vendredi 7 novembre 2003

Luang Nam Tha – Muang Sing


VENDREDI 07-11-2003 : Luang Nam Tha – Muang Sing

7h : lever, douche, sacs
Direction gare des bus. Nous mettons les sacs au-dessus du bus, qui est plutôt une camionnette pick-up.
Puis nous allons casser la croûte en mangeant une soupe. Comme il y a de la menthe à table, nous commandons 2 thés.
8h45 : nous sommes les derniers à rejoindre le pick-up. On est 21 personnes + les bagages et 3 enfants. Pascale et moi sommes assis sur de petits tabourets en osier au milieu du pick-up. Nous ne voyons pas grand-chose de la route et du paysage.


 Heureusement, la route est macadamisée jusque Muang Sing. L’italien est aussi dans le pick-up.
10h45 : nous voilà arrivés. Je vais à la recherche d’une guesthouse. Ce sera une guesthouse chinois, le « Muang Sin » comme le village. La patronne nous demande de ne pas fumer d’opium. Quelle idée !!!!!
Comme nous y resterons plusieurs jours, nous profitons pour donner notre linge à laver.
Petite balade dans les alentours du village. 


En revenant sur nos pas, nous trouvons un resto indien pour ce soir. Ensuite nous nous arrêtons au vat Sing Jaï (ou vat Luang Ban Xieng Jaï), monastère thaï-lu.




Nous discutons en anglais avec un moine bouddhiste, qui nous apprend que demain samedi, il y a une grande fête : le festival de that Muang Sing, durant la pleine lune à 7 km de là. Toute la ville y sera (au stuppa).
Le monastère est très beau à l’intérieur, il daterait de +/- un siècle. Une hollandaise arrive et la discussion continue sur Bouddha, la religion, le mariage, …

Nous poursuivons ensuite notre chemin jusqu’au marché, du moins ce qu’il en reste.


Non loin de là, nous mangeons une soupe avec des légumes, pâtes, viande hachée piquante, un vrai délice.
Décidément nous mangeons vraiment bien et souvent (!) au Laos, nous rentrons à la guesthouse où nous restons lire et écrire.
L’hôtelière, la mama, comme je l’appelle,  nous invite à voir une décoration fleurie pour la fête de demain.

SAMEDI 08-11-2003 : festival de that Muang Sing

7h : il fait brumeux ce matin.
La douche est assez spéciale : il est prévu un thermos d’eau chaude par personne, que l’on verse dans un bassin. Comme l’eau est vraiment trop chaude, il faut alors faire un peu de chimie, en rajoutant assez d’eau froide afin de ne pas ressortir comme une écrevisse. Pour se rincer, c’est à l’écuelle.
Petit déjeuner : soupe au marché puis balade au marché.

Vers 9h, nous entamons notre marche de 6 km pour rejoindre le festival that Muang Sing.
Il faut monter le long d’un sentier qui serpente vers le that, qui trône au sommet de la colline.


C’est la grande fête annuelle de la pleine lune. Il y a déjà beaucoup de monde.
Le that se dresse à environ 10 mètres de haut. Construit sur une base octogonale blanchie à la chaux et pourvue de marches, il comprend également une flèche dorée.
Les gens accomplissent leurs dévotions en tournant autour du stupa et en y déposant des offrandes sous forme de fleurs, d’encens, de bougies …



Sur un côté, un lieu saint contient une rangée d’images de bouddha, montées sur un autel et où des femmes viennent prier.


Aux alentours, c’est la kermesse, avec des vendeuses de fruits et légumes, de fleurs, mais aussi des loteries diverses avec mise d’argent parfois effectuées par des enfants, … manège, … etc… La population est habillée de façon traditionnelle. On y voit aussi tous les touristes du coin.















13h : nous redescendons par la piste. En bas de la colline, nous prenons le bus pour rentrer à Muang Sing. Arrivés sur place, nous allons directement boire un verre, puis sieste.

17h : nous faisons un tour jusqu’à la sortie du village.
18h : souper avec riz frits poulet et bœuf au guesthouse d’en face. L’italien se joint à nous. Nous poursuivrons nos discussions avec un dernier verre à notre guesthouse.
Dernière balade sur la place : c’est samedi soir et c’est la fête, « la fièvre », ...  jeux de loteries, de fléchettes et fumée d’opium.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire