mercredi 13 novembre 2019

Premier jour du festival

En me promenant ce matin, aux abords du monastère, j'ai rencontré le Rinpoche Sangsang.
Nous avons un peu discuté ensemble, notamment sur mes origines et sur ce que j'avais fait cette année au Népal. Il ajouta par la suite qu'il me voyait tous les jours aux pujas dans le monastère et il m'en félicita. Mais il se demandait pourquoi je n'avais jamais avec moi un mâlâ (chapelet) pour réciter des Om Mani Padme Hum ? Que ce serait mieux pour mon karma ! Il m'a vu embarrassé et il poursuivit en me disant que je ne devais pas m'inquiéter car il allait en faire un peu pour moi !

Après cet échange, il me bénit et retourna dans ses appartements.


Peu après, commença la mise en place de la cour intérieure pour accueillir les grandes familles ayant fait des dons au monastère et aussi les sherpas des villages qui viendront pour la bénédiction du Rinpoche.








Tout est en place, il ne reste plus qu'à passer à table avant que les invités n'arrivent.



Le premier jour est bizarement le jour où les gens se déplacent le plus. Pourtant, il n'est consacré qu'aux remerciements et à la bénédiction individuelle pour tous ceux se présentant devant le Rinpoche. Autant dire qu'il aura de quoi faire !!






Tout le monde est là, il ne manque que le Rinpoche.





Le moment est solennel. Dans l'assistance, on entendrait voler une mouche.



Cela jusqu'au moment où les trompes commencent à sonner.





Le seul moment de légèreté sera lorsque que quelqu'un recherchera le propriétaire d'un dentier.
Histoire ne dira pas s'il a été retrouvé !!!



Puis ce sera les offrandes et la bénédiction tant attendue.






Le monastère retrouve son calme.


Mais avant de terminer cette page, je voudrais parler de ce festival du Mani Rimdu, qui est la fête religieuse la plus importante pour les sherpas.


Cette cérémonie est, en fait, une série d’événements d’autonomisation qui dure trois jours. Le premier jour est réservé aux remerciements aux personnes qui font que ce monastère vive et se développe. Le deuxième jour est  celui des danses Cham et le troisième est appelé la journée du feu.
Plusieurs jours avant le festival, les moines préparent un mandala de différents sables colorés symbolisant le palais de Garwang Thoze Chenpo (Seigneur de la danse) et des divinités qui l’entourent. Après que le mandala soit terminé, commence alors les journées de puja où le mantra "OM AH HUNG RHI, OM MANI PADME HUM" est répété des milliers de fois par les moines. Durant ces cérémonies de prières et de méditations, les moines imaginent que la bonté coule sous forme de mantra dans le mandala et que la paix se libère du mandala, en bénissant tous ceux qui assistent au festival de Mani Rimdu. A la fin du festival, le mandala sera détruit et le sable est offert en offrande aux témoins de la destruction.

Pour les jours de célébration, les Lamas se réunissent pour le bien-être du monde. Les danseurs portent des masques élaborés et des costumes représentant différents personnages du Bouddhisme. Durant les danses, les démons symboliques sont vaincus, chassés ou transformés en protecteurs du Dharma. Ces danses annoncent aussi l'arrivée du Guru Rinpoche au Mani Rimdu, symbolisant le corps de la divinité.

Le troisième jour, le jour du feu est la représentation de l’illumination de Guru Rinpoche et il se dresse devant le mandala sur son propre sanctuaire. Le festival Mani Rimdu donne à tous ceux qui y assistent des moments très forts. C’est ce que nous verrons dans les pages qui suivent.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire