vendredi 6 mai 2011

Préparation du trek dans la vallée du Zanskar

Vous le savez déjà, pour ce deuxième voyage au Zanskar, nous avons eu l'idée de suivre les traces de Michel Peissel.
Loin de nous l'idée de transformer ce voyage en une étude sur la région. C'est évident, nous n'en sommes pas capables et il l'a d'ailleurs tellement bien fait, que ce serait inutile et trop prétentieux de notre part d'essayer de le faire.
Une chose est certaine, c'est que nos conditions de voyage n'auront plus rien avoir avec celles que Michel Peissel a connues, puisqu'aujourd'hui la piste, même très mauvaise, est ouverte jusqu'à Padum. C'est déjà une belle avancée, même si elle n'apporte sûrement pas que de bonnes choses dans la vallée. C'est évident !
Voici notre projet

Ce qu'il faut voir après Kargil.Rangdum
Est le premier monastère que l’on rencontre en venant de Kargil par la piste carrossable. De belles statues sont renfermées dans le hall. On peut voir une grande statue de Bouddha.
Si les choses n’ont pas changé, nous devrions passer la nuit ici avant de continuer en bus sur Padum. A voir.


Visites depuis Padum :

Padum s'est avéré être une base de trekking célèbre et une destination touristique. Sur le chemin pas mal d'endroits intéressants pour les visiteurs dans le cadre de randonnées agréables.
Beaucoup de choses à voir.

Padum

Est une petite ville où les musulmans et bouddhistes vivent ensemble, ce qui ne va pas toujours sans poser des problèmes dans une vallée bouddhiste.
La ville est arrosée par la rivière Tsarap qui vient de l'Est et dont les berges abritent quelques villages de moyennes importances (Reru, Ichar, Testa) et certains monastères dont le plus célèbre est celui de Phuktal, accroché à la falaise dans un site grandiose et extrêmement sauvage.

Les roches gravées.

La plus imposante se trouve en bordure d'un champ à l'écart des chemins et porte 5 bouddhas assis et l'ébauche d'un 6e bouddha? debout. Sur une autre face, sont gravés des dizaines de chörtens superposés.
Ailleurs, sur un monticule trône un rocher gravé de plusieurs chörtens.
Et dans une rue, au milieu des bâtiments publics aux toits de tôle ondulée, on peut voir cette pierre dressée, portant des sculptures sur ses 4 faces



Boucle dans la vallée du Zanskar

Quitter Padum jusqu’à Sani, après le village, continuer la piste tout droit jusqu’au pont qu’il faut franchir pour passer sur l’autre rive de la Doda. La piste rejoint le village de Tungri.
Après on prendra la direction du monastère de Karsha via Nangbaphal, Kusser, Resing Takang (ou Konchet). Redescendre vers Hongchat, Lami, Sendo, Chuchik puis Karsha,


Sani

Sani est le seul monastère du Zanskar à être construit dans la plaine. Il fait partie de la lignée Drukpa qui vénère plus particulièrement Naropa.

Le temple et les jardins sont entourés par un mur d'enceinte.
Un chörten inhabituel laisse penser que Sani date de la première incursion du bouddhisme au Ladakh avant son renouveau définitif au XVIIIe siècle à l'instigation de Padmasambhava plus communément appelé Guru Rimpoché.
Il est à visiter à titre de curiosité pour sa situation, si l'on trouve un moine pour ouvrir les portes.
Tungri
Petit village à l'écart de la route. Partagé en deux par un torrent de montagne, Tungri est surmonté par un monastère de nonnes.
Du monastère, on a une belle vue sur la chaîne de l'himalaya.
Visite des villages de Nangbaphal, Kusser, Resing Takang sur la piste de Karsha

Karsha



Le monastère de Karsha est l´un des plus importants de la région et sûrement un des plus beaux monastères du Zanskar. Magnifiquement situé à flanc de montagne qui domine la plaine de Padum de toute sa blancheur, il fait penser inévitablement à celui de Lingshed. Monter sur le toit terrasse le plus haut pour découvrir toute la plaine avec la chaîne de l'Himalaya en fond d'image, demande une bonne gestion de son effort pour ne pas affoler son cœur. Heureusement, cet effort est récompensé par une vue panoramique splendide sur les villages de Tongde, Padum, Pipiting et Sani, et sur les sommets enneigés de la chaîne himalayenne et de la chaîne du Zanskar..
Karsha, fondé au XIIème siècle, est le plus grand centre gelugpa de la région. 160 moines en dépendent, et on y trouve aussi une école monastique, sous la tutelle du frère du Dalaï Lama. Son architecture en escaliers accrochés à la falaise est tout à fait remarquable.
Les temples principaux, ainsi que le gongkhang, la chapelle des divinités protectrices, dominent l’ensemble des bâtiments. On y accède par une cour, d’où l’on a une vue magnifique sur la grande plaine du Zanskar, encadrée de toutes parts par les montagnes. En contrebas, la plus vieille partie du monastère est une chapelle dédiée à Avalokiteshvara, le Bouddha de Compassion.
En continuant encore plus au nord-est et en passant le pont sur la rivière Doda pour atteindre la rive droite, on aperçoit les premières maisons du village de Tongde dominé par son beau monastère. La montée pour y arriver est rude mais la vue y est peut-être la plus belle sur la vallée du Zanskar.


De Karsha à Pishu via Rinam 5 h

Etape facile, souvent chaude, poussiéreuse.

Pishu

Village


Retour vers Rinam pour rejoindre le pont et la piste qui va à Zangla


Zangla

Le bourg de Zangla se trouve à une journée de marche. Zangla est l'un des 4 gros villages de la vallée. Le village est dominé par les ruines de l'ancien château royal dans lequel se trouve une petite salle de prières.

Tongde

Le monastère est perché sur une colline eu nord-est de la plaine de Padum. Une des attractions principales est le Gon Khang « les chambres des protecteurs » du monastère.

ce monastère est placé sous la protection de Paldem Lhamo, l'une des grandes protectrices de la foi.
La vallée oblique vers le nord, les rivières Tsarap et Doda se retrouve afin de former la rivière du Zanskar.  

Padum - Phuktal - Padum par le Tongde la.

Normalement, il ne faut pas plus de trois jours de marche depuis Padum mais il y a plusieurs petits villages sur la piste que nous visiterons comme ceux de d'Ichar, Shila et quelques autres. Nous voulons profiter au maximum de tous nos treks.

Chila

Nous avions déjà vu ce beau village de loin pendant notre premier trek là bas, mais nous n’avions pas eu le temps de le visiter. Ce sera chose faite cette fois ci.

Bardan

Le monastère est perché sur un rocher comme une sorte de petit château fort. Il y a un très grand moulin à prières dans la cour intérieure.

Mune


Il y a un joli mandala sous le chorten par lequel on passe pour entrer au monastère. Dans le monastère, les salles de prière sont assez sombres. Les peintures murales des couloirs ne sont pas en très bon état. La cuisine est une pièce creusée dans la roche, roche noircie au cours du temps par les fumées des feux de bois.
Nous poursuivrons ensuite notre chemin vers Raru.

Reru

Village un peu plus grand que les autres.

Ichar

En route le village fortifiié d’Ichar. Là bas, il faut admirer la vue du plus haut point du village. Ce fut notre coup de coeur l’année passée. Surtout aller au puja le matin au monastère.

Purne

Petite étape en boucle vers le monastère de Pukhtal. Visite du célèbre monastère suspendu de Pukhtal, petit joyau d'architecture, construit dans la roche même.

Phuktal


L'un des plus beau monastère de la région. Accrochées à la paroi abrupte, les cellules blanches des 80 moines entourent les temples abrités dans une grotte où coule une source sacrée. Le temple le plus ancien daterait du XII èm s.

Après Phuktal, j'aimerais bien continuer vers le lac d'altitude, le Tsho Tak Phu et continuer jusque Shade via le monastère de Tantak.

Retour sur Padum

Deux solutions, soit nous rentrons par le même chemin ou nous rentrons par le Tongde La
qui culmine à 5.140 m. A voir sur place

Retour à Leh.

Leh

Si nous avons le temps avant que Pascale ne rentre à Bruxelles, nous irons faire un tour au lac Tsimoriri.
Il faudra aussi se renseigner si c’est possible car il pourrait déjà faire trop froid là- haut. A voir sur place.
De toute façon, ce voyage là sera fait avec une agence de Leh. Nous n’aurons plus le temps pour le faire en indépendant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire