dimanche 29 juillet 2012

Balade jusqu'au village de Doms

Pour finir mon séjour à Darchik en beauté, j'ai choisi d'aller me balader dans les gorges conduisant à Doms.
Etant donné que Darchik est tout en escaliers, je n'ai vraiment pas le temps de chauffer les muscles qui, dès le début, sont mis à dure épreuve.




Ces escaliers sont interminables. Après plus d'une demi-heure d'efforts, j'arrive à un moulin à prières, ce qui signifie pour moi la limite du village.


 Maintenant il me reste à savoir si je suis dans la bonne direction pour Doms. Quelqu'un sort de chez lui, je lui demande si je suis bien sur le bon chemin ?


Après les escaliers, je longe un petit canal d'irrigation qui me conduit à un bassin rempli d'eau.   


L'endroit est sympa et les couleurs sont belles à cette heure matinale.

Un peu plus loin,  il y a une cascade. J'en profite pour vider ma gourde et reprendre de l'eau fraîche. Ma petite histoire d'eau de l'autre jour m'a servi de leçon !
Une fois de plus, la balade me réjouit. Autour de moi, les montagnes ont des découpes très pures et les gorges sont assez vertes. 
J'arrive à une passerelle et je remarque qu'en face de moi, là-haut dans la montagne, il y a une bergerie. Je décide d'y monter pour aller voir ça de plus près.
La montée est ardue, mais toutefois assez rapide, si bien qu'il ne me faut que 20 minutes pour arriver en haut.
De la bergerie, il ne reste pas grand chose. Pour ne pas être monté pour rien, je continue mon chemin dans des gorges étroites. Hélas, il ne mène à rien et je suis bien obligé de faire demi-tour. 


De retour à la passerelle, il y a un garçon qui semble assez étonné de me voir revenir de là-haut et il me demande d'où je viens ? Je lui réponds que j'ai juste été voir la bergerie et que maintenant, je vais à Doms. Comme il y va aussi, il me propose de faire la balade ensemble.
En chemin, il m'explique comment les familles organisent le travail entre les deux villages. En fait, Doms n'est qu'un village de cultures et les seules personnes qui restent pendant toute la saison d'été sont les quelques responsables du village qui entretiennent et surveillent les cultures.

Lorsque les cultures sont prêtes à être récoltées, alors presque tout le village monte à Doms pour travailler dans les champs et redescendre le blé, le millet et l'orge avant de moudre une grande partie au village. L'orge par exemple, sera gardée pour plus tard, pour la fabrication du chang (bière locale), bière qui est bue en grande quantité lors des fêtes et mariages.




Afin de me montrer les plus beaux panoramas, mon jeune guide me fait passer par les chemins de traverses. C'est un peu plus long mais les vues sont effectivement splendides.






Une fois à Doms, nous nous séparons. Je veux profiter de l'occasion pour faire des photos de ces paysans qui s'isolent pendant tout l'été, afin que les familles dans leur village d'origine aient assez à manger durant tout l’hiver.
Les pièces où ils vivent ne sont évidemment pas bien grande et à l'intérieur, il y a le strict minimum pour préparer à manger et de quoi s'allonger pour passer les nuits le plus confortablement possible. La vie dans ces montagnes n'est assurément pas toujours facile !



Je suis maintenant dans l’expectative. Soit je continue ma balade dans les villages qui sont encore plus haut dans la montagne comme ceux de Monta et de Lantut, soit je redescends à mon aise jusqu'à Darchik. Pour me convaincre, un paysan me dit que plus haut, les villages sont vides car les familles de Darchik ne sont plus assez grandes et que les récoltes qui sont ici suffisent largement pour nourrir les familles toute l'année. De plus, le commerce de l'abricot rapporte maintenant assez d'argent pour pouvoir acheter ce qui devrait manquer.
C'est peut-être une erreur, mais comme je n'ai pas l'intention de visiter des musées à ciel ouvert, je fais donc demi-tour. Ma route est encore très longue jusqu'à Darsha et je ne veux en aucun cas vouloir trop en faire, ce qui compromettrait le succès de mon aventure.


Demain, je quitte Darchik, sûrement avec regret car j'ai passé ici des très bons moments et la famille qui m'hébergeait fut pour moi une véritable famille d’accueil.
Pour ceux qui devraient un jour passer par là, voici l'adresse de la famille afin de trouver facilement la maison dans le village : Tsering Stobdan, R/O Darchiks, House Name JAROPA.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire