samedi 11 janvier 2014

Préparation Ladakh 2014

Pour cette nouvelle aventure au Ladakh, je me suis simplement amusé à tracer un chemin sur la carte afin de monter un circuit réalisable. Ce tracé n’est pas très original, puisqu’il est composé de plusieurs treks bien connus dans la région. Je commencerai donc par la partie que j’avais préparé pour le départ de ma grande traversée du Zanskhar en 2012 et que j’avais été obligé de changer pour cause de trop d’eau dans les gorges pour rejoindre Kanji. De Kanji, j’irai jusqu’à Photogsar pour ensuite remonter vers le nord en empruntant les gorges qui vont directement à Sumdo et Phanjila et poursuivre jusqu’à Tar. Après, ce sera le fin du trek du Sham jusqu’à Mang Guy. Retour vers le sud par le Serdultran La afin de rejoindre cette fois le trek de Lamayuru / Chilling. A Chilling, je passerai le Zanskhar Chu pour faire le début de la vallée de la Markha jusqu’à Nyimaling et continuer vers le Kharnak
Après la région du Kharnak, j’ai l’intention de continuer dans la région du Rupshu, entre le Tso Kar, le Tsomo Riri et terminer à Mahe, Nyoma. Région qui a été ouverte au touriste en 2010.
Afin d'arriver à monter ce trek, il est normal que j'ai glané la plupart des renseignements sur de nombreux sites web traitant du sujet et je ne peux évidemment pas tous les citer. Merci à eux pour leur collaboration bien involontaire, mais néanmoins indispensable.


Première partie du voyage.




Jour 1 Bus de Leh - Shergol
Départ de Leh mardi 16/06 avec le bus de Kargil qui part à 4h30.
Il y a deux petites épiceries à Shergol avec des biscuits, de l'huile et des bougies. Une guesthouse : Manaypa guesthouse dans la plaine. Ou bien avec une tente, possibilité de camper au départ de la gorge vers Urgyen Dzong. Visite du gonpa troglodyte vers 18h ou 19h où on a la plus grande chance de trouver le Lama.
  
Jour 2 Shergol - Serzing - Ermitages d'Urgyen Dzong

Direction le monastère d'Urgyen Dzong, situé dans une vallée reculée, à 5 h de marche de Shergol. Il faut 2h pour monter depuis Shergol, ou 1h30 depuis le début de la gorge. 
Pour Urgyen Dzong : la piste contourne le gonpa de Shergol à flanc de colline jusqu'à Serzing et passe sous le village (grosses et riches maisons ladakhis). 5 mn plus loin, un pont  permet d'accéder à la vallée de Pokhar. La piste carrossable se termine et un petit pont en dur fait passer sur la rive droite. On remonte vers un petit canal. Une ouverture dans un très long mur de pierres donne accès au sentier qui va remonter ce petit affluent de la Pokhar, et s'enfoncer dans des gorges vertigineuses sur près de 2 km avec échelles de bois ou de fer pour les passages délicats, et parfois des escaliers. A la sortie sur la gauche, une rude montée dans une pente de terre mène à 2 monastères (et à 2 sources). En face, dans la falaise, les ermitages d'Urgyen Dzong. Cadre magnifique ! Lieu de méditation de Padmasambhava au 8ème siècle. Je resterai 1 nuit et repartirai en début d'après-midi après être monté sur les cimes qui entourent le site.
Retour à Shergol  et nuit au Maneypa guesthouse, ou Thinlas guesthouse

Jour 3 Emitage d'Urgyen Dzong

Balade vers les cimes qui entourent le site. Il paraît qu’il y a un petit lac sacré dans les parages. Matinée sur place. Les moines viendront soit le matin, soit le soir, soit les deux, pour les prières et les bougies. 

Jour 4 Ermitage d'Urgyen Dzong - Shergol - Mulbek

Retour à Shergol 1h-1h30, puis petite route au début et sentier jusqu'à Mulbek : + 2h.

Jour 5 Mulbek

Balade sur les hauteurs de Mulbek jusqu'au vieux monastère. Il risque bien d'être fermé, mais la vue sur la vallée est belle.

Jour 6 Mulbek

Attendre Christian qui doit venir de Kargil, puis balade dans les gorges non loin de Mulbek.

Jour 7 Mulbek - Vers le monastère gelugspa de Gyal
Continuer à pied avec Christian jusqu’à Wakha.
Sur la route en direction de Leh, sur la gauche de la route, peu visible, un monastère école de nonnes, Jangchup Choling nonnery. Si une nonne est libre, il faut demander à visiter les très beaux temples : un Lhakhang très décoré de fresques et de thankas, une « library » avec les 108 volumes du Tangyur, la chambre du Dalaï Lama (pour sa visite en 2003), un Tara Lhakhang avec les 21 Tara Vertes et une petite salle de prières. Ce Chomo Gonpa est rattaché au Gonpa de Rinzong, de l’ordre Gelugpa.

Quitter Wakha en direction de Gyal où depuis la nonnerie, on traverse le vallon en passant devant le poste de police.
50 m après la mosquée, prendre un sentier qui descend sur la droite vers Khargol, hameau de trois grosses maisons. De là, continuer vers la rivière dont on traverse le bras principal sur une passerelle. En arrivant devant le moulin à eau détruit, partir sur la gauche dans un petit canal à sec. Après avoir zigzagué entre les saules, on arrive devant un long escalier. Prendre les premières marches puis les laisser quand elles tournent à droite et continuer droit devant. Le sentier est étroit au début, puis bon jusqu’en face de Gyal et très bon ensuite jusqu’au hameau de Gyanchoks. On entre dans le hameau par un grand shorten- passage. Dépasser largement le hameau et quand les falaises laissent place à une grande pente de terre, prendre un sentier qui monte au-dessus de la falaise. Arrivé en haut, la surprise est énorme : on se trouve devant un plateau immense d’une horizontalité géométrique, sans herbe et sans la moindre trace d’animal. Le retour est une promenade vertigineuse au bord de la falaise avec des vues plongeantes spectaculaires sur Gyanchoks d’abord et sur Gyal. Ce monastère troglodyte est rarement ouvert. Ce Gonpa est rattaché au Gonpa Gelugpa de Likir.

Jour 8 Gyal / Lamayuru
Départ depuis le Gyal Gonpa pour rejoindre la route Leh Kargil. Christian retourne à Kargil et moi je vais à Lamayuru. 

Jour 9 -10 -11 Lamayuru

Deux jours de festival au monastère + une journée de balade pour aller voir le vieux monastère de d'Atitse.
Le J11 deux processions partent du gonpa, l’une par le haut et l’autre par le bas pour aller jeter dans deux bûchers différents tous les tormas et autres figurines qui ont servi pendant le festival.
Pour aller à Atitse, très belle balade le long de la rivière avant de prendre le vallon vers Atitse. Ne pas suivre la route.

ATITSE, 4065 m 

Dans la montée du Photu La, à 8 km de Lamayuru, le hameau d'Atitse possède un très vieux gonpa du XIIIème siècle, contemporain du Sengge Lhakhang de Lamayuru et du Sumtsek d'Alchi. Le vieux temple renferme une statue de Padamsambhava, trois petites statues des protecteurs dont Vajrapani le Maître des Secrets, et Achi Chokyi Drolma le protecteur du Dharma des Drigung Kargyud. Une collection de très vieilles tormas est exposée dans une vitrine. On descend sous terre, pour voir la cuisine et la grotte dans laquelle a médité Naropa (1016-1100), pièces minuscules, sombres et très basses.
En contrebas du vieux temple, se trouve le temple plus récent des mille Taras.
Accès :
Monter à pied à Atitse depuis Lamayuru est une promenade facile. Il faut rejoindre le virage où se trouve l'hôtel Moonland, suivre les chortens et les murs de mani jusqu'au dernier tarchen. Là, on descend sur la rive gauche du ruisseau qui arrive du Photu La. La marche le long du torrent se fait dans une gorge et la rive gauche est creusée de nombreuses cheminées de fées très photogéniques. Quand c'est possible, on rejoint la rive droite qu'on remonte sur un bon sentier jusqu'à ce qu'il plonge dans le lit du ruisseau. Juste en face, un vallon remonte doucement vers la route qu'on traverse exactement au départ de la piste carrossable d'Atitse. Un panneau montrant Milarepa avec la main à l'oreille le confirme.
Pour le retour on reprend le même chemin, plus court, plus intéressant et plus agréable que la route.

Jour 12 Lamayuru - Yogmal

Retour à Yogmal pour la suite du circuit. Visite du monastère de Yogmal.
Continuer sur 1,5 km juqu’à Katsa Khor pour être hébergé.

Les bons plans de Jean Louis Taillefer.
Yogmal avec le bus de Kargil. Arrivée vers 14h. Pour se faire déposer au bon endroit, repérer le croisement de Kanji dans la descente du col, la route traverse plus bas la rivière et passe en rive gauche, puis on voit des camps militaires à droite et à gauche de la route. Sur la côté droit, on aperçoit une nonnerie au pied d'une petite falaise de l'autre côté de la rivière , on passe contre le mur d'enceinte du plus grand Lhakhang du Ladakh, puis devant une resthouse toujours vide, et la route descend dans un premier vallon et remonte de l'autre côté. On traverse les maisons dispersées d'un premier hameau, puis d'un second au dessus duquel on voit sur la gauche les ruines de l'ancien village de Bodkharbu. La route descend alors dans un second vallon : c'est là qu'il faut crier STOP – JULEY.
Un deuxième pont est en construction pour doubler la route sur le ruisseau. Un panneau avec un dessin de Milarepa, la main à l'oreille, et le nom Sang Snga Gonpa au départ d'une petite route qui remonte le long de la rivière du vallon. C'est là qu'il faut aller. La route commence côté gauche, c'est dire rive droite. On voit un premier hameau sur la rive gauche : Bargyap contre les falaises à l'entrée, puis un pont fait passer à droite (rive gauche). On passe sous une grande école : Mahabhodi school, puis on arrive au hameau de KatsaKor. Là, une famille a une chambre pour m'héberger, donc libre quand je n'y suis pas ! ! ! On a fait 2 km depuis la route.

Pour visiter le gonpa : En continuant, on passe sous un troisième hameau Shaklon, puis on arrive à Yogmal, surmonté par un grand et vieux gonpa. Ça fait 2km de plus, donc 4 km depuis la route.

Jour 13 Yogmal / pied du Timti La

Attention Serge.

Après avoir publié mon circuit voici ce que j'ai reçu: Tu vas être déçu, mais voici mon expérience sur ce trajet. Je suis arrivé à Kanji depuis Yokmal après avoir fait le YokmaLa et le Timti La. Ces deux cols ne sont absolument plus pratiqués.
Le Yokma La est un petit col où les chèvres et les moutons passent l'été. Il y a plein de traces horizontales, mais aucun sentier qui conduise au sommet. Alors, on monte en zigzagant mais c'est 100 fois plus pénible que de suivre une trace en réglant son pas et son souffle une fois pour toutes. Beau spectacle de vallées étroites et de sommets de roches déchiquetées depuis le col. Bien entendu, on cherche le Timti La qu'on doit passer le lendemain, et on ne voit qu'un col dans une gorge étroite et verticale. On descend donc sans savoir ou passer.

Le lendemain, on s'aperçoit que la vallée se termine dans des goulets creusés par l'eau dans le rocher, mais aucun sentier ne permet de les éviter, donc il ne reste que la solution de monter dans cette gorge étroite. Elle est presque bien au début avec une trace le long du ruisseau, mais très vite, il n'y a plus de trace, et la pente se relève de plus en plus. On arrive alors dans des petits éclats de schiste noir et humide qui couvrent la pente jusqu'au sommet. Avec le poids du sac, on s'enfonce à chaque pas et on redescend plus que ce qu'on a monté ! Je pensais être obligé de passer la nuit dans cette pente. J'en suis quand même sorti au bout de 8 heures : parti à 8h le matin, j'étais au sommet à 16h. La descente de l'autre côté n’était pas plus engageante, mais ça allait plus vite. A 18h, j'étais sur la route de Kanji, ouf ! Il me restait 2h de marche à pied sur la route. Je suis arrivé à Kanji de nuit à 20h.

Bonne chance.

Jean Louis.

Deux possibilités pour continuer le trek :

- soit faire demi-tour et remonter la vallée de Yoma. Dépasser les dernières maisons. Laisser les vallées de droite. 300 à 400 m avant que la vallée ne se transforme en gorge, traverser le torrent et commencer la montée. Sentier bien visible et raide, au début sur une croupe. Rejoindre le Yoma La 4250 m 2h. Descente facile. Dépasser plusieurs emplacements de camps et rejoindre un sentier dans le flanc droit. Passer deux crêtes, puis toujours de flanc jusqu'au fond de la vallée. Possibilité de rejoindre la route Kargil / Leh à Bodhkarbu, en suivant la vallée. Remonter cette vallée à droite pendant 30 m pour aller camper au début du vallon menant au  Timti La.
- la deuxième solution, est de continuer depuis le Gonpa de Yogmal vers le village de Jaglon et poursuivre la vallée jusqu’ l’embranchement avec la piste qui descend du Yoma La, puis tout droit pour aller camper au début du vallon menant au  Timti La. A voir sur place.

Les bons plans de Jean Louis Taillefer
Remonter la route jusqu'à Yongmal et au dernier village Phu. Puis continuer au feeling sur le bord puis dans le lit à sec de la rivière. Quand on sent que c'est le moment, on commence l'ascension du Yoma La sur la gauche, avec parfois un semblant de sentier, jusqu'au col où l'on peut rencontrer un berger et son troupeau.
La descente est évidente de l'autre côté : tout droit. MAIS, le vallon débouche sur des falaises infranchissables. Aller sur la droite, vers une falaise et une petite cascade, et un sentier que l'on aperçoit sur un petit épaulement.
Voir ma correction (en tirets noirs) sur la carte : on remonte franchement sur la droite en franchissant le ruisseau issu de la cascade, pour éviter les falaises du bas, et suivre le sentier jusqu'au lit de la rivière. Dans les pentes abruptes de l'autre côté du vallon, on voit le Timti La. Quand on ne le connaît pas, on se dit que ça ne peut pas être ça !, mais si !

Il faut s'avancer un peu le long du ruisseau qui descend du Timti La pour trouver de bons emplacements de camp dans l'herbe au bord du ruisseau. Journée de 6h de marche.

Jour 14 Pied du Timti La / Kanji
Aujourd'hui, il faut passer le col du Timti La 4450 m 3h . Plus on monte et plus la pente se redresse. Il n'y a plus de sentier. C'est un des rares endroits du Ladakh où un bâton peut être utile et aider à garder l'équilibre dans les aiguilles de schiste noir où l'on s'enfonce à chaque pas.
Le début de la descente n'est pas plus agréable. La pente est raide. Ensuite, on cherche le meilleur passage tantôt à droite, tantôt à gauche du torrent sec. Les parois sont verticales à droite et à gauche, et même au fond où le vallon tourne sur la gauche. Jusqu'au dernier moment, on se demande s'il y a une issue et si on est sur la bonne voie. L'arrivée sur la route de Kanji se fait par un saut de 2 m de haut entre deux falaises espacées de 2m. 

Jour 15 / 16 Kanji / Dumbur

repos le matin au camping de Kanji. Petit restaurant-épicerie au camping. Rien dans le village. Un très intéressant et très vieux gonpa à voir. Une grand-mère a la clé.

après-midi : montée à Dumbur.
Passer au bas du village de Kanji et rentrer dans la gorge de gauche pour suivre la rivière en rive gauche et trouver le départ d’un sentier en légère montée pour franchir d’un gros éboulement de terrain. On passe une bergerie avant de poursuivre toujours rive gauche de la rivière.  Belles vues à l’arrière sur les roches travaillées par la surrection. A partir de là, le sentier disparaît et il faut suivre le lit de la rivière jusqu’au moment où on arrive à un torrent venant de la droite qu’il faut traverser. Sur la droite un groupe de bergeries pour arriver à une étendue gazonnée. Après il faut continuer le chemin vers la gauche et trouver un coin pour établir le camp en bordure de champ (2h30, 4.085m). A Dumbur, je resterai une journée. Dans l’après-midi, partir en balade dans le vallon qui part à droite pour rejoindre les petites bergeries de Kathimu. (3h A/R avec 250m de dénivelée).
Possibilité de dormir sur place et profiter ainsi pour goûter les produits fabriqués par les transhumants. Fromage frais et séché, yaourt (curd). 


Jour 16  bergeries de Kathimu / Dumbur 

Retour dans la journée à Dumbur.

Jour 17 Dumbur / Shillakong

La journée commence directement par la montée vers le col ! Du camp à 4.085m, on remonte la vallée en direction d’un monticule (moraine centrale d’un ancien glacier) sur lequel on poursuivre en suivant une arête jusqu’à un cairn (1h20, 4.350m). Le sentier continue sur une moraine avant de prendre à gauche sur un bon sentier. Ce sentier conduit au col du Yogma La (1h45, 4710m) dans lequel flottent, comme toujours, quelques drapeaux de prières. Je passe le sommet en lançant la phrase "Ki Ki So So La Gyalo" traduction "les dieux sont vainqueurs, les démons sont vaincus". J’espère qu'ainsi je serai protégé durant toute la traversée.
La descente s’effectue sur un excellent sentier jusqu’à 4.450m avant de partir sur la droite. Le chemin culmine la rivière. Beaucoup de up / down importants. Après avoir passé une portion friable, le chemin parcourt le fond d’une petite vallée bien verte avec des pics couverts de glace qui dominent le décor. Une dernière montée conduit à un petit collet puis c’est la descente jusqu’à la rivière qu’il nous faut traverser à gué (1h30, 4.410m). Après, remonter le chemin qui se trouve juste en face et continuer jusqu’à la bergerie de Shillakong (15mn, 4.500m, eau de « source », quelques places de camping).

Jour 18 Shillakong / Camp Spong Tongpo

Du camp, monter vers la gauche en direction du « village » de Shillakong. Contourner la montagne par la gauche et rester plus ou moins à la même hauteur pour rejoindre le sommet d’une colline (30mn, 4.600m). On poursuit tout droit pour un nouveau passage à gué et remonter directement de l’autre côté sur un plateau jusqu’à un collet (25mn, 4.620m). Une fois en haut, il faut redescendre dans un vallon pour rejoindre le sentier qui mène au col. Franchir un thalweg dans lequel coule un torrent. Maintenant le sentier est bien tracé sur une langue d’éboulis noirs (50mn, 4.685m) et continuer jusqu’à un plat (1h10, 4.910m). En face de nous, les pentes du Sniugurtse La. La montée est impressionnable, mais le chemin est fort fréquenté et il s’avèrera au fils des pas, moins difficile qu’il en a l’air. Après une heure d’effort, c’est le passage du col (1h, 5.100m, appelé aussi Kongma La). Après le col, belle descente avec un premier lacet bien large avant de rejoindre le milieu du vallon. Puis le sentier s’engage entre de magnifiques pitons rocheux. La suite de l’itinéraire parcourt une large vallée. Le sentier sort enfin de la pierraille et traverser de larges espaces gazonnés. Puis on suit une moraine herbeuse jusqu’au confluent de deux torrents (1h25, 4.600m). Fin de la journée.

Jour 19 Camp Spong Tongpo / Photoksar

Rejoindre le petit col qui se trouve sur la droite et basculer de l’autre côté sur un sentier qui descend vers le fond de la vallée. Lorsqu’on se trouve à hauteur du pont, laisser le sentier tout au fond de la vallée et partir hors sentier vers le bas pour rejoindre la rivière (35mn, 4.510m). Remonter, puis s’engager dans le thalweg qui se présente juste devant. Après être monté dans le lit d’une rivière à sec, on débouche sur un petit plateau juste avant le col (40mn, 4.690m, buvette, jonction avec le sentier « officiel » qui arrive de Hanupatta et Lamayuru). Poursuivre en direction du col en s’engageant dans une vallée étroit. Une dernière montée sur la gauche, c’est le passage du sommet du Sirsir La (30mn, 4.805m). Pour la descente, ne pas prendre l’ancien sentier qui est beaucoup trop pentu et est en très mauvais état. Suivre la piste sur 500m sur le versant Photoksar et trouver dans le premier virage le départ d’un nouveau sentier qui rejoint le fond de la vallée. Puis c’est tout droit jusqu’au moment où se dresse un chorten (55mn, 4.340m) offrant une vue panoramique sur la vallée et le village de Photoksar. Il ne reste plus qu’à descendre jusqu’au village (20mn, 4.220m). 

Jour 20 Photoksar

Journée de repos et balade jusqu'au glacier qui se trouve en face du village.

Jour 21 Photoksar / Phanjila

Cette fois pour rejoindre Phanjila, je voudrais passer par Askuta et Sumdo. Mais je devrai quand même me renseigner pour voir si ce circuit est possible. S’il ne l’est pas, je n’aurai pas d’autre solution, que de refaire le Sisir La, le hameau d’Amat et Hanupatta avant d’arriver à Phanijila. Selon ma carte, cela devrait passer par Askuta.

Quitter le village de Photoksar par le haut (vers le Gonpa) et prendre les gorges sur la gauche. Continuer jusqu’au pont qui enjambe la Yapola Chu. Avant d’arriver à Askuta, il y aura encore deux ponts à traverser. Après le troisième pont, laisser le chemin de droite qui va à Riongka et bifurquer à gauche vers Sumdo. Longer la rivière jusqu’à un nouveau pont, après ce sera directement Sumdo. Dernier hameau avant Phanjila. Village étape.
Jour 22 Phanjila / Tar

Quitter la piste qui va à Wanla, pour prendre à droite, la piste qui va au hameau de Tsumpata et le village d’Ursi. Entre ces deux bourgs, il y a sur la droite la piste du trek Lamayuru / Chilling (que je prendrai plus tard, après avoir fait Mang Guy et passer le Serdultran La qui culmine à plus de 5250 m).

Quand on est dans la gorge au départ d'Ursi, on longe à un moment une courte pente raide sur la gauche suivie d'un grand rocher. On a tendance à continuer tout droit au fond en suivant un bon chemin emprunté par les locaux pour conduire leur troupeau vers des pâturages. Et bien, il faut prendre son souffle et grimper en zigzag en suivant une petite trace dans cette pente raide sur la gauche pour retrouver au-dessus le sentier qui conduit au col. Si on continue tout droit, on n'arrive nulle part. C'est le seul piège, ensuite la trace est unique et visible.
 La longue montée qui va au Tar La, col qui, aux dires des habitants de Tar, est très difficile ! Jean-Louis Taillefer me l’a confirmé en me disant que le chemin est très bien marqué mais il faut environ 5 heures jusqu'au sommet du Tar-la et environ 3 heures jusqu'au village de Tar. La journée sera longue mais pas d’autre solution si je veux rejoindre ce hameau et aller faire un julley à la famille Kutipa.

Jour 23 Tar

Journée de repos

Jour 24 Tar / Mang Gyu
Pour cette étape, qui est splendide, j’espère avoir un meilleur temps qu’en 2012.

Cela commence directement après le village par une belle montée jusqu’au pass du Ipti La. Puis se diriger vers le Mang Gyu La qui est à la même altitude. Mais avant d’y arriver, il me faudra marcher de flanc, dans une succession de crêtes et de vallons avec une vue constante sur le minuscule hameau de Ipti.
Attention de ne pas me tromper cette fois dans la descente pour rejoindre le village de Mang Gyu. Eviter tant bien que mal de bifurquer sur la droite car la fin de la descente est très compliquée de ce côté-là.

Jour 25 Mang Gyu / Hinju
Nouvelle grosse journée aujourd’hui, puisque je vais devoir passer le pass du Serdultran La à 5250 m avant de retrouver le chemin du trek qui va de Lamayuru à Chilling. Encore une fois, je ne trouve pas d’info sur ce passage de col. Je devrai donc me renseigner à Mang Gyu sur l’accessibilité de cette voie qui visiblement, est peu fréquentée par les agences. En chemin, je laisse le hameau de Zum et après le col, je devrai retrouver un autre hameau, celui d’Angshang. (Ici, camping et tente-restaurant)
Prends des notes sur l'étape Mang Gyu – Hinju, ce ne doit pas être une promenade de tout repos !

Après c’est l’entrée dans la vallée de Hinju. Visite du village et des vergers d'abricotiers. Ce village a trois niveaux principaux, l'inférieur, le principal et le village supérieur. Je passerai sur les 3 niveaux afin de trouver un coin pour dormir chez l’habitant ou sous ma tente. Normalement, il y a deux homestays sur la première partie. Quelques mètres plus loin, on passe sous un shorten décoré des 4 lokapalas aux 4 coins et on longe une belle maison avec l’inscription peu visible « Langtopa GH » sur la porte. Une petite pièce propre sert de chambre d’hôte. Très bonne cuisine.
Visite du petit Gonpa Drigung Skura Rinchensgang

Jour 26 Hinju / Konzke La / Sumda Chenmo
Après 30 min. on passe à Angshang, deux maisons et un grand camping avec tente restaurant.

Départ par une montée facile au début qui passe le camp de base du Konzke La devant des camps de bergers et se termine en lacets plutôt raide au bout de 4 h. Depuis le passage, vue spectaculaire sur la chaîne du Ladakh et du Karakoram. Début de la longue descente vers la vallée. Plusieurs emplacements de camp dans la descente. On arrive à Sumda Chenmo 3h30 après le col. Le village est coupé en deux par un petit torrent. La première partie offre 2 campings, 2 homestay et un temple récent. La partie du bas possède 2 guesthouse et une curiosité à voir absolument : une statue appelée Shid.kiy.bDag.po de 2.60 mètres sculpté dans un seul tronc de genévrier et 9 autres murtis plus petits, datés au carbone 14, du VIIIème  siècle. C’est tout ce qu’il reste du Sumda She Gonpa, fondé par Rinchen Zangpo au XIème siècle.
De l’autre côté du torrent, la vue est fermée par une longue barrière rocheuse d’une hauteur impressionnante.

Jour 27 Sumda Chenmo / Dungdungchen La / Chiling

Un bon sentier récent quitte le village, traverse les alpages en descendant au torrent qu’on franchit sur 3 rondins au lieu-dit Lasgo ( 1h ). Plusieurs emplacements à l’ombre des saules. On remonte en face vers le lac Lanak La. ( 1h ), puis on redescend légèrement vers le lieu-dit Lanak ( camping et parachute restaurant 40 min. ). Commence alors une longue montée vers le Dungdungchen La ( 1h30 ) au milieu de quelques grands rochers au début. La descente sur Chiling est interminable ( 3h ). Tea-shop, camping, homestay. ( 6 des 7 maisons de Chiling sont des homestay ).

En cas de mauvais temps, à partir de Lasgo, on peut rejoindre la route de Chiling en moins de 2 heures en suivant la rivière. On arrive à Sumdado. Chiling est alors à 10 km.
Dans la montée du Dundunchen La, il y a un camp avec tente-restaurant au lieu-dit : Lanak. Ça permet de couper en deux l'étape Sumda Chenmo – Chiling.

Jour 28 Chilling

Journée de repos.

2 commentaires:

  1. Salut !
    Juste un petit mot rapide pour dire que, depuis que je m'intéresse à la prépa de mon premier séjour ladakh/zanskar, je n'ai de cesse de passer et repasser sur votre site.
    Plaisant à lire, bien écrit, détaillé, c'est une mine d'infos pour moi qui souhaite faire un trip à ma sauce !
    Merci encore de partager toutes ces aventures, et vos préparatifs, c'est d'une aide inestimable pour qui prend le temps de construire quelque chose de "personnalisé" !
    Michael

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, pour préparer un voyage au Ladakh, il y a sur les pages de mon blog de quoi réaliser le rêve de tout voyageur qui veut découvrir à sa sauce (j'ai aimé ta formule), le Ladakh ou quelques autres parties de l'Himalaya. C'est tout le mal que je te souhaite. Attention quand même, comme j'aime le répéter, le Ladakh est une drogue et lorsqu'on a mis les pieds dedans, on y reste pour longtemps !
      Je ne sais pas si tu as vu ma page, " Le Ladakh est incapable de résister à la surcharge des voyageurs", c'est une page très intéressante.
      Aidons le Ladakh en respectant la charte du trekkeur.
      Ceci dit, si tu as encore des questions pour monter ton séjour là-haut, c'est avec plaisir que je t'aiderai. Mon adresse mail est en haut à droite du blog.
      Holidaytrip

      Supprimer