mercredi 4 mai 2011

Préparation de la vallée de la Noubra

La vallée de la Noubra

Leh.

Départ vers la vallée de la Nubra (celle que nous n’avions pas pu faire à notre premier voyage en 2006).
Vallée interdite, vallée heureuse, les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer cette superbe oasis encaissée entre les deux chaînes du Karakorum.
Ouverte depuis 1994, elle fut un passage obligé des caravanes, le long d’une des routes de la Soie qui permettait les échanges sino-indiens.
Dans une zone de dunes proche de la vallée, circulent encore quelques chameaux « de Bactriane », victimes de la fermeture des frontières suite à l’invasion chinoise du Tibet en 1950 qui empêcha leur retour vers les déserts de Gobi et du Taklamakan.
Isolée du reste du Ladakh, la vallée de la Nubra est étonnamment prospère, grâce à un micro climat clément, qui lui permet notamment de produire les meilleurs abricots du Ladakh.
Elle fut, dans le passé, un centre important pour les caravanes qui rejoignaient Yarkand, au sud de la Route de la Soie. En témoignent encore les quelques dizaines de chameaux de Bactriane qui arpentent les dunes de la vallée de la Shyok.
Les maisons à toit plat, blanchies à la chaux et les monastères bouddhistes sont aujourd’hui les composantes humaines principales de l’univers ladakhi, vastes espaces minéraux colorés, parsemés d’oasis verdoyantes.
Au long de l’Indus, vous marcherez vers les plus beaux villages du Ladakh, les champs d’orge et de blé et les bosquets de saules et d’abricotiers, mais aussi les grands monastères et les temples du XIe siècle.


Le permis.

Il s'agit d'un permis collectif pour 4 personnes minimum, délivré par une agence de voyage de Leh moyennant 50 ou 100 roupies par personne. Il est valable une semaine. Il faut fournir une photocopie des 4 premières pages du passeport, celles qui portent le nom et le visa. Une combine permet de circuler seul ou à 3 avec le permis collectif. Il faut entre 24 & 48h pour l’obtenir.
Avant le départ : faire au moins 3 photocopies du permis : 2 exemplaires pour les check post à l'aller et autant pour le retour.

Départ en bus pour Diskit dans la vallée de Nubra, récemment ouverte aux touristes. Départ mardi, jeudi, samedi à 5h30 6h00. 69 Rs 118 km
La passe de Khardung à 5600 m d'altitude offre une superbe vue sur l'Himalaya et le Karakoram. Epoustouflants paysages de montagnes. Passage des cols de Sasir et Karakoram. Continuation pour Diskit. Emotions quand le bus doit croiser des camions sur cette route sinueuse et étroite, marches arrière impressionnantes... Ki ki so so Larghyalo ! (les dieux sont vainqueurs) dit-on chez les Bouddhistes tibétains lorsqu'on a triomphé d'un danger.
La vallée de la Nubra est le point le plus au nord de l'Inde, à 2500 km du cap Comorin, l'extrémité sud de l'Inde. Cette large vallée à fond plat est à 3000m au dessus du niveau de la mer, soit 500 m de moins que la vallée de l'Indus à Leh. Les températures y sont donc plus élevées.
Au départ de Leh, à 3515 m, la route s'élève dans le paysage désertique propre à tout le Ladakh. Elle va monter jusqu'au Kardong La ("La" = col) qui culmine à 5620 m. Le panorama est grandiose, la démesure des chaînes montagneuses himalayennes laisse le spectateur pantois et béat.
40 km entre Leh et le sommet du col. Au début de la descente, un arrêt à 12 h dans un camp militaire pour le contrôle des passeports permet de prendre un repas en faisant la queue au milieu des militaires. C'est ensuite la longue descente vers la Nubra. Malgré son altitude, ce col est le seul à rester praticable toute l'année, car les chutes de neige sont ici très faibles à cause de l'extrême sécheresse de l'air. Il ne reste jamais fermé plus de deux ou trois jours.
Un peu plus loin, on paie 100 roupies pour entrer dans la réserve naturelle que constitue la vallée de la Nubra. Après un autre check post à 14 h à l'entrée de Khalsar, on atteint le large fond plat de la vallée. 6 km plus loin, les panneaux de la seule bifurcation de la région indiquent : Diskit 15 km, Hunder 24 km et Sumur 15 km.

Diskit : 

La vallée de la Nubra. En ladakhi, Nubra signifie "verte", on peut donc espérer y voir un peu de verdure. Ca changera de la roche que l'on voit aux alentours de Leh.
Pour loger, le l'Olthang Guest House, est une très bonne adresse.
La "Sunrise Guest House" à Diskit offre un excellent hébergement autant pour le confort que pour la qualité de la nourriture.
Diskit et Hunder. Ces deux villages sont situés à l'endroit le plus large de la vallée de la Shyok, au pied de la montagne et loin de la rivière. Diskit, ville principale de la vallée, est protégée par un très beau monastère (de l'ordre gelukpa) perché, dont l'accès est jalonné par une kyrielle de 108 chortens. Beau point de vue sur la confluence entre Shyok et Nubra.
Les maisons sont très dispersées et les rues sont en fait des chemins bordés de buissons épineux larges et serrés. POURQUOI ? Parce que chameaux, chevaux, yaks, ânes, chèvres et moutons vivent en totale liberté, et ces haies d'épines protègent les jardins et les champs de céréales de tous ces voraces brouteurs.
Visite du monastère. Montée à pied (1h00) et la puja est à 6 h du mat. Balade dans le village.
A pied et avec mon sac, je rejoindrai le village de Hunder qui est à 7 km. Très belle balade par la route ou à travers les dunes en direction du Karakorum et du K2.
Rejoindre le petit monastère. 
Dunes et chameaux mais ce n’est pas le Sahara non plus ! Il est impossible de s'y perdre car relativement petit, bourré d'oasis, et les villages ne sont jamais espacés de plus de 8-9km, du moins à l'ouest.
Marche facile le long de la Shyok ; belles dunes où se promènent encore des chameaux de Bactriane.
On peut maintenant continuer dans la vallée jusqu'au village de Tantak. Là, retour vers Diskit

On remonte la rive gauche de la vallée de la Nubra.
Beaucoup de maisons dispersées au milieu de champs d'orge et de blé. Sumur est le premier village important de la vallée. Un vieux gonpa désaffecté est devenu un endroit propice à la fabrication du Tchang, cette bière d'orge qu'on boit dans tout le Ladakh.
Sumur possède un grand monastère dont la situation est moins spectaculaire que celui de Diskit, mais qui mérite d'être visité. Il sert de séminaire pour les futurs moines de la vallée, et héberge 60 jeunes moinillons.

Panamik est connu pour ses sources chaudes.
Mais il est inutile d'y aller pour la raison suivante. Les sources ont été phagocytées par les militaires du camp voisin, qui en ont fait leur laverie à linge, et leurs bains-douches privés.
En 2006, les militaires sont partis et un projet de réhabilitation a été lancé.
La vie suit son cours à son rythme, même dans les endroits les plus reculés de la planète.
Ces enfants de l'école primaire doivent se demander à quoi leur servira l'anglais, l'urdu (en alphabet arabe), le tibétain et le hindi qu'ils ont au programme dès leur première année d'école primaire.


La limite pour les «foreigners» a été repoussée quelques km plus loin, jusqu'à Hargam. C'est de là que part la route qui emprunte un pont tout neuf sur la Nubra et permet d'aller au monastère d'Enza (5 moines), puis à Murgi, Kuri, Charasa (fin de la route, 1 guesthouse) et Burma. Un minibus fait le trajet Diskit-Charasa tous les jours.
Charasa mérite une visite, c'est le plus bel endroit de la vallée.
Retour à Leh.
Les bus qui vont à Diskit un jour, reviennent à Leh le lendemain. Avec seulement deux arrêts aux checkposts, sans pause repas, il faut 7 heures pour rentrer à Leh.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire