mercredi 11 septembre 2019

Retour au Base Camp du Pike Peak

La nuit fut bonne, cela malgré toute la déception d'hier. Mais bon, si tout va bien, ce soir je serai à nouveau sur le bon chemin et je dormirai à Jasmane Bhanjyang !!!
Me voilà prêt pour faire demi-tour et trouver enfin ce bon chemin qui devrait apparaître sur ma gauche, à une heure d'ici. Je dis au revoir à mon sauveur, tout en le remerciant vivement pour la nuit au sec. Avant de m'éloigner, je fais quand même une photo de cette demeure salvatrice pour un trekkeur perdu !!


Je repars avec courage, malgré cette météo qui n'en finit pas de me jouer des tours bien malheureux. Je suis bien obligé de reconnaître que c'est la première fois depuis que je trekke en Himalaya, que je suis obligé de vivre pareille situation. J'ai bien reçu quelques pluies sur la tête, mais à ce point là et aussi longtemps, ça jamais. Mais puisque je dois faire avec, je continue coûte que coûte mon avancée vers mes trois cols que je rêve de passer.


Il est évident que par temps clair, le décor doit être fantastique. mais puisque je ne peux pas voir grand chose, je me retourne vers les mantras écrits sur les rochers.
......... Et en prime, je reçois même un petit rayon de soleil. Hélas, ce sera pratiquement le seul de la journée.


 

 Alors j'avance dans l'espoir de trouver ce fameux chemin sur ma gauche !!


Je ne l'ai jamais trouvé et 4 heures après, je me retrouve à mon point de départ d'hier, c'est à dire le Base Camp du Pike Peak. Tout ça pour ça .... je n'arrive pas à y coire.


Alors, et pour remonter mon moral, la patronne me prépare un plat traditionnel de la région, un Rildok. C'est un authentique plat traditionnel Sherpa à base de pomme de terre. Les pommes de terre bouillies sont écrasées dans un mortier à l'aide d'un pilon en bois avec un peu de sel et de beurre de yak jusqu'à ce qu'elles forment une pâte collante, puis transformées en petites boules et servies avec un achaar ou une soupe fraîche. C'est un vrai régal pour les papilles. Pendant le repas, un moine du monastère de Thubten Chöling près de Junbesi est arrivé. Ayant entendu parlé de mon aventure, il est venu proposer son aide pour me conduire à Jasmane Bhanjyang. Vu ma situation, il est évident que je ne peux,ni ne veux, refuser cette opportunité car j'ai l'impression que je n'y arriverai jamais. Alors l'aide qui se présente, je ne peux évidemment pas la refuser. Le moine et moi, nous nous donnons donc rendez-vous le lendemain matin aux premières heures du jour. Il me dit qu'il reviendra ici après m'avoir conduit au lodge de Jasmane Bhanjyang. Je peux affirmer que je suis franchement soulagé de cette aide providentielle.

Le 12 septembre

Départ vers le Pike Peak avec mon guide Pasang. Je réattaque la montée du Pike Peak pour la deuxième fois, tout en espérant que cette fois sera la bonne, car la météo n'est toujours pas meilleure. Heureusement que j'ai fait quelques photos lors de ma première montée car aujourd'hui, il est inutile de faire des photos. Si bien que j'attendrai le sommet pour enfin immortaliser mon passage du col. 



« Le panorama depuis le Pike Peak est décrit comme l’un des plus beaux de tout l’Himalaya. C'était en tout cas le préféré de Sir Edmund Hillary. 


A la vue dégagée du lever du soleil sur la chaîne himalayenne et les vues spectaculaires sur les montagnes, dont le mont Everest, Number Chuli, Thamserku, Khangtega, Khatang, Karyoling au nord, Kanchenjunga à l'est, Manaslu, Dhaulagiri, Gaurishankar, Dorjé Lakpa, Langtang à l'ouest. 
................ Bon hé bien aujourd'hui, c'est nada. Comme quoi, la montagne ne donne que ce qu'elle veut bien vous donner. Elle m'a déjà fait souffrir pour arriver jusqu'ici, alors lui demander en plus un panorama exeptionnel, c'est peut être un peu trop lui demander !!! 
En tout cas, Pasang et moi avons mis les drapeaux à prières en remerciement aux dieux de la montagne et avons aussi crié un grand Ki Ki So So Lha Gyalo.


Mais nous savons bien, Pasang et moi que nous ne devons pas trop trainer là-haut car la météo pourrait nous jouer des plus mauvais tours encore et compliquer notre descente vers Jasmane Bhanjyang.


Le hameau est en vue, la partie est gagnée pour moi. Quand à Pasang, lui devra encore retourner au BC, Mais il ne passera plus par le sommet, il prendra le chemin que je n'ai jamais trouvé hier. Comme quoi, il existe bel et bien, c'est juste moi qui ne connait pas encore la montagne !!



Il n'est que 10 h du matin, mais je pense bien qu'il était grand temps que nous arrivions.

Nous avons droit à une bonne sherpa soup. Après quoi, Pasang retournera au BC et moi, je passerai la nuit ici et verrai demain matin s'il m'est possible de rejoindre Junbesi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire