dimanche 25 juin 2006

Ladakh. II


Balade jusqu’à un ancien lac, Moon Land vieuw (Terre de lune), d’origine glaciaire aujourd’hui disparu, où la couleur ocre des roches et le silence sont impressionnants. Ce n’est que descente avec une série impressionnante d’épingles à cheveux à flanc de montagnes, descente qu’il faut évidemment remonter. Mais le spectacle en vaut la peine.




 Vers 18h, voilà la cour intérieure du gompa qui s’anime de musique et des moines danseurs faisant d’abord leurs répétitions, puis des danses, chacun à son tour ou ensemble. Nous sommes aux premières loges. C’est impressionnant.
19h30 : enfin, l’électricité est là. Nous soupons à l’hôtel Niranjana, de soupe de tomates, de rolls (petits amuse-gueules au fromage ou aux légumes), de plats parfumés au fromage et aux légumes. Mais pas de viande. Eh, il y a de la bière !

LAMAYURU

Nous nous levons tôt pour assister dès 7 heures à l’office (pûjâ) où une dizaine de moines assis en tailleur devant des petites tables de 50 cm de haut, récitent des prières (mantra). Tout en récitant les mantras, il y a toute une petite vie, les moines buvant du thé et mangeant de la tsampa. Certains s’arrêtent quelques minutes pour parler avec leur voisin, rire ou bailler, le tout dans une ambiance calme et propice à la réflexion. On s’y sent bien et en fermant les yeux, on est transporté dans un autre monde. C’est un moment fascinant.
Vers 9h, tout comme nous, les moines partent déjeuner. Nous participons vraiment de près à la vie du gompa.



  




Fin de matinée, nous partons en balade, nous descendons les 5 km de la vallée jusqu’au croisement des 2 rivières. Là, nous prenons à droite pour remonter la rivière sur 6 km et arriver à Wanla et son monastère rouge. Le village en soi n’a rien de spécial, mais la balade pour y arriver est très belle. En fait, il existe un trek Lamayuru-Wanla passant par un col, mais c’est plus facile par la route.
Peu de monde sur la route, nous nous croyons un peu hors du temps. Juste un berger qui poursuit son âne et un bébé biquette, celui-ci changeant de direction et nous suivant jusqu’au village. Serge et Christian montent au monastère. Moi, avec mon rhume et ma sinusite, j’ai un peu de mal à trouver ma respiration.
Retour assez rapide vers le croisement où nous faisons du stop pour remonter les 5 km de montagnes et de lacets jusqu’au monastère de Lamayuru, où nous apprécions une bonne bière.
Repos pour moi.
Vers 18h, musique et danses dans la cour.
19h30 : souper : idem qu’hier. Douche chaude en soirée.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire