vendredi 21 septembre 2012

Turtuk

Bien que l'on ne puisse pas dire que nous sommes réellement au fond de la vallée de la Shyok, puisque la Siachen River poursuit sa longue course entre les montagnes himalayennes après la frontière indienne, ce petit coin charmant représente quand même la fin des possibilités d'aller plus loin et cela pour des raisons purement politiques.  
C'est évidemment bien dommage car rien n'est plus frustrant pour un voyageur que d'être obligé de faire demi-tour pour des causes qui lui semblent complètement absurdes voire même stupides. Mais bon, c'est ainsi et c'est justement pour profiter au maximum de ce que l'on m'autorise que je suis revenu dans ce soi-disant fond de vallée. 
Nous commençons par une balade qui doit nous conduire à la découverte d'une cascade, peut-être pas très importante puisque les gens du village la surnomment "le voile de la mariée". Une chose est certaine, la montée pour y arriver est particulièrement abrupte. Nous la voyons ici sur la photo de droite.




Vue de loin, elle ne semble pas une simple montée, mais une fois sur le chemin, nous nous sommes demandés si l'idée était vraiment bonne. Encore heureux qu'une fois en haut, nous avons une vue incroyable sur le village. Après ça, un goulet se présente à nous avant de passer sur l'autre versant d'où nous avons une autre belle vision sur la vallée. 




Nous sommes maintenant le long d'un petit canal qui, lorsqu'il y a de l'eau, va vers quelques terrasses, qu'un homme du village a eu la bonne idée de construire ici en haut.



  Après, c'est directement le cascade. Je vous avais prévenu, elle n'est pas bien grande,. Mais la cascade était plutôt un prétexte, notre but étant de voir ce que le panorama avait à nous offrir. De ce côté-là, nous n'avons pas été déçus. Au retour et pour profiter dans des bonnes conditions du spectacle proposé, j'ai préparé un petit thé sucré pour nous deux.

Photo de Pascale



Elle n'est pas belle la vie ?





After tea time in the great outdoors, il ne nous reste qu'à redescendre jusqu'à l'école du village pour y donner les photos que j'avais prises lors de la fête de fin d'année scolaire 2011. Ce fut l'occasion d'un chahut inoubliable dans le bureau du directeur.
Comme les cours n'étaient pas finis, nous nous sommes éclipsés pour retrouver le calme du village.




C'est dans des lieux comme ceux-là qu''un voyageur se flatte généralement d'être au bout du monde.


Bout du monde ou pas, cela nous importe peu. Une chose est certaine, c'est que nous nous y trouvons bien au milieu de cette population qui ne voit arriver les touristes que depuis 2010. 



          

Turtuk est un village coupé en deux par le torrent : d'un côté, c'est Turtuk Farul et de l'autre, c'est Turtuk Yul. Dans la première partie, ce sont des musulmans Nurbakchias qui y vivent et dans la partie qui est après le pont, ce sont des musulmans Sunnites.



Sur l'autre côté, il n'y a pas cette grande étendue de jardins comme à "Farul". Ici il y a plus de petites ruelles très étroites et ombragées où il est d'ailleurs bien difficile de faire des photos illustrant ce cadre agréable.
Nous terminerons du côté de la mosquée puisque je dois encore remettre des photos à quelques villageois que je ne trouve pas dans le village. Etant donné que nous sommes vendredi et que la mosquée est justement l'endroit incontournable pour les gens du coin, je suppose donc que j'y trouverai aussi mes hommes. 





Mission accomplie, nous pouvons retourner dans notre guesthouse qui se trouve du côté de Turtuk Farul.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire