mardi 1 octobre 2019

De Pangboche à Dingboche

Je me dirige aujourd'hui vers Dingboche. Comme je l'ai dit hier, les choses sérieuses vont commencer. Il est 7h30 et je démarre dans un léger brouillard, donc toujours pas de belles vues sur l'Ama Dablam. Grrrr !

Pour le moment, je suis encore sur la route de l'EBC. Ce n'est que dans une bonne heure que je serai au croisement des deux routes, celle de Pheriche à gauche et celle de Dingboche à droite. La bonne nouvelle du jour, c'est que j'en ai fini avec la pluie. Ce qui est évidemment parfait puisque cela me permet d'entrevoir la suite de mon voyage dans de bien meilleures conditions.


En chemin, je croise pas mal de caravanes de yaks revennant de Gorakshep qui se trouve à une altitude de 5140 mètres. Là-haut, il est évident qu'on ne voit plus les mules transporter les denrées alimentaires pour les différents lodges. Ce sont maintenant des bêtes plus résistantes aux hautes altitudes qui sont chargées d'effectuer ces livraisons, c'est à dire, les yaks.


Voilà, je suis au lodge où Pascale et moi avions dormi l'année passée.
Ce sera bientôt mon dernier repaire puisque moi aussi, je vais entrer bientôt en terre inconnue.


Depuis ce matin, je suis accompagné par un couple qui rentre chez eux à Chukhung avec sur leur dos, pas mal de provisions. Ils abandonneront mes pas pour se désaltérer avec un thé dans une auberge restaurant.


A nouveau, une montée pour arriver cette fois à un alpage.


Je vais maintenant devoir changer de direction et suivre, là-bas à droite, la rivière Imja Khola. 
A gauche, c'est un bras d'eau qui vient du Chola Tsha. Je longerai ce lac dans quatre jours avant de rejoindre Dzongla.


Mais avant de continuer vers Dingboche, je fais, moi aussi, une petite halte dans ce shop restaurant. 


Mon étape n'est plus qu'à une heure d'ici.


Après le passage du pont, il me reste un dernier raidillon à passer ....


 ........ et Dingboche est en vue.


Dans le village, il n'est pas difficile de trouver un lodge, puisqu'ils sont presque tous aux abords de l'allée principale. J'en passe plusieurs jusqu'au moment où quelqu'un m'interpelle pour aller dormir dans le sien. Je demande le prix de la chambre ? Il me répond qu'il veut d'abord me la faire visiter. Dans la chambre, je lui dis que je compte rester deux nuits avant de partir sur le Khongma La. C'est très bien, me dit il, la chambre est alors free pour toi, mais je ne dois rien dire aux autres trekkeurs ! Le marché est conclu.
Ma journée est finie. Demain j'irai à Chukhung pour voir les glaciers et l'Ama Dablam de plus près. Le grand spectacle himalayen va pouvoir commencer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire