jeudi 14 août 2014

Suite de la sixième étape et fin du trek

...... Je quitte le village pour continuer à descendre la vallée. La balade est simple et rapide.




Comme on me l'avait dit à Goma Tharu, il ne faut pas plus d'une heure pour relier les deux villages.


Lorsque j'arrive dans le deuxième village, je rencontre un jeune qui m'invite à aller chez lui. Devant la porte, je remarque une selle magnifique qui vient d'être nettoyée et sèche au soleil.


Nous nous installons dans la cuisine. La tante prépare le thé, la maman m'offre l'hospitalité pour la nuit et du monde arrive pour boire le thé en notre compagnie.




Avant de partir pour aller visiter la gonpa du village, le fils m'invite à aller voir celui de la maison. La pièce n'est pas très grande mais il y a de belles statues et de vieilles Tangkas dont une splendide représentant le Guru rinpoche. Je me la serais bien appropriée mais ces choses-là ne se vendent pas. C'est donc inutile de demander.


Quant au gonpa du village, l'extérieur a été restauré mais il n'est pas encore terminé puisque les murs sont toujours à nu.


La surprise viendra à l'intérieur, avec la présence de belles statues. Etonnant pour un si petit village.



 De retour à la maison, on me dit que ce soir, une cérémonie aura lieu dans le village afin d'accueillir une nouvelle statue du Guru Rinpoche pour le gonpa.
La cérémonie se fera autour du drapeau à prière du village.
Cela risque de ne pas être triste car toutes les femmes qui arrivent, ont avec elles plusieurs bouteilles de chang.




La statue doit encore arriver tout droit depuis Leh. C'est un habitant du village qui a été chargé d'aller la chercher. 
Les hommes arrivent à leur tour pour accueillir la statue. Lorsque tout le monde est sur place, le "transporteur" arrive à son tour avec la précieuse charge sur son dos.
Puis il l'installe au pied du mat afin qu'elle soit vue et vénérée par tout le monde


La population est ravie par la présence de la nouvelle statue et les avis sont unanimes sur sa beauté.
Les bouteilles peuvent être débouchées.


Afin de pouvoir partager ce moment savoureux, je n'ai bien évidemment fait qu'une photo !
Un peu avant la tombée de la nuit, il était temps à la nouvelle statue de Guru Rinpoche de rejoindre son gonpa. C'est toujours le "transporteur" désigné qui se charge de la tâche.



Ce geste clôturera les festivités.

Le 15 août 

A 7 heures, je quitte la maison d'accueil pour la vallée de la Noubra. La page de ce fabuleux trek est presque tournée. Inutile de dire que cela a été, sur tous les points, une aventure incroyable et très réussie. J'entame d'ailleurs cette dernière journée, avec une certaine satisfaction. Merci à Guru Rinpoche de m'avoir protégé.


Du point de vue météo, la journée sera à nouveau belle, mais il est un peu trop tôt pour que le soleil éclaire déjà la vallée. Cela ne devrait cependant pas tarder.


Plusieurs changements de rive à effectuer sur le parcours, mais c'est sans importance puisqu'il y a chaque fois un pont. A un certain moment, j'arrive à l'intersection de deux chemins. L'un monte sur le flanc de la montagne et l'autre suit la rivière. Dans le doute, j'opte pour celui qui ne monte pas, en me disant que j'en ai assez fait !! Ce sera la bonne décision car j'apprendrai plus tard que le chemin montant était l'ancien chemin. Chemin qui n'est plus fonctionnel aujourd'hui.



C'est à la vue des travaux de la future route que je comprends que, cette fois, le trek est bel et bien fini. Je rentre à nouveau de plain-pied dans le monde moderne, le Ladakh du futur.


Je sais très bien que les habitants des villages que j'ai traversés, attendent la route avec impatience. Mais pour moi, cette route construite sans vergogne, va dénaturer d'ici quelques mois, toute cette superbe vallée. 



Tout cela va disparaître sans pitié, à grands coups de pelleteuse.  





Même ce pont va tomber en désuétude car devenu trop petit pour laisser passer les engins et camions qui devront passer par ici.


Voilà la vallée de la Noubra. Dans une poignée de kilomètres, je vais rejoindre les rives du Shyog. De là, j'attendrai le bus venant de Diskit et qui va jusqu'à Thyakshi, dernier village avant la frontière pakistanaise. Moi je m'arrêterai à Turtuk pour prendre quelques jours de repos avant de rentrer à Leh.
Mais nous sommes le 15 août et je suis loin de savoir qu'aujourd'hui, l'Inde fête "l'independence day" et que de ce fait là, il n'y a pas de bus pour Turtuk.
J'attendrai trois heures au bord de la route en vain. Ce n'est que lorsqu'un 4x4 touristique s'arrêtera à ma hauteur que je comprendrai ma bévue. Qu'à cela ne tienne, c'est lui qui me conduira à Turtuk et gratos. 







Fin de l'avant dernière aventure 2014. Lorsque je rentrerai à Leh, il me restera encore assez de temps pour aller dans la vallée du Dha, puis celle de Hanu qui est ouverte aux étrangers uniquement lorsque les relations avec le Pakistan sont "acceptables". Je verrai sur place s'ils le sont !!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire