vendredi 28 novembre 2008

Trek dans les Annapurnas. II


Tout commença par un petit détour à la boulangerie du coin afin d'y acheter quelques sandwichs qui accompagneront à merveille le saucisson gaumais que la tante Denise nous a offert avant le départ. Ce saucisson sera d'ailleurs le seul luxe que nous avons mis dans notre sac à dos et il s'avèrera d'un grand réconfort pendant ce trek. Un grand merci à toi tante Denise.

De Phedi à Pothana.

Nous voilà au pied de la première difficulté qui nous conduira de Phedi à Damphus situé 500 m plus haut. Pour y aller, nous devons emprunter un escalier de pierres interminable, aux marches inégales.
Après 2 heures d'efforts, nous arrivons enfin en haut. Inutile de vous dire que cette première montée fut difficile et c'est avec soulagement que nous sommes arrivés. Un véritable casse jambes pour nos muscles pris à froid.




La suite est plus aisée et notre rythme s'en ressent immédiatement. Si bien qu'il nous faut qu'une heure et demie pour apercevoir les premières maisons de Pothana. Ce sera notre étape du jour.
A l'entrée du village, il y a un check point où nous devons enregistrer notre passage. Une fois l'épreuve accomplie, je pars à la recherche d'un lodge. Mon choix s'arrête sur celui juste en face du check point " le Heavens Gate ".
Cela s'est avéré une très une bonne adresse car nous y avons bien mangé et passé une nuit bienfaitrice.






De Pothana à Lundruk.

Nous avons pris notre rythme de marche. Ce n'est sûrement pas un rythme de record mais nous voulons profiter au maximum du décor qui nous est offert.
Pour l'heure il est 6h30 et le soleil se lève sur les montagnes enneigées.
En ce deuxième jour, nous avons déjà en toile de fond les pics les plus hauts. Qui sont L'Annapurna Sud 7219 m et Le Hiunchuli à 6441 m.




Le parcours est plus facile que hier car le petit chemin plonge à travers une forêt de rhododendrons.
Arrivés au village de Lundruk, nous allons au Maya Lodge. Très bien pour son point de vue mais pas terrible du tout pour ses repas.


De Lundruk à Jhinudanda.

Lever 6h30. Pas mal de nuages sur les montagnes ce matin, ce n'est plus le grand bleu des premiers jours, mais cela se dégage assez rapidement.
8h40 : départ d'abord pour une descente jusqu'à la rivière que nous traversons par 2 ponts suspendus. 

Nous longeons des rizières et des champs de millet en terrasses et remontons peu à peu vers le New Bridge. Là, le chemin remonte d'abord doucement pour finir par une rude montée en escaliers jusqu'à Jhinudanda où nous arrivons vers 12h30.
Nous laissons nos sacs au 1er resto et descendons les 150 mètres de dénivellé pour effectuer un petit plongeon dans les bains des sources chaudes. Un vrai délice après toutes ces heures de marche ! Après 1/2 heure de bain, nous remontons jusqu'au village où nous passerons la nuit au Namaste Hôtel. En effet, ce bain nous a ramolli et nous sommes incapables de poursuivre notre route aujourd'hui.


De Jhinudanda à Sinuwa.

Après un thé-citron, nous partons à 7h à l'assaut des marches pour rejoindre Chomrong. En effet, nous avons décidé de changer le programme du trek et d'aller jusqu'au camp de base ABC (Annapurna Base Camp). A 8h, nous arrivons à Daulung pour poursuivre jusqu'à Chomrong où une série d'escaliers nous attend dont le plus grand fait 1650 marches. Cela s'appelle le plat népalais càd "up and down" comme les gens du coin savent si bien le dire avec un large sourire.
Nous traversons la rivière et arrivons à Sinuwa. Nous voulons poursuivre jusque Bamboo, mais après 1/4 h de marche, nous nous rendons compte que nous avons abusé de nos forces et que le coup de bambou nous est tombé dessus. Nous devons rebrousser chemin pour Sinuwa. Coup de chaleur ou de soleil, je vais directement me coucher afin de récupérer un peu avant le souper (repas du soir pour les français et canadiens qui nous suivent dans notre périple et à qui nous faisons un petit coucou)
De Sinuwa à Himalaya.


Ici, les choses sérieuses commencent, plus de faux-plats, rien que des montées. Le terrain forestier est accidenté, empierré. Il nous faut deux heures pour arriver à Bamboo. La patronne du 1er guest-house est très sympa et nous y buvons un thé et mangeons des couques au chocolat. Elle discute avec Pascale et se montre intéressée par son pull tricoté par sa maman, le retourne dans tous les sens pour voir comment il est monté. Visiblement, elle apprécie le travail de ma belle-mère. Elle nous demande si nous restons loger. Mais pour nous, la journée ne fait que commencer et nous lui promettons de loger 
chez elle au retour.
                                                                                     
Nous constatons avec effroi que les semelles des bottines de Pascale commencent à se détacher et nous espérons que la situation ne s'aggravera pas. En effet, nous sommes à plus de 2400m l'altitude et loin de trouver un coordonnier.
Nous repartons pour Dovan où le chemin est un peu meilleur, malgré les nombreuses sources envahissant le chemin (ce qui n'arrange pas les souliers de Pascale).
A Dovan, nous mangeons 2 noodles soup et repartons pour le village de Himalaya. Comme toujours, nous fatiguons en fin de journée et les montées se font plus lentement que prévu. Belle cascade avant d'arriver au village et petit temple où nous faisons sonner les cloches.
Nous prenons un thé à la terrasse devant notre chambre quand tout à coup, le temps change, des nuages se forment et passent rapidement au dessus de nos têtes. Nous sommes obligés de mettre pulls et vestes, un vrai coup de froid ! Il faut dire que la vallée est étroite et que le soleil ne l'éclaire pas trop et que nous sommes à presque 3000m d'altitude. Je suis un peu inquiet pour l'état des chaussures de Pascale et commence à chercher une solution pour y remédier.
Mais demain est un autre jour et comme dit le dicton, la nuit porte conseil.   



De Himalaya à MBC.

Il est 6h du matin, je tente de réparer les chaussures de Pascale avec des lacets et des morceaux de métal de cannettes. Hélas cela ne tiendra pas longtemps et il faudra plusieurs arrêts réparatoires sur le trajet.

Aujourd'hui grosse journée. Au programme, un dénivelé de 800 m jusqu'au MBC.
Nous quittons Himalaya à 7h et arrivons à Deurali à 9h. OK nous sommes dans les temps.
Petite réparation des chaussures et nous repartons à 9h pour le camp de base du Machhapuchhre.
Le chemin du trek dans cette partie est pourtant plus facile mais à 3700 m, l'oxygène commence à se faire plus rare et c'est complètement à bout de souffle que nous arrivons au MBC. C'est d'ailleurs là que les chaussures de Pascale rendent l'âme.
Après de nombreux voyages, il est clair qu'elles n’iront pas beaucoup plus loin. A cause du froid qui règne ici, il est pourtant impossible que Pascale redescende avec ses sandales de repos, il faudra donc bien trouver une solution pour qu'elles redescendent une toutes dernière fois à ses pieds. 


Je fais un tour sur le plateau du MBC et je vais même un peu plus haut pour le plaisir de regarder tous ces hauts sommets qui sont encore sous un ciel tout bleu.
Je retourne dans la chambre pour rejoindre Pascale qui se repose un peu de tous ces efforts et je lui explique que combien la vue sur les Annapurnas est grandiose. J'ai hâte d'être demain pour aller jusqu'au base camp des Annapurnas à 4300 m d'altitude.
Il est 20h et pris par le froid, nous nous mettons au lit pour un sommeil réparateur.


De MBC à Bamboo.

La première partie de la nuit se passe sans problème, c'est vers 4h que les problèmes commencent avec une tempête de vent qui amènera une pluie de grêle.
Décidément la situation semble se compliquer de plus en plus. J'attends les premières lueurs du jour pour sortir de la chambre afin de faire un petit constat sur la situation météorologique. De toute évidence, ce n'est pas brillant, les nuages sont presque au dessus de nos têtes et nous ne voyons plus les sommets qui nous entourent.
Je retourne dans la chambre pour faire le point avec Pascale. 
Nous ne sommes pas de grands spécialistes, mais avec les années, nous pouvons quand même dire que nous avons acquis une certaines expérience de la montagne et cette fois la situation ne me plait pas du tout. Les nuages qui sont encore au dessus de nos tête descendront automatiquement dans la vallée une fois que la température aura encore un peu plus baissé et nous n'aurons alors plus de visibilité lorsque nous voudrons redescendre.
La montagne est toujours plus forte et c'est avec regret que je sais que je n'irai pas au ABC. D'ailleurs si c'est pour ne rien voir, il est évident que ce n'est plus trop intéressant d'aller plus haut. Je prends donc la décision de faire demi-tour avant que la situation ne s'aggrave.

7h 45 nous levons le camp et nous partons pour un dénivelé de 1300 m de descente. Le ciel reste chargé au dessus de nos têtes mais les nuages restent accrochés aux montagnes.Pendant que je réparais pour une énième fois les chaussures de Pascale, un trekkeur nous regardant faire nous propose des bandes adhésives renforcées pas un treillis de fil de nylon et un sac tressé aussi en nylon. Un peu à la façon des ladhakis qui emballent leurs chaussures pour descendre la rivière du Zanskhar en hiver. Cette solution sera la bonne et nous pouvons ainsi poursuivre notre descente jusque Bamboo où nous retrouvons notre  sympathique mamy au Bouddha Lodge.           

Pour éviter que Pascale ne doive dormir avec ses chaussures, je déballe le tout en prenant soin de réenrouler les bandes adhésives afin de les remettre demain matin.
Côté météo, les nuages envahissent de + en + la vallée. Nous ne regrettons absolument pas d'avoir arrêté notre marche en avant.
Après un très bon repas chez notre mamy, nous allons assez vite nous coucher pour récupérer un peu de force pour demain.


Texte de Tripinette

Aucun commentaire:

Publier un commentaire