samedi 15 novembre 2003

Muang Ngoï et Luang Prabang

SAMEDI 15-11-2003 : Muang Ngoï

Bien dormi, au calme. Dommage que la douche soit froide.
Soupes pour le petit déjeuner.

8h45 : nous voilà partis en balade, nous traversons le pont et continuons la route. La région est belle, le soleil commence à pointer à travers la brume matinale.
Après avoir traversés 2 villages et ensuite parcourus 2 km, nous arrivons au Parthart Cave. Ce sont des grottes dans un bloc karstique, où se cachaient les gens du coin pendant les bombardements durant la guerre d’Indochine entre 1946 à 1954.

Il faut d’abord ouvrir le cadenas dont j’ai reçu la clef à l’accueil, pour ensuite accéder aux escaliers assez raides, grimpant le long de la roche.
Ces grottes sont hautes et profondes. Elles sont impressionnantes. C’est vrai qu’on ne les voit pas de l’extérieur, cachées par la végétation. Dire qu’il y a à peine 40 ans, des gens se cachaient là et qu’il n’y avait bien sûr pas d’escaliers pour y accéder.


Nous poursuivons notre route pour 2 km, pour voir la cascade. En fait, c’est une mini-cascade. Ne croyant pas être arrivés, nous continuons encore notre route, mais pour nous rendre compte que nous devons faire demi-tour.
Les paysages, magnifiques,  ressemblent à certains paysages de films asiatiques.





 Le soleil est de plomb et il fait très chaud.
14h : nous voilà de retour au guesthouse. Pour Pascale, douche, repos, lecture. Pour moi, balade jusqu’à une maison-musée où des explications sur les bombes sont présentées. Vestiges tragiques de près de cent ans de guerre. Des engins explosifs non désamorcés sont la cause actuelle d’accidents qui font encore des nombreuses victimes.



18h : le patron du guesthouse nous offre un verre de lao-lao rouge. C’est très bon, un peu plus corsé que le vert d’il y a quelques jours. Le patron en boit tous les jours deux verres, un verre le matin, un verre le soir.
Souper noodle + œufs + poulet + légumes : un vrai délice.
Dessert surprise du patron : ananas frais + thé : Hummm.

DIMANCHE 16-11-2003 : Muang Ngoï – Luang Prabang

Nous nous levons à 6h30. Douche froide : brrr.
7h30 : nous sommes à la gare des bus. Une soupe au resto du coin.
Le bus se fait attendre : il doit partir à 8h30, mais comme il n’est pas plein, on attend. Restons Zen !
9h45 : enfin le départ. Bien que la route soit du macadam, on est plutôt secoué.
Plusieurs touristes à bord : 1 israélienne, 1 suisse, 1 de Gibraltar et un autre couple.
Le pick-up est plein, et malgré cela, une laotienne commence à déballer ses sacs remplis de vêtements pour effectuer quelques ventes à bord ! Le folklore laotien.
Après quelques km, panne de freins : ils ont chauffé et collé. Le chauffeur est obligé d’enlever la roue et de décoller les freins : ça pue !

14h : arrivée à Luang Prabang. Un autre petit tuk-tuk pour le centre-ville.
Je trouve une guesthouse plus chic : le Tam-Tam Garden. Oui oui, nous sommes bien au Laos !
Après une douche chaude (ça faisait longtemps), nous descendons en terrasse pour boire une bière lao. Il y a 2 télévisions, une à l’extérieur et une à l’intérieur. La terrasse est remplie d’anglais, les français sont à l’intérieur, car il y a match de rugby France-Angleterre. Que font ces touristes au Laos ?
Nous allons au mont Phu Si, admirer le coucher du soleil sur le Mékong.


  
Pour souper et pour faire simple, nous faisons 2 restos : 1 pizza pour Pascale et une salade de poulet pour moi.
Petite balade digestive dans les rues de la ville. Qui voit-on dans une ruelle ? L’italien de Phongsali. Cela faisait longtemps !

LUNDI 17-11-2003 : Luang Prabang

Petit déjeuner américain à l’hôtel.
Au programme : balade dans la ville à la découverte des temples. 


Nous commençons par le palais royal (Haw Kham) avec son impressionnante salle du trône, aux murs remplis de mosaïques aux motifs compliqués, sur fond rouge et de son vat.

Nous poursuivons jusqu’au bout de la péninsule où nous visitons le vat Xien Thong ou monastère de la cité royale. 




C’est le plus beau de la ville. La toiture du sim (bâtiment principal) descend jusqu’au sol. Et la façade arrière est ornée d’une impressionnante mosaïque représentant ‘l’arbre de la vie’ sur fond rouge.



Nous reprenons notre balade, le long de la rivière Nam Khan et le long du Mékong. Visites de quelques vats. Puis nous retournons boire un verre.


Pour souper : noodles frits poulet, porc avec œuf frit. Repas excellent, et cela à la lueur des bougies, dans un resto à l’ambiance romantique au bord du Mékong.
Une dernière margharetta, que nous buvons à la santé D’Evelyne, Yves et Christian (ils comprendront),  à la terrasse de l’hôtel.



MARDI 18-11-2003 : Luang Prabang
Lever 8h30. Petit déjeuner français avec baguette et croissants.
Nous décidons de traverser le Mékong en prenant un petit bateau, afin de découvrir ainsi l’autre rive.


Nous commençons par une balade le long du Mékong, puis visite du  vat Chom Phet, au sommet d’un escalier, dans un site calme et serein. Mais il n’y a plus grand-chose à voir. Malgré cela, il faut quand même payer 5000 kip par personne.


Nous continuons la balade mais comme il y a beaucoup de végétation, on ne voit pas grand-chose. Retour au débarcadère où nous mangeons une soupe : une des meilleures que nous avons mangé au Laos.

14h : de nouveau, le petit bateau pour retraverser le Mékong.
Il fait très chaud. Un verre à la terrasse. Repos dans la chambre. Achat de cartes postales.

Réservation de nos tickets pour relier demain Vang Vieng.
Nous faisons un dernier tour de la ville.
Au resto, nous commandons plusieurs plats : salade de poulet, bambou, œufs, riz gluant, poulet curry, et on reçoit en plus frites et champignons comme entrées. Un vrai délice et un vrai festin, on s’empiffre. Un dernier verre à l’hôtel.

MERCREDI 19-11-2003 : Luang Prabang – Vang Vieng

Petit déjeuner au guesthouse Tam-Tam : bof. Pour moi : baguette + beurre + confiture + thé.
Pour Pascale : milk-shake + thé + morceau tarte aux pommes (pour croissant aux pommes ???)
9h : le mini-bus est là, 2 touristes sont déjà présents. Le mini-bus va encore chercher un 5ème touriste. Nous apprendrons à l’arrivée à Vang Vieng que ce dernier est un gars de Blankenberge ayant habité Tervuren.
La route est macadamisée mais très sinueuse. Un passager laotien en est malade et le chauffeur fait  plusieurs arrêts pour lui.
La nature change, les sommets semblent moins hauts. Cette route n’arrête pas de tourner, au moins pendant 130 km. les 100 km restants sont plus faciles, mais tout aussi dangereux à cause des animaux : vaches, poules, chiens traînent sur la route et parfois ne daignent même pas bouger.

Enfin, nous arrivons à Vang Vieng vers 14h. Avant de choisir un guesthouse, nous allons manger une soupe. Nous trouvons à loger au Guesthouse ‘Dokkhoum I’.

Il fait encore plus chaud qu’à Luang Prabang.

Vers 15h, nous allons nous promener et traversons la rivière Nam Song en passant par la passerelle. Celle-ci est payante, il faut s’acquitter d’un droit de passager de 2000 kips par personne, droit qu’il faut repayer au retour. Tout est bon pour faire payer les touristes : entrée pour les grottes, pour le village, …


Nous retournons sur nos pas, visitons le marché et allons boire une lao-beer sur une petite île de la rivière.
Serge dit : « c’est Ibiza » car il n’y a que des jeunes touristes européens et américains occupés à boire, à écouter de la musique pop et à fumer du H et autres.
Très beau coucher de soleil.


Retour au guesthouse pour une douche. Resto indien, puis petit dessert en extra : 1 crêpe banane-chocolat.

JEUDI 20-11-2003 : Vang Vieng

Petit déjeuner en face du guesthouse, dans une bakkery.
Il est 8h et il fait déjà chaud. Pas de ciel gris ni de brouillard comme dans le nord du Laos.

Nous traversons la rivière et allons visiter les grottes Pha Puak. On nous prête une lampe torche. Après avoir traversé des rizières, il nous faut escalader la montagne. 




Arrivés en haut, il s’agit maintenant de faire un peu de spéléo : pas évident, mais le spectacle dans la grotte en vaut la peine : stalactites, stalagmites, humidité, pénombre, ambiance moite ….................



.................. Mon appareil photo numérique en prend même un sérieux coup et commence à dérailler. Je le laisse un peu sécher au soleil. Après une demi-heure, il reprend vie, mais il restera à tout jamais en convalescence !! Bien heureusement, je pourrai finir le voyage avec lui.

Au retour, balade le long de la rivière avec passage à gué comme tout le monde.




Après-midi, farniente sur la petite île.
17h : retour au guesthouse, réservation de nos tickets pour aller à Vientiane demain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire