mercredi 3 juillet 2019

La grande Histoire de la région du Solu Khumbu

Même si on n’est jamais vraiment seul lorsqu'on trekke dans le Solu Khumbu, et surtout pas sur les chemins menant à l’Everest base Camp ou ceux allant aux lacs Gokyo, j’espère quand même trouver un peu de solitude sur les chemins de traverses qui m’emmèneront vers les quatre cols qui me permettront de faire tout mon programme.
Mais qu’importe être seul ou non, du moment que mon esprit puisse s’évader tellement, pour pouvoir m’offrir l’illusion de contempler à travers les célèbres montagnes de l'Himalaya, les grandes vallées cachées, appelées Beyul, lieux de paix et refuges vénérés par les bouddhistes tibétains.
Ces terres secrètes de légende ont attiré des chercheurs bouddhistes pendant des siècles. On pense que l'une d'elles, appelée Pemako, a inspiré Shangri-La, qui était l'utopie mystique de l'Himalaya décrite dans le roman «Les Horizons perdus» de James Hilton, paru en 1933. Où il y décrit très bien ces lieux qui contiennent des niveaux élevés de biodiversité dans un cadre d’une grande beauté. Les textes bouddhistes indiquent que les Beyul sont découverts lorsque la planète est en voie de destruction et que le monde devient trop corrompu pour une pratique spirituelle. Ils décrivent des vallées rappelant le paradis, auxquelles on ne peut accéder qu'avec des difficultés énormes. Les pèlerins qui se rendent dans ces lieux lointains et sauvages racontent souvent des expériences extraordinaires semblables à celles vécues par les pratiquants spirituels bouddhistes sur le chemin de la libération. Les personnes qui tentent de s'introduire de force peuvent rencontrer l'échec et la mort.
Selon les croyances de l'école de bouddhisme tibétain Nyingma, les Beyul (tibétain: Wylie: sbas-yul) sont des vallées cachées englobant souvent des centaines de kilomètres carrés, que Padmasambhava a bénies comme refuges. Leurs emplacements secrets étaient gardés sur des rouleaux (lamyig ou neyig) cachés sous des rochers et à l'intérieur de grottes, monastères et stupas. Ce sont des endroits où les mondes physique et spirituel se chevauchent. Padmasambhava a assigné des divinités pour protéger les Beyul. Les forces de protection se manifestent sous forme de tempêtes de neige, de brumes et de léopards des neiges.

Au Népal et au Tibet, autour du mont Everest, se trouvent les vallées sacrées de Khenbalung, Solukhumbu, Rolwaling, Rongshar, Kyirong et Nubri. Les Sherpas ont découvert Solukhumbu en quittant le Tibet pour échapper à la persécution religieuse aux XVe et XVIe siècles. Ils sont entrés dans la vallée pour y chercher refuge et y ont créé une nouvelle patrie. Depuis, les monastères bouddhistes et les montagnes sacrées ont amené de nombreux voyageurs spirituels à Solukhumbu.
Mais, selon le Dalaï Lama, le modernisme n’a pas forcément des effets négatifs sur les Beyul, et il écrivit ceci : « D'un point de vue bouddhiste, les environnements sacrés tels que Pemako ou Beyul ne sont pas des lieux pour échapper au monde, mais bien pour y pénétrer plus profondément. » …. Et il ajouta « Pour que cette gestion réussisse, il faut forcément trouver des moyens d'intégrer les anciennes croyances et pratiques traditionnelles à la vie moderne ».
Seulement voilà qu’aujourd'hui, la plupart des Beyul de l'Himalaya sont désignés par leurs gouvernements respectifs comme une forme de parc ou de réserve. Au cours du processus, les siècles de protection prévue par le concept Beyul ont été oubliés et la réglementation et le maintien de l’ordre ont préséance sur la conservation confessionnelle des communautés. Beaucoup de Beyul ne sont plus aussi isolés à cause des modes de transport et de communication modernes. L’éducation en dehors des langues porte souvent atteinte aux valeurs culturelles locales et aux savoirs traditionnels. Lorsque des enfants adoptent des cultures étrangères à leur propre pays, des concepts traditionnels tels que les Beyul commencent à perdre de leur emprise sur l’esprit des gens.

À l'ère des systèmes économiques mondiaux, les approches volontaires basées sur la religion peuvent également ne pas être suffisantes pour assurer la protection de l'environnement, les projets de développement étant autorisés de l'extérieur des communautés. Les routes traversent maintenant Ronghsar et Kyirong et il y a des aérodromes près de Khumbu et de Khenbalung. Le brûlage des forêts, le sur pâturage par le bétail et l'érosion des sols deviennent des problèmes à mesure que le respect des communautés pour le Beyul diminue. Et comme les zones les plus élevées et les plus isolées ont tendance à être économiquement plus pauvres, le tourisme et le développement doivent rapporter de l'argent. Le tourisme d'aventure, comme le trekking, n'est souvent pas réglementé et de plus en plus de visiteurs s’imposent dans des zones fragiles. Les migrants récents dans la région servent souvent de porteurs commerciaux et de randonneurs, et ne partagent pas les traditions religieuses et culturelles des habitants de longue date.
L'un des plus légendaires est le Pemako («la terre secrète en forme de lotus»), dans le sud-est du Tibet, à l'est d'une gorge spectaculaire de la rivière Tsangpo, connue sous le nom de Grand coude, où la rivière se creuse dans l'État indien d'Arunachal Pradesh. La gorge de Tsangpo est trois fois plus profonde que le Grand Canyon, avec d’énormes cascades dans lesquelles la rivière tombe à plus de 2500 m sur une distance de 240 km. Ces cascades, où plusieurs explorateurs ont perdu la vie, seraient une passerelle vers une partie secrète de Beyul Pemako. La rivière Tsangpo relie Pemako à l’une des montagnes les plus sacrées du Tibet, le mont Kailash, et le paysage de la région de Tsangpo-Pemako représenterait le corps de la déesse Dorje Pagmo, avec la rivière pour son dos et les pics environnants pour ses pectoraux.
Mais aujourd’hui, le Pemako, lui-même, est actuellement menacé par les projets de la Chine (encore elle !) de construire un barrage hydroélectrique, deux fois plus grand que le controversé barrage des Trois Gorges, qui exploiterait les chutes d’eau de Tsangpo pour pomper de l’eau au nord-est de la Chine. Le projet déplacerait les villages tibétains traditionnels au-dessus de la gorge et toucherait des millions de personnes vivant en aval en Inde, qui seraient privées de l'eau de la rivière et des éléments nutritifs que ses niveaux d'inondations apportent dans le sol. Le lac artificiel créé par le barrage submergerait également les forêts et la faune sauvage.
Le parc national de Sagarmatha, qui comprend Beyul Khumbu, près du mont Everest, a été créé en 1976 et déclaré site du patrimoine mondial de l'UNESCO trois ans plus tard. C’est le deuxième parc national le plus visité de la région himalayenne du Népal; le tourisme est passé de 3 600 touristes en 1979 à 21 570 en 2001. Les Sherpa continuent de vivre dans le parc et de cultiver des aliments selon des méthodes traditionnelles. Cependant, on s'inquiète de plus en plus de l'exploitation accrue de la végétation d'altitude fragile et à croissance lente, telle que le genévrier et les plantes à coussins, que la population croissante utilise comme carburant. Le tourisme leur a apporté certains avantages financiers, mais le nombre croissant de personnes perturbe des zones écologiques fragiles et les revenus du tourisme ne sont pas répartis de manière égale dans toute la région.
Pour que ces zones protégées puissent fonctionner à long terme, les gestionnaires de parc et les autorités gouvernementales doivent en apprendre davantage sur les fondements spirituels du concept Beyul afin d'obtenir le soutien des communautés locales qui sont les véritables gardiens des terres cachées. Les réglementations doivent compléter les règles d'utilisation traditionnelles au lieu de les remplacer. Une enquête complète sur le Beyul dans tout l'Himalaya doit être menée, parallèlement à des entretiens avec des chefs spirituels de la communauté, afin de documenter les principes selon lesquels ils gouvernent leur Beyul. Les écoles locales devraient incorporer les traditions Beyul dans leur programme afin que les adultes puissent transmettre les connaissances et les pratiques autochtones. Les visiteurs extérieurs et les travailleurs migrants doivent également être sensibilisés à la culture locale et à l’éthique de la conservation. Leur respect et leur intérêt encourageront davantage les membres de la communauté à préserver leur patrimoine.
Ce n’est pas gagné quand on a encore en tête les images du sommet de l’Everest de cet Hiver.

Voilà donc l'environnement mythique dans lequel je vais user mes bottines, même si, et c'est une évidence, il a quelque peu évolué avec le temps. En tous cas, j'ai bien l'intention de me libérer l'esprit afin de trouver MON Shangri-La durant ces trois mois de trek dans le Solu Khumbu.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire