dimanche 22 août 2021

Préparation de départ pour le Khumbu en octobre 2021

 Le festival Mani Rimdu est célébré aux monastères de Tengboche, Thame et Chiwong dans le Solukhumbu au Népal. Il s'agit d'une cérémonie sacrée et d'une série d'événements d'autonomisation. C'est une séquence de dix-neuf jours de célébration, qui se termine par trois jours de festival public. Les Sherpa ont le temps de se rassembler et de célébrer ce festival avec la communauté monastique. Lamas et Sherpa se réunissent au monastère pendant cinq jours pour le bien-être du monde. Les démons sont réprimés et les vertueux sont récompensés. Les moines portent des masques élaborés, des costumes et, à travers une série de danses rituelles des lamas, dramatisent le triomphe du bouddhisme sur le Bon.

 Le dernier jour est réservé aux danses humoristiques et aux chants de prières. Des centaines de locaux et de touristes étrangers assistent au spectacle. Ce trek vous récompense en voyant la culture réelle et idéale du peuple Sherpa et par de superbes vues pittoresques de l'Himalaya.

Quand se déroule exactement le festival Mani Rimdu pour l'année 2021 ?

La date de la fête de Mani Rimdu est fixée selon le calendrier lunaire tibétain. C'est le chef lama du monastère de Tengboche qui annonce les dates. Le festival Mani Rimdu se déroule le 9e mois tibétain, qui tombe généralement en octobre ou en novembre à la pleine lune. Pour l'année 2021, le festival est fixé aux 20, 21 et 22 octobre.

Me voilà déjà fixé sur les dates. Même si elles sont aléatoires, puisque dans un premier temps les dates étaient du 27 au 29 octobre. 

Je vais maintenant pouvoir me renseigner à l'ambassade du Népal pour l'octroi de mon visa. Avant le covid, il était possible de l'obtenir directement à l'aéroport de Katmandou. Est ce encore possible aujourd'hui ? Je devrai probablement aussi avoir d'autres documents pour pouvoir rentrer dans le pays. Il semblerait que pour être admis, les voyageurs doivent présenter un COVID 19 Rapport négatif effectué dans les 72 heures précédant le départ.

Le Népal a repris ses vols internationaux avec Kuala, Istanbul, Dammam et le Koweït depuis le 24 juin.

Dernières informations pour être admis au Népal :

Dispositions en vigueur sur le territoire népalais.

Depuis le 29 avril 2021, en raison de l’augmentation rapide du nombre de contaminations à la Covid-19 au Népal, les autorités népalaises ont mis en place de nouvelles mesures restrictives. Dans ce contexte, et étant donné la surcharge actuelle des infrastructures médicales locales, il est fortement déconseillé de se rendre au Népal. 

Les vols domestiques et internationaux opèrent sur une base limitée. Les frontières terrestres restent fermées. 

A l’arrivée, les voyageurs devront présenter :

un test PCR, ou équivalent (Gene Xpert/True NAAT), négatif de moins 72 heures. Selon le pays de provenance, le test présentera une photographie et un code barre ou QR code. Il convient de se renseigner auprès de l’ambassade du Népal de son pays de résidence. Les enfants de moins de 5 ans sont dispensés de test PCR ;

le formulaire ARMS à compléter et à imprimer.

Les voyageurs qui présentent la preuve d’un schéma vaccinal complet doivent s’engager à effectuer un auto-isolement de 7 jours. 

Les voyageurs qui ne sont pas en mesure de présenter la preuve d’un schéma vaccinal complet devront effectuer un auto-isolement de 7 jours dans un hôtel désigné par le gouvernement népalais, à leurs frais, et réaliser un test PCR à l’issue des 7 jours de quarantaine. La liste des hôtels est disponible sur le site du département du Tourisme. 

Il convient de se tenir informé régulièrement de l’évolution de la situation et des mesures sanitaires prises par les autorités népalaises, notamment en consultant la rubrique Dernière minute des Conseils aux voyageurs et, pour les personnes qui se trouvent au Népal, en consultant le site du ministère de la santé népalais (en anglais), du Nepal Tourism Board (en anglais) et en se renseignant auprès du Chief District Officer de leur district. 

1/ Conditions de séjour 

En raison de l’augmentation rapide du nombre de contaminations à la COVID-19, les autorités népalaises ont annoncé de nouvelles mesures sanitaires en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Il convient de noter notamment que : 

Ces mesures sont valables pour les districts de Katmandou, Lalitpur et Bhaktapur.

En province et pour tous les autres districts, le gouvernement népalais a autorisé les autorités locales à mettre en œuvre, avec un préavis de 24 heures, des mesures adaptées à leur situation. Ainsi, des confinements complets ou partiels sont imposés dans certaines localités. Pour plus d’information, il convient de se renseigner auprès du Chief District Officer du district concerné.

Interdiction de circuler après 20 heures pour tous les véhicules privés et publics.

Interdiction des réunions, conférences, séminaires, formation et fermeture des salles de cinéma, salles des fêtes, piscines, centres commerciaux, lieux de divertissement, salons, instituts de beauté, gymnases, sports de groupe, bibliothèques, musées, zoos, etc.

Les magasins sont ouverts jusqu’à 19 heures et il convient d’y respecter strictement les gestes barrières.

Toute infraction aux mesures sanitaires fera l’objet d’une amende.

Il convient d’appliquer strictement le protocole sanitaire mis en place par les autorités : lavage des mains, usage du gel hydro alcoolique, port du masque, distanciation physique. 

En cas de test positif, il convient de s’isoler pour une durée de 10 jours à compter des premiers symptômes (ou 10 jours à partir du test positif en l’absence de symptômes).

En cas de température au dixième jour, il convient d’attendre 48 heures supplémentaires après la disparition de la fièvre pour terminer son isolement.

Si l’on a des difficultés à respirer, il est recommandé d’appeler immédiatement un médecin. 

Le gouvernement népalais a communiqué une liste d’établissements médicaux publics et les personnes à contacter en cas d’urgence médicale, consultable sur le site du Nepal Tourism Board (en anglais). 

Numéros de téléphone d’urgence pour la vallée de Katmandou : 

Ministère de la Santé (Ministry of Health and Population) : 1133 (24h/ 24) et 1115 (de 6 heures à 22 heures).

Pour des consultations, respirateur, (ICU-Ventilator, ambulance) : +977-9851255837 et +977-9851255839.

Pour une ambulance : 102.

Régularisation des visas : 

Toute situation irrégulière est soumise à la réglementation népalaise et entraîne le paiement de pénalités. 

Le 1er juillet 2021, le gouvernement népalais a publié une nouvelle notice sur la reprise des services de visas. Il est particulièrement recommandé de la consulter sur le site du Département de l’Immigration népalais en anglais. La notice indique notamment que : 

les étrangers demandant un renouvellement de visa pour continuer leur séjour au Népal à partir du 9 juillet 2021, ou les étrangers partant du Népal à partir du 16 juillet 2021, devront payer tous les frais prévu par la réglementation en vigueur ;

la restriction de la limite de séjour de 150 jours pour le visa touristique au Népal peut être prolongée jusqu’à 210 jours compte tenu du confinement.

3/ Sortie du territoire népalais 

Toute personne qui le souhaite peut quitter le Népal, dans la mesure où elle est en règle avec l’Immigration népalaise et où elle satisfait toutes les réglementations mises en place par les autorités du pays de destination, notamment au regard de la situation sanitaire. 

En raison de la situation sanitaire actuelle, seuls certains hôpitaux sont désormais habilités à faire des tests COVID et à délivrer des certificats avant le départ. 

Avant le départ, il revient également au voyageur de vérifier avec la compagnie aérienne la date à laquelle le test PCR devra être effectué : certaines compagnies exigent un test effectué moins de 48 heures avant l’embarquement. 

Il revient au voyageur de vérifier également les conditions requises par son pays de destination. Certains pays exigent un test PCR réalisé moins de 48 heures avant l’entrée sur leur territoire. 

A noter que les laboratoires/ hôpitaux chargés de réaliser les tests PCR au Népal sont surchargés : à certains hôpitaux, une file d’attente de 2 heures pour effectuer un test a été constatée. 

Il est désormais demandé pour les tests PCR la présentation d’une photo d’identité.

........ Décidément, voyager est devenu un peu plus compliqué, voire impossible de nos jours !!

Autrement dit, j'attendrai 2022 pour faire un trek au Népal.

samedi 21 août 2021

Quelques notes sur la région du Khumbu

 Le Khumbu est célèbre avant tout pour la présence de l'Everest et pour les expéditions organisées sur tous les hauts sommets du secteur, dont le Cho Oyu ou le Lhotse. Plus grande concentration sur Terre de sommets de plus de 8000 m d’altitude : Everest (8848 m), Lhotse (8516 m), Makalu (8481 m), Cho Oyu (8201 m)… C’est le cœur du pays sherpa. Parmi les quelques véritables villages au Khumbu, Namche Bazar, Khumjung, Thame, Phortse, Pangboche. Ailleurs, ce sont au mieux des hameaux, et généralement des lieux-dits dotés de lodges servant les besoins des seuls trekkeurs. Dans le Khumbu, portage assuré par des yaks. Gare aux cornes ! Jusqu’à l’inauguration en 1964 de l’altiport de Lukla, l’accès au Khumbu exigeait de longues semaines de marche à travers le Népal. Du fait du développement du trekking dans le Khumbu, la coupe de bois (pour chauffer et cuisiner) menaçait de transformer les forêts de genévrier en désert sans arbre. En réaction, Sir Edmund Hillary milita en faveur de la protection du cadre naturel, ce qui aboutit à la création le 19 juillet 1976 du Parc national de Sagarmatha. Le Parc national de Sagarmatha est une région protégée du nord-est du Népal, dans l'anchal de Sagarmatha près de la frontière tibétaine. Sagarmatha, nom népalais du Mont Everest, signifie « la déesse mère du ciel » en sanskrit. Sur une superficie de 124 400 ha, il inclut une vingtaine de villages où vivent quelques 6 000 sherpas, installés depuis 4 siècles dans la région, et surtout nombre de sommets himalayens de plus de 7000 m d’altitude, dont la partie sud du Mont Everest (ཇོ་མོ་གླང་མ / Chomolungma pour les sherpas et tibétains, littéralement « Déesse mère des vents »). Dans les années soixante, le gouvernement népalais s'est rendu compte que la montagne qui commençait à attirer beaucoup d'attention (alpinisme, randonnée) n'avait aucun nom népalais, mais uniquement britannique et tibétain. Alors ils sont venus avec "Sagarmatha", concocté par un célèbre poète. Depuis 1979, le parc national de Sagarmat est inscrit par l’UNESCO au patrimoine de l’Humanité.

L’entrée au Parc se fait entre Monjo et Jorsale.

Parmi la faune observable : yak (utilisé pour le portage), impeyan pheasant (espèce de faisan, oiseau national du Népal), thar (sorte de bouquetin)…

Khumbu, qui compte moins de quatre mille habitants, reçoit entre dix et vingt mille randonneurs par an et probablement deux fois plus de porteurs. 

« Boche » signifierait « terrain plat vu du sommet d’une colline ». Par exemple, Syangboche,  Tengboche, Deboche, Pangboche, Dingboche…

Sherpa = Sharwa en prononciation locale. Les Sherpas font partie d'un groupe plus vaste, qui habite tout le long de la frange nord du Népal à la frontière du Tibet, que l'on désigne par le terme « Bothia » en népali, lequel sert à identifier ceux qui viennent du Tibet (Both), par-delà l'Himalaya. Pour les Occidentaux, le terme sherpa, employé comme nom commun, désigne aussi les porteurs (20-30 dans une expédition) et les guides (4 ou 5), habituellement tous de l'ethnie Sherpa, qui aident les alpinistes sur les sommets himalayens ; ainsi que, par extension, en diplomatie, les hommes et femmes de l'ombre qui portent les documents et préparent les grandes réunions internationales de dirigeants. Les sherpas vivent dans les hauts Himalayas où ils cultivent des pommes de terre. Les pommes de terre sont l'aliment de base du régime Sherpa.

L'évolution de la population au Khumbu entre 2001 et 2011, donne pour les Sherpas, une diminution de 7,5 % et de plus de  76% pour les Non-sherpas.

Plats de sherpas

La pomme de terre, l'orge, le blé, le maïs, la viande et d'autres produits alimentaires à base de yak et de mouton, de radis, de légumes verts et de haricots sont les principaux aliments de base et aliments traditionnels du sherpa. La culture de la nourriture est en grande partie similaire à celle des Tibétains, mais ils ont aussi leurs propres plats traditionnels authentiques.

Les plats Sherpa traditionnels comprennent:

Rigi kur / Riki kur: des crêpes à la pomme de terre, recouvertes de beurre dzo (yak femelle) et d'une sauce à base de fromage affiné et d'épices, appelée sorma. En raison des efforts nécessaires pour faire du rikikul, ils ne sont généralement pas énumérés sur les menus de lodge. Cependant, dans la plupart des endroits, ils vous seront utiles si vous commandez bien à l’avance. Une pomme de terre en tibétain et une crêpe signifiante. = Aaloo Roti pour les népalais. Il est traditionnellement mangé avec deux accompagnements. L’une est une sauce très piquante à base de piments verts, connue en népalais sous le nom de jyaan mara khursani (littéralement «piments qui tuent la vie»). L'autre accompagnement, som, est un fromage crémeux plutôt piquant, préparé en brassant à plusieurs reprises le lait de yak. Il est remarquablement efficace pour éteindre le feu des piments).

Un des ragoûts de Sherpa les plus populaires s'appelle Phalghi (prononcé fulgi). Préparé avec du maïs, des pommes de terre, des radis, des haricots rouges, un choix de viandes (viande de bœuf, d'agneau, de porc et de yak), d'oignon, d'ail et d'épices comme le cumin, le curcuma et le piment. C'est un ragoût robuste parfait pour l'hiver. Le maïs utilisé traditionnellement à Phalgi est récolté à l'automne et bouilli sur l'épi. Les grains sont ensuite enlevés et séchés au soleil pour être utilisés l'hiver.

Thé au beurre connu sous le nom de «su cha» en langue sherpa. Il est fabriqué à partir de feuilles de thé spéciales, de beurre de yak, de sel et de lait (facultatif). Pour le petit-déjeuner, le thé au beurre est apprécié avec la tsampa.

Shyakpa: ragoût, généralement de viande (yak, porc, poulet, agneau ... selon disponibilité) mais aussi possible avec légumes, avec nouilles, pommes de terre, radis, épinard, oignon. Dénommé Thenthuk (= nouilles tirées) dans la Vallée de Katmandou.

Le laphing: est un plat de nouilles froid, épicé et savoureux, composé d'amidon de farine de pomme de terre, de haricot mungo ou de blé. Épices et condiments tels que la sauce soja, l'extrait d'ail.

Sherpa Momo: est un peu différent du momo ordinaire dans le goût. Les épices / herbes utilisées sont l'ail, l'oignon, les oignons nouveaux et le sel.

Tingmo ou simplement appelé T: momo est un petit pain cuit à la vapeur moelleux en forme de motif floral particulier, fabriqué à partir de pâte et de levure et servi avec une soupe ou un achaar frais.

Le Da Pau: est un plat d'influence tibétaine, qui consiste essentiellement en un grand pain cuit à la vapeur, farci de viande hachée, de légumes et d'épices. Présentation comme les buffes dégustés à Bhaktapur.

Le Rildok; (mon préféré) est un authentique plat traditionnel Sherpa à base de pomme de terre. Les pommes de terre bouillies sont traditionnellement écrasées dans un grand mortier et un pilon en bois avec un peu de sel et de beurre de yak jusqu'à ce qu'elles forment une pâte collante, puis transformées en petites boules et servies avec un achaar ou une soupe fraîche.

Gyuma: est un boudin de Sherpa / Tibétain traditionnellement fabriqué à partir de sang de yak ou de mouton. Il peut inclure du riz ou de l’orge torréfié, des épices et des boyaux naturels utilisant l’intestin du yak ou du mouton.

Ce qui est appelé «vin népalais» correspond à du tongba. C'est du millet fermenté puis séché pour la conservation. On a réveillé avec eau chaude et on laisse dix minutes la fermentation faire son travail. On aspire avec une paille resserrée en bas pour ne pas avoir l'épais. Trois fois avec l'eau chaude.

Khukri: est une marque de rhum locale népalaise à base de canne à sucre. Bien que cela ne soit pas recommandé en grande quantité à haute altitude, il fait partie des petites choses agréables que vous pouvez essayer en descendant. Les habitants le boivent mélangé avec du miel et de l'eau chaude.