lundi 16 septembre 2019

Junbesi et visite au Monastère de Thubtan Chholing

Hier, j'ai été obligé de faire un nettoyage de mon sac à dos, vu qu'il était marqué et sali par mes chutes faites dans le bois de sapins avant Taktor. Ensuite, j'ai continué par la lessive de mes vêtements et terminé par une bonne douche chaude. Moment qu'il ne faut jamais laisser passer lorsque l'occasion se présente, car ces moments sont rares quand on est en altitude. Me voilà donc tout propre pour aller aujourd'hui au monastère bouddhiste tibétain de Thubtan Chholing.
Ce monastère est situé au fond d'une superbe vallée et dans un cadre fantastique. Il est important car il abrite plus de 400 nonnes et moines nyingmapa appelés aussi « bonnets rouges ». C’est la plus ancienne école bouddhiste tibétaine (nyingma = ancien). Le monastère a été fondé par Trulshig Rinpoché dans les années 1960, après sa fuite du Tibet. Il s’agit d’une institution indépendante et autonome. Par conséquent, Thupten Chöling a su rester authentique et traditionnel. Le monastère Thupten Chöling est la représentation d’un monastère tibétain d’origine. 
Je me fais d'ailleurs une joie d'y retourner pour la deuxième fois. La première, c'était l'année passée avec Pascale. Ce fut un grand moment et c'est pour cela que cette fois-ci, je décide d'y rester toute la journée. 

Directement après le lodge, j'ai une vue plongeante sur Junbesi et le monastère de Tashi Thongmon Gompa, fondé au XVIe siècle ( les bâtiments sont sur la gauche avec les toits en rouges ocres ). Hélas lorsque j'arrive devant les portes, je n'ai pas l'occasion d'y rentrer car il n'y a personne. Ce n'est pas trop grave, j'aurai bien l'opportinuté de vous le montrer à une autre occasion.



Avant de partir vers la vallée, je fais un crochet vers le stupa. La luminosité n'est pas terrible, je ne fais d'ailleurs qu'une seule photo et je continue ma balade en direction du grand gonpa de Thupten Chöling.  En chemin je longe une maison dont l'achitecture est ancienne, puis je rentre directement dans la vallée d'où je peux déjà voir le gonpa. Pas trop besoin de me presser car je n'ai que deux petites heures de marche.




Une demi-heure plus loin, quelques gros rochers avec des mantras confirment que je suis sur le bon chemin.


  A partir de là et passé la rivière, le chemin commence à monter. Puis  progressivement, la pente devient de plus en plus raide pour finir encore plus fort avant d'arriver aux portes du monastère. Dans la campagne environnante, les villageois, tous agriculteurs, vaquent à leurs occupations. Le fermier laboure sa terre et la femme surveille son grain afin que les oiseaux, merles et autres, ne viennent lui voler le bénéfice de leur travail.


La randonnée se termine, avec ce dernier rocher qui m'annonce mon entrée sur les terres du monastère.
Dès l'enceinte du gonpa franchie, le premier bâtiment que je dépasse est l'école des moinillons. Je ne peux faire autrement que d'aller jeter un oeil dans une des premières classes.
......... J'ai eu beau m'être fait le plus discret possible, il y en a quand même quatre qui m'ont repéré !!! 
Le temps de méloigner, les élèves commencent déjà à sortir de classe.
J'arrive ensuite à hauteur des différentes cellules avec d'un côté les nonnes et de l'autre les moines.


Avec en toile de fond, la montagne et les nombreux drapeaux de prières disséminant au gré du vent les prières et contribuant ainsi à un environnement positif. 


Les lampes au beurre sont allumées; elles offrent le soleil, la lune, les étoiles et toutes les lumières qui éclairent le monde.


Puis j'entre directement dans la cour intérieure du monastère, là où se trouvent les différents temples.




Je me dirige aussitôt vers le plus ancien des deux temples. Car en général, ce sont toujours ceux-la les plus beaux et en tous cas, ceux qui possèdent le plus "d'âme" et les plus belles fresques.



Lorsque j'y pénètre, il n'y a qu'un seul moine qui semble étonné de me voir !!!!
Je demande si je peux faire quelques photos ?
La réponse est affirmative. Je suis content car il faut bien reconnaître que cette autorisation n'est pas donnée partout. Il faut donc mieux demander.


Mais ici, c'est parfait car il n'y a que le moine qui observe d'un oeil amusé ce que je fais. Voyant que les fresques m'intéressent, il m'apporte un très beau livre, celui de Thomas Laird intitulé 
"Murals of Tibet".
Voilà, mon futur achat lorsque je rentrerai à la maison.





 Mes photos terminées, je me dirige à présent vers la grande salle de prières où une puja se déroule. Lorsque j'entre dans la salle, je comprends pourquoi je n'ai pas vu de moines vaquant à leurs différentes occupations. En fait, ils sont tous en train de prier car aujourd'hui, c'est la journée où les moines rendent hommage au Kudung avec une grande cérémonie d'offrandes.

C'est une occasion rare de voir le corps sacré de Sa Sainteté feu HH Trulshik Rinpoché Ngawang Chokyi Lodro (1er janvier 1923 - 2 septembre 2011) né à Yardrok Taklung au Tibet central et qui était l'un des principaux enseignants du 14e Dalaï Lama et de la plupart de la jeune génération de lamas Nyingma. Il est considéré comme l'héritier spirituel de plusieurs grands maîtres Nyingma du siècle dernier tels que Dudjom Rinpoché et Dilgo Khyentse Rinpoché. Après avoir fui le Tibet, il officia dans ce monastète.

Voici la relique du corps de Kyabjé Trulshik Rinpoché (le kudung).


Quasi la majorité des moines du monastère de Thubtan Chholing sont présents pour cet événement et moi, je m'y ajoute sans attendre. Durant la cérémonie, je serai aussi convié à aller m'incliner devant la relique afin de rendre mon hommage personel au grand Rinpoche.


Je dois bien reconnaître qu'assister à une puja aussi importante est impressionnant.


 




Après la récitation psalmodiée des mantras à la manière des vibrations sonores de la sagesse du Bouddha, vient ensuite le temps de la méditation .....




........ avant l'hommage au grand Rinpoche qui est à présent au Parinirvane (terme sanskrit signifiant le nirvana final).




Geste qui sonnera la fin de la puja.


Le grand Kyabjé Trulshik Rinpoché va pouvoir quitter le monde des vivants et retourner dès le lendemain dans le stupa en or (stupa argent pour les lamas et or pour les Rinpoches)
 


C'est l'heure de la détente et de la mise en ordre de la cuisine. 

Quant à moi, après avoir passé une journée exceptionnelle au monastère, je vais à présent retourner à mon lodge de Junbesi, tout en me faisant la promesse de revenir ici encore cette année.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire