jeudi 18 novembre 2004

Balade à Kalaw


JEUDI 18-11 trek de 2 jours

8h45 : après avoir pris le petit déjeuner, nous voilà en route pour 2 jours de trekking. Heureusement, le rythme n’est pas trop rapide.

Le terrain est vallonné et nous traversons quelques villages shan, palang et pa-o (karens noirs). Nous avons le plaisir de rencontrer des villageois dans leurs champs.

Nous passons par le réservoir de Kalaw, construit par les anglais. Nous y faisons un petit arrêt et discutons avec le guide sur la Birmanie. Il nous dit, avec un large sourire, qu’il a failli mourir deux fois. La première fois par le choléra et la deuxième fois, c’était lorsque l’armée lui a tiré dessus et pour prouver sa bonne foi, il nous montre les cicatrices !!!
Durant ces 2 journées, nous avons posé pas mal de questions à notre guide. Que pense-t-il des militaires ? Il les ignore. Quand son neveu (militaire) vient lui rendre visite, celui-ci doit être en civil et non en uniforme. aussi non, dit il, il reste devant la porte !! Nous lui demandons aussi si c'est bien que les touristes viennent au Myanmar ou faut-il boycotter le pays, comme le préconise Aung San Suu Kyi  ? NON, les touristes doivent venir car même s’ils remplissent les caisses de l’Etat-armée par les droits d’entrées sur les sites, ils font aussi vivre des petites entreprises et le peuple. C'est dit.



 …………….. Beaux paysages de collines avec de nombreux pins, plantations diverses, beaucoup de thé et de rizières.


Nous arrivons à Dunglar vers midi. Un repas népalais, sans viande, mais délicieux.
Comme nous logerons là cette nuit, nous laissons nos sacs.


Après une petite sieste dans ce paysage magnifique, nous reparons vers 14h pour visiter 2 autres villages Tar-Yam et Yar-Thit. Nous nous arrêtons pour boire un thé chez l’habitant. Nous poursuivons notre chemin et nous arrivons devant de grandes maisons (de plus de 60 mètres de long) où vivent jusqu’à 60 personnes des tribus Palaung.
Notre guide nous dit que ce type de grande maison a tendance à disparaître. Nous entrons dans une de ces maisons et y buvons un thé. Les habitants nous proposent des sacs et des napperons. Serge achète une petite pipe à opium (vide !).






Cet après-midi, ce fut une petite balade instructive. Nous revenons Dunglar pour voir le coucher du soleil sur les montagnes. Il fait vite frais.
Deux autres petits groupes de touristes sont arrivés au gîte. Nous soupons à l’intérieur du gîte, où le foyer utilisé pour la cuisine, dégage pas mal de fumée. Comme repas : soupe aux haricots et plats népalais, toujours sans viande : un vrai régal.
Nous ne tardons pas à aller au lit. En fait, c’est une pièce unique avec un super grand lit de 4 personnes : la tête des 2 françaises ! On est sous une grosse couette car il ne fait pas très chaud. Les cloches des vaches se font entendre. Mais à part ça, pas un bruit !

VENDREDI 19-11 trek de 2 jours (suite et fin)

Serge se lève tôt en espérant voir le lever du soleil sur les montagnes. Mais de ce côté-là, le panorama est bouché par les arbres.

Après une toilette très succincte à l’eau froide ( brrr ) et un bon petit déjeuner (crêpes, thé, confiture), nous reprenons la route à 8h30. Cette étape sera un peu plus longue qu’hier, mais le terrain sera plus plat.
De nouveau, nous traversons quelques villages (Hin Kha Coue) où, nous visitons l’école, voyons le battage du riz dans les champs.
Notre guide sert aussi d’infirmier pour cette population pauvre des campagnes. Pendant notre trek, il soignera 2 blessés.



Nous rejoignons vers midi la gare ferroviaire de Myn Saing Gare. 



Nous mangeons dans une gargote de la gare, puis continuons par les campagnes pour arriver au guesthouse à Kalaw, où nous sommes tout contents de nous rafraîchir et de récupérer notre linge propre. 
Nous allons manger avec les françaises, Christelle et Véronique, dans le resto un peu chic du 1er jour à Kalaw.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire