par la vallée de la Nubra. L'ordre n'a que peu d'importance, elle me demande juste de pouvoir s'acclimater, un jour ou deux, à l'altitude et on pourra partir après, dans la Nubra ou ailleurs.
Ben oui tu auras le temps de t'acclimater puisqu'il faut encore faire la demande de permis et comme cela prend 2 jours pour les avoir, on partira alors mercredi 19. C'est parfait comme ça, on ira alors demain matin à l'agence Dreamland treks & tours pour faire notre demande de permis pour la vallée de la Nubra.

Pascale a envie de bouger, je lui propose de passer dans la boutique tibétaine afin de voir mes dernières découvertes et après, on peut continuer jusque chez Tashi pour boire un thé et manger une thenthuk.


Photo de Tripinette
Nous sommes dans la boutique de Tendu. En fait, je ne connais pas son véritable prénom, mais pour moi c'est Tendu, ce qui veut dire "bon" et cela lui va à merveille. 
Tendu imagine bien que c'est pour montrer le stupa en argent et la statue d'Avalokitesvara  à Pascale que nous sommes venus. Tout comme moi, Pascale est séduite par les deux objets et approuve l'achat en disant qu'ils seront bien chez nous. 
Nous payons les deux pièces et nous demandons à Tendu de les garder jusqu'à notre retour des différents treks. J'ai toute confiance aux personnes du Ti Sei, mais je préfère quand même tout laisser ici.
Je vous ai déjà montré mon Guru Rinpoche dans une autre page, je ne résiste pas à vous montrer maintenant les deux nouvelles pièces.


Il ne faut pas forcément être un grand spécialiste en art tibétain pour comprendre aisément pourquoi nous sommes si enthousiastes lorsqu'on a la chance de trouver de telles pièces.

Nous pouvons maintenant aller chez Thashi pour fêter ces achats devant un bon thé. 



La journée se terminera par une balade dans les ruelles du vieux Leh. Nous aimons bien l'ambiance qui y règne, même si ce n'est plus celle du temps où Leh était la grande plaque tournante du commerce en Asie. Aujourd'hui, il ne reste plus rien de cette époque et même le chang a complètement cessé de couler dans la rue qui portait son nom, c'est tout dire.
Après notre petite balade en ville, nous sommes retournés du côté de l'aéroport pour faire une photo de la piste d'atterrissage et visiter du même coup le monastère de Spituk.








La suite du programme avec Pascale, vous là retrouverai sur les libellés :

* Trek Région de Chemre 2012
* Trek du Sham 2012
*Trek Lac Pongong Tso 2012


Aucun commentaire:

Publier un commentaire