jeudi 3 août 2017

De Tangtse au camps de base du Shingo La

Me voilà en route pour Thable où je devrai prendre la décision sur la suite de mon périple.


Après la passerelle, je rencontre un habitant du hameau. Je lui demande s'il est possible d'aller vers le Tendo La, le Phirtse La et continuer le long de la Lingri Chu pour la route Manali / Leh ? Sa réponse est sans équivoque : déjà la semaine passée, un groupe avait du faire demi-tour, alors vous pensez avec tout ce qu'il est tombé ces derniers jours, il est impensable de vouloir faire ce chemin là. Cela a le mérite d'être clair. Ensuite, il m'invite chez lui pour prendre un thé avant de continuer vers le Shingo La.
Le thé est bu, mais il me faut absolument partir car au pied du Gumburanjon, il y a des très mauvais passages à gué et je dois être là avant le début d'après-midi afin d'éviter les eaux trop hautes.







Il est déjà dix heures et j'en ai encore au moins pour quatre heures de marche avant d'arriver à ces passages scabreux.
Onze heures et le Gumburanjon est enfin en vue. Oui c'est bien lui là-bas tout au bout.

Il est de plus en plus proche, mais il est déjà midi et demi.




Je suis enfin à ses pieds, je regarde l'eau qui descend d'un glacier, elle ne semble pas très haute, mais ce sera qu'une simple impression et je changerai d'avis lorsque j'aurai les pieds dans l'eau. Et pour couronner le tout, elle est glacée. Le passage dans ces conditions est plus que délicat.


Droit devant, c'est le Shingo La.




La suite sera nettement plus romantique, avec la découverte de l'emblème du Zanskar, le fameux coquelicot bleu.



Une fleur très rare. Mais aujourd'hui, j'ai beaucoup de chance d'en trouver plusieurs.

Il est dix-sept heures trente et je suis au camp de base


Le temps de monter ma tente, le soleil commence sa descente journalière. 


Je vais pouvoir maintenant aller manger dans la tente restaurant du camp.
La nuit sera froide, mais chaude dans mon cœur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire